Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22

Mille visages de Boris Vian à la BnF

Publié le 16/11/2011 à 09H50, mis à jour le 10/12/2012 à 15H16
Exposition Boris Vian à la Bnf. Boris Vian et son « cor à gidouille », Paris, 11 octobre 1958

Exposition Boris Vian à la Bnf. Boris Vian et son « cor à gidouille », Paris, 11 octobre 1958

© Photo Ingi Paris / akg-images
La bibliothèque Nationale de France rend hommage à Vian. De son enfance dans une famille joyeuse, bourgeoise et bohème en banlieue parisienne aux heures glorieuses de Saint-Germain des Près, des Cents sonnets à l’Écume des jours, en passant par la pataphysique, l’exposition propose une promenade dans une œuvre luxuriante et éclectique.
Par Laurence Houot-Remy

A lire aussi

  • Le site de la BnF
  • Site officiel de la cohérie Boris Vian

Lieux liés

 

Boris Vian, manuscrit de L’Écume des jours.
Boris Vian, manuscrit de L’Écume des jours. © BnF, département des Manuscrits Archives Cohérie Boris Vian

On pourrait faire une énumération à la Vian : des beaux manuscrits, des photos de famille, un étui à trompette, des disques et des pochettes, un catalogue de jazz, des dessins de théâtre, des films et des affiches et aussi des chansons ...

Cette exposition propose une accumulation réjouissante qui transporte littéralement dans le  monde de Boris Vian.

Pour Ann Mary, commissaire de l’exposition, «le but était de montrer toutes les facettes de Boris Vian. Pas seulement le Boris Vian romancier ou chansonnier, mais tous les aspects de sa création (théâtre, opéra, peinture, cinéma). Toutes les curiosités, le foisonnement d’œuvres qu’il a pu produire en très peu de temps puisqu’il est mort à 39 ans.»

Trompette et « Bouts-rimés »

Très tôt, les parents de Boris Vian, grands bourgeois cultivés et fantaisistes, encouragent les quatre enfants à développer leurs capacités créatives et leur goût pour la lecture et la musique. La famille joue à « bout-rimés » : à partir de rimes imposées, chacun doit composer un poème. En 1941, dans Cent sonnets, un recueil de 100 poèmes écrits par jeu et à l’adresse de sa famille et de ses amis, pointe déjà l’art et la manière de Boris Vian : énumérations, variations sur les proverbes, jeu sur les mots.

C’est à cette époque aussi qu’il commence à écrire ses premières fictions. Il a rencontré Michelle Léglise, qui deviendra sa femme et Jacques Loustalot, borgne impertinent, dit le major. Cet «alter égo» libre et baroque a inspiré le héros de son premier roman, Vercoquin et le plancton.

Manuscrit de Vercoquin et le plancton. Dessin de Boris Vian et Cent Sonnets, de Bison Ravi
Manuscrit de Vercoquin et le plancton. Dessin de Boris Vian et Cent Sonnets, de Bison Ravi © BnF, département des Manuscrits Archives Cohérie Boris Vian, Paris, 2011

Le jazz

L’autre passion précoce de Vian : le jazz. A 14 ans il commence la trompette, s’inscrit au Hot club de Jazz et monte avec ses frères Alain et Lelio des orchestres amateurs. Là encore la famille Vian soutient et encourage : le père fait construire au fond du jardin une salle de bal où les frères Vian organisent des fêtes et les fameuses surprises parties décrites plus tard dans les romans de Vian.

Jazz Hot, N°14 By courtesy of JAZZ HOT Publications, in Jazz Hot N°14/1947
Jazz Hot, N°14 By courtesy of JAZZ HOT Publications, in Jazz Hot N°14/1947 © BnF

Le décor est planté. L’œuvre et la vie de Vian vont se déployer à l’ombre de ces deux piliers: les mots et la  musique.

Scénographie en forme de nénuphar

L’exposition est construire autour de cette idée, évoquée  par une  forme de fleur de nénuphar, en référence à l’Ecume des jours. La tige centrale, est parcourue par sa sève, le jazz et le roman : «le jazz parce qu’il a nourri toute son œuvre et le roman parce que c’est la forme la plus aboutie de son travail.» précise Ann Mary.  Les fleurs, de part et d’autre de ces cimaises courbes et mouvantes, évoquent les différentes périodes de sa vie, au gré des rencontres.

Boris Vian et son double

Du romancier, l’exposition montre les deux figures : la face lumineuse, celle du  Boris Vian, auteur prometteur de l’Ecume des jours,  et son double noir, sulfureux écrivain de J’irai cracher sur vos tombes, Vernon Sullivan, «qui comme la tige centrale de l’exposition, infléchit la trajectoire de sa vie, comme s’il avait voulu lui-même saboter sa carrière», explique Ann Mary.

Boris Vian
Boris Vian © Archives Cohérie Boris Vian, Paris, 2011

Une infirmité cardiaque est diagnostiquée chez Vian à  l’adolescence. Est-ce ce cœur menacé d’arrachement  qui fait de lui un sur-actif de la création, un boulimique de la vie ?

Ecrivain, musicien, chroniqueur radio, acteur, essayiste, scénariste, traducteur, metteur en scène, pour endosser tous ces rôles, Boris Vian emprunte plus de trente pseudonymes, anagrammes, (Bison Ravi, Brisavion …)  ou pas (Honoré Bazac, Butagaz, Agénor Bouillon, Jules Dupont...).

L’exposition montre bien cette diversité et quelques raretés. On peut y voir quatre tableaux peints par Vian, pour la première fois réunis, des lettres inédites et le manuscrit de la pièce de théâtre Le chevalier de neige, avec des notes d’intention de mise en scène de Vian.

Tableaux de Boris Vian "Passez vos vacances à Cannes cet été" et "L’Homme enchaîné"
Tableaux de Boris Vian "Passez vos vacances à Cannes cet été" et "L’Homme enchaîné" © Archives Cohérie Boris Vian, Paris, 2011

La plupart des trésors présentés dans cette exposition font partie du fond de la BnF depuis 1990, ensemble complété par des prêts de la famille de Boris Vian et des collections particulières. « Il s’agissait de mettre en valeur ce fond, dans les tiroirs depuis 1990».

«Je voulais que cette exposition soit vivante et gaie. On a donc travaillé aussi sur les couleurs. Dans ce couloir, d’où tout part et où tout revient. On va du jaune au rouge. Le jaune couleur de l’enfance et de la jeunesse dans l’œuvre de Vian, vers le rouge, couleur de la mort.» 

La mémoire de Vian est également incarnée dans le parcours de l’exposition par un grand nombre d’archives filmées et sonores.

 

Les frères Vian "Sheikh of Araby". A l'intérieur du cabaret de jazz "Le Tabou", les frères Vian, Boris à la trompette, Alain à la batterie et Lélio à la guitare, interprètent "Sheikh of Araby".

Vian toujours vivant

La mort survient prématurément  en 1959, pendant la projection de J’irai cracher sur vos tombes.

Peu ou mal reconnu de son vivant, Boris Vian, en bon promoteur de la pataphysique, fut un infatigable pourvoyeur de « solutions imaginaires ».

Un peu plus de 50 ans après sa mort, l'œuvre de Vian est toujours bien vivante. Plusieurs projets dans les mois à venir en sont la preuve : Michel Gondry s'empare de l'Écume des jours : le tournage démarrera au printemps prochain, avec Audrey Tautou, Léa Seydoux, Romain Duris et Gad Elmaleh. L'adaptation en bande dessinée de l'oeuvre doit aussi paraître chez Delcourt au printemps 2012.

 

Boris Vian
Bibliothèque nationale de France
Du 18 octobre 2011 au 15 janvier 2012
mardi - samedi de 10h à 19h
dimanche de 13h à 19h
sauf lundi et jours fériés
tarif plein : 7 €
tarif réduit : 5 €

Livres :
Boris Vian, Catalogue de l'exposition

Coédition Bibliothèque nationale de France / Gallimard
Sous la direction d'Ann Mary
39 €
Boris Vian Post-Scriptum

Le Cherche-Midi oct 2011
Dessins, manuscrits, inédits
Édition conçue, commentée et annotée par Nicole Bertolt
29,90 €

Abécédaire en 26 chansonnettes
Formulette production octobre 2011
Illustrations de Tomi Ungerer, textes de Boris Vian, interprétation par Debout sur le Zinc
19,90 €

Tous les lives