Michel Delpech en concert dans les églises

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 25/06/2011 à 17H23
Michel Delpech en concert dans les églises

Michel Delpech en concert dans les églises

© Culturebox

C'est une tournée très particulière que Michel Delpech a débuté le 24 juin 2011 à Peronne (Somme). Le chanteur va donner une série de concerts dans des églises, accompagné de chorales, avant quelques dates envisagées dans des cathédrales. Au répertoire, ses chansons habituelles (sauf certaines qu'il ne juge pas en adéquation avec les lieux...) mais aussi des lectures de textes religieux. Michel Delpech, qui a publié un livre sur ses heures sombres sera également à l'affiche du film de Christophe Honoré, Les Bien-aimés dès le mois d'Août. 

On ne doit jamais se fier aux apparences. En lisant l'histoire de Michel Delpech, on se rend compte à quel point cette maxime est vraie. Sous des dehors un peu lisses de chanteur sympathique et populaire, qui parle dans ses chansons des tracas du quotidien, Michel Delpech a caché pendant des années une part de lui-même beaucoup plus sombre. Fils d'un artisan et d'une mère au foyer, son enfance fut pourtant paisible. Le démon de la musique le prit dès 1964, année où il fonda son premier groupe. Il n'a que 18 ans quand son premier album quatre titres sort. Mais c'est en 1965 qu'il rencontre le succès en jouant dans la comédie musicale "Copains-Clopants" où il chante ce qui deviendra son premier succès, "Chez Laurette". Le succès ne se démentira pas et Delpech va enchaîner des tubes désormais inscrits dans la mémoire collective : "Il y a des jours où on ferait mieux de rester au lit " (qui fut Grand Prix du disque de l'Académie Charles Cros), "Wight Is Wight", "Pour un flirt", "Les divorcés", "Le chasseur" ou encore "Le Loir-et-Cher" et enfin "Quand j'étais chanteur". Cette dernière chanson, qui date de 1976, était  prémonitoire, annonçant en quelque sorte la traversée du désert du chanteur qui tombe alors dans une grave dépression. "Encore aujourd'hui" dit-il, "j'ai du mal à m'expliquer ce qui s'est réellement passé. Tout s'est déglingué en moi, j'ai perdu pied. Le succès est arrivé très vite, je n'étais pas prêt à affronter les obstacles". La suite, on la découvre en écoutant Michel Delpech : alcool, drogue, sciences occultes...Puis, la rencontre et le mariage avec sa seconde femme en 1985, la redécouverte de la foi et enfin le retour sur scène avec Bénabar en 2004. Le plus rassurant dans tout cela, c'est que si Michel Delpech s'est perdu lui-même, le public, lui, n'a jamais perdu son estime pour cet artiste attachant. L'amour, quel qu'il soit, peut faire des miracles...

A voir aussi sur Culturebox :
-
Michel Delpech raconte ses heures sombres dans La jeunesse passe trop lentement (éditions Plon)
- Moriarty chante dans une église signée Le Corbusier au festival TGV Generiq (décembre 2010)