"Les choses défendues": Cali chante la nostalgie de l’enfance et les douleurs d'aujourd'hui

Par @Culturebox
Publié le 23/11/2016 à 10H23
Cali, le 21 novembre 2016 à Paris 

Cali, le 21 novembre 2016 à Paris 

© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

"C'est un Polaroid de ce que je suis en ce moment", dit Cali à propos de son septième album "Les choses défendues".

"Ce ne sont pas des chansons que j'aurais pu écrire il y a deux ans ou que je pourrais écrire dans deux ans", explique le natif de Perpignan, dans un  entretien. La chanson éponyme de l'album, qui sort vendredi, raconte le moment où "quand tu es gamin tu es un peu vierge de tout, vierge carrément", confie le  chanteur en pleine répétition d'une reprise de "Famous Blue Raincoat" de Leonard Cohen, dans un studio parisien.

C'est une autre innocence perdue qu'il évoque avec l'histoire d'amour "Tout  va recommencer". Une chanson sur la vie après les attentats du 13 novembre  2015.  "La musique est enjouée mais la tonalité de la voix n'est pas joyeuse, la vie  continue, mais est-ce que j'y crois vraiment?", s'interroge le chanteur de 48 ans, père de trois enfants.

L'album de 14 titres s'ouvre sur "A cet instant, je pense à toi", "chanson  crachée faite en une prise, instantanée" sur des moments sombres de  l'actualité, dit le chanteur aux cheveux en bataille et au regard clair.  "J'ai pensé au gars qui a passé 36 ans dans le couloir de la mort en Georgie (aux Etats-Unis) avant d'être exécuté (Brandon Jones, le 3 février  2016, ndlr), j'ai pensé à mon grand-père qui n'a pas vu le mur de Berlin  s'écrouler, j'ai pensé aux employés de Goodyear licenciés", raconte Cali, qui  joue sur une guitare en bambou "neutre en CO2".


"Un fantôme"

Mais l'auteur de "L'amour parfait" (2003, 550.000 exemplaires) et lauréat  du prix Constantin (2004) veut encore y croire. Sur "I Want You", Cali tente de "retrouver le chemin" de l'amour et de l'innocence. Le morceau porte le même titre que celui chanté en 1966 par Bob Dylan, avec des sonorités proches de la célèbre chanson du nouveau prix Nobel de littérature, "mais les accords n'ont rien à voir. C'est pas si loin que ça,  mais c'est pas du pompage", se défend le chanteur.

L'influence d'une autre légende du rock, Bruce Springsteen, s'invite dans "Les choses défendues" avec le titre "Elle a mal", une chanson qui raconte avec  réalisme l'histoire d'une femme battue par son mari. "A la façon de  Springsteen, tu te mets dans la pièce où ça se passe, tu es un fantôme, on ne te voit pas, tu regardes et tu racontes", explique cet admirateur du "Boss".

Sur le même registre douloureux, Cali raconte le jour de la mort de sa  mère, décrivant "le regard perdu de son père" qu'il compare à celui d'Annie  Girardot, attendant la descente d'avion de Jean-Paul Belmondo dans le film de  Claude Lelouch "Un homme qui me plaît". Sur scène, (60 dates jusqu'en avril 2017) il chantera certaines chansons  de l'album "dans un décor qui reproduit ma chambre d'adolescent".