Les babouchkas se préparent à défendre les couleurs de la Russie à l'Eurovision

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 30/03/2012 à 09H23
Les grand-mères russes du groupe "Buranovskiye Babushki" défendront la Russie à l'Eurovision

Les grand-mères russes du groupe "Buranovskiye Babushki" défendront la Russie à l'Eurovision

© Natalia Kolesnikova / AFP

Elles sont grand-mères, chantent dans la chorale d'un petit village de la Volga et étaient peu connues. Mais depuis leur récente désignation pour représenter la Russie au concours de l'Eurovision, elles sont devenues les babouchkas les plus célèbres du pays.

Agées de 42 à 76 ans, les six dames du groupe "Bouranovskie Babouchki" (les  grands-mères de Bouranovo) vivent dans ce bourg de 650 âmes aux maisons en bois dans la région d'Oudmourtie, à 1100 km au sud-est de Moscou. Vêtues d'un costume traditionnel rouge, portant un épais collier de pièces de monnaies anciennes et la tête couverte d'un foulard, les grands-mères ont séduit le public russe début mars.

Leur chanson, "Party for everybody, come on and dance" (La fête pour tous, venez et dansez), mélange un refrain en anglais à des paroles en russe et en oudmourte, la langue locale qui se rattache au groupe finno-ougrien.

La vidéo des babouchkas aux grosses chaussettes faisant de simples mouvements dans leurs chaussons tressés a fait le buzz et les grands-mères figurent désormais parmi les favoris du concours de l'Eurovision qui doit se tenir fin mai à Bakou, en Azerbaïdjan.
 

Sollicitées par des chaînes télévisions d'Ukraine, d'Arménie et de Chypre, elles ont enregistré à Bouranovo des vidéos comportant des extraits de leur chanson et différents messages pour chaque pays.

Récemment, elles se sont levées à cinq heures du matin pour prendre un avion pour Moscou, afin de chanter pour la fondation de Lioudmila Poutina, l'épouse du président élu Vladimir Poutine.

Zoya Dorodova, 72, une des babouchkas devant sa maison

Zoya Dorodova, 72, une des babouchkas devant sa maison

© Natalia Kolenikova

Mais la célébrité ne les a pas changées, disent-elle. "Nous ne nous prenons pas pour des stars. Nous sommes juste de simples babouchkas de Bouranovo", déclare Ekaterina Chkylaïeva, 74 ans. Tout le monde nous appelle "les stars, mais nous trouvons cela amusant", dit-elle. Deux des grands-mères étaient employées à traire les vaches, une troisième a travaillé dans le bâtiment, une autre était comptable. Cinq d'entre elles sont maintenant retraitées et s'occupent de leurs poules, lapins, chèvres, chats et chiens, et du jardin.

Ekaterina Shklyaeva, 74 ans, avec ses chèvres

Ekaterina Shklyaeva, 74 ans, avec ses chèvres

© Natalia Kolesnikova

"Excepté le travail, elles n'ont pas vu grand-chose dans leur vie", raconte la plus jeune du groupe, Olga Touktareva, 42 ans. Vivant seule, Valentina Piatchenko a un fils qui l'aide à accomplir les  tâches ménagères. Elle n'a qu'une seule main, ayant perdu la seconde dans un accident. "La seule chose que je n'avais pas encore vu dans ma vie, c'est l'Eurovision, et on va y aller", se réjouit Valentina Piatchenko.

Coup de jeune sur la chorale

Les grands-mères ont débuté dans une chorale folklorique où elles chantaient en russe et en oudmourte. Elles donnaient des concerts pour récolter des fonds pour reconstruire l'église du village. Après l'arrivée de la cadette du groupe, venue de la commune voisine, les  babouchkas ont chanté seulement en oudmourte et commencé à adapter des titres connus tels "Hotel California" ou "Let it be". Elles ont été remarquées en 2008 par la productrice Ksenia Roubtsova lors d'un concert à Ijevsk, ville à située à une trentaine de km du village et où sont fabriqués les kalachnikovs, célèbres fusils d'assaut russes.

La productrice avait invité les "Bouranovskie Babouchki" à un concert  d'anniversaire pour Lioudmila Zykina, une star soviétique de la chanson populaire décédée en 2009 à 80 ans. Celle-ci avait recommandé à la productrice de signer un contrat avec les babouchkas.

Les babouchkas n'ont rien changé à leur style

Les babouchkas n'ont rien changé à leur style

© Natalia Kolesnikova

Depuis, elles se sont produites en France, en Finlande, en Hongrie et en Estonie. Et elles ont décidé elles-mêmes de participer à la sélection pour l'Eurovision, raconte Lioudmila Roubtsova. "C'était mon idée, je les ai réunies et leur ai dit: "Vous en pensez quoi, les filles ?". Elles ont dit: "on peut faire ça", se souvient la productrice. Les babouchkas avaient déjà participé en 2010 à la finale russe pour le concours de l'Eurovision et terminé à la troisième place.

Maintenant, dit Lioudmila Roubtsova, "nous espérons la victoire" à l'Eurovision.

Suspense jusqu'au samedi 26 mai 2012, date de la finale au Kristal Palas à Bakou en Azerbaïdjan.