Le nouvel album de Véronique Sanson dans les bacs samedi prochain : l'interview

Par @Culturebox
Mis à jour le 30/10/2016 à 16H45, publié le 30/10/2016 à 12H19
Léïa Kaddour interviewe Véronique Sanson au 20H de France 2 pour la sortie de son album "Dignes, dingues, donc..." (29/10/2016)

Léïa Kaddour interviewe Véronique Sanson au 20H de France 2 pour la sortie de son album "Dignes, dingues, donc..." (29/10/2016)

© France 2

Leïa Kaddour a interviewé samedi soir Véronique Sanson sur le plateau du journal de 20H de France 2, à l'occasion de la sortie de son 15e album studio, "Dignes, dingues, donc..." qui sort samedi 5 novembre, dans lequel elle convoque le groove, la pop, le blues, le jazz pour chanter l'amour, le passé, l'alcool et la mort

.Un premier titre dévoilé début septembre avait officialisé le retour sur le  devant de la scène de la chanteuse. "Et je l'appelle encore",  morceau de bravoure de l'album dans lequel piano et cordes s'entremêlent, est  un hommage rendu à sa mère disparue il y a dix ans.
Emotion donc. Cependant, la tonalité globale de ce nouvel opus n'en reste pas moins légère et enjouée sur les neuf autres titres qui le composent. Eclectique au possible, différents styles musicaux - comme différents sons de  cloches si l'on se fie au titre - imprègnent l'ensemble. Quant à la voix, elle  n'a rien perdu de sa clarté et de sa puissance.

En ouverture, le morceau éponyme de l'album, "Dignes, dingues, donc...",  s'inscrit dans la lignée de son répertoire pop-rock forgé lors de son "exil" américain (1972-1980). De ces huit années d'une intense passion vécue avec le  musicien américain Stephen Stills, du groupe mythique des années 1970 Crosby,  Stills, Nash & Young, naîtront un fils Christopher et cinq albums, parmi lesquels "Le Maudit", "Vancouver" ou encore "Hollywood".
Ce sont ces "années américaines", période faste artistiquement, que Véronique Sanson avait revisitées le temps d'une tournée triomphale l'an passé, avant de retrouver l'envie de recomposer un album, six ans après le précédent.

Fidèle à ses thèmes habituels, elle revient notamment sur ses histoires d'amour passées ("L'écume de ma mémoire", avec Thomas Dutronc à la guitare). Son rapport à l'alcool est à nouveau abordé dans "Des x et des i grecs". En duo jazzy avec Zaz sur "Zéro de conduite", elle flirte également avec la bossa nova dans "Et s'il était une fois".

Véronique Sanson remontera sur scène dès le 8 novembre à Toulouse, avant de  s'installer pour plusieurs soirs à Paris. D'abord à la Salle Pleyel (30 novembre, 1er et 2 décembre) puis à l'Olympia (15, 16, 17, 21, 22, 23  décembre).