La disparition de Michel Delpech suscite l'émotion sur les réseaux sociaux

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/01/2016 à 17H33, publié le 03/01/2016 à 10H29
Michel Delpech en 2005 au Bataclan à Paris

Michel Delpech en 2005 au Bataclan à Paris

© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

La mort du chanteur Michel Delpech, qui s'est éteint à l'Hôpital de Puteaux (Hauts-de-Seine), des suites d'un cancer de la gorge samedi à 69 ans, a provoqué des réactions du monde du showbizz, de la politique et des anonymes, dans la nuit de samedi à dimanche, sur les réseaux sociaux. Depuis, les messages louant son talent se multiplient.

Dans ses chansons, Michel Delpech chroniquait avec simplicité et finesse la France des années 70, de la nouvelle conception de la famille à l'exode rural en passant par l'écologie. Il vivait à fond la devise de l'époque : "Je collais à une image qu'on m'imposait: le prince charmant, le chanteur pour filles avec ses chemises à pois. J'avais en moi un mélange d'orgueil et d'arrogance mais aussi de pureté qui pouvait être touchant", dira-t-il à France-Soir.

Hommage du monde musical

- Bien triste nouvelle année indique Johnny Hallyday
- François Valéry : "il sera à tout jamais l'image d'une époque de la France qui était heureuse", tandis que la jeune chanteuse Louane déclare "J'aime vos chansons. Merci Mr Delpech". 
- Michel Polnareff : "la fin d'une souffrance aussi intolérable ne me rend pas triste. Quelle volonté chez ce poète d'une extrême gentillesse... Bravo Michel, tu es un grand exemple de courage."
- Pour Patrick Bruel, c'est un triste réveil.
- "C'est un ambassadeur majeur de notre territoire qui nous quitte. Le Loir-et-Cher reste comme un cadeau intemporel pour notre beau département, une chanson simple, belle, authentique, à l'image du grand artiste que restera Michel Delpech", a réagi Maurice Leroy, président du Conseil départemental de Loir-et-Cher.
La Sacem a publié un communiqué : "Au delà de sa propre vie, il nous laisse sa voix, comme tous les grands artistes. Une voix unique, personnelle, caressante et sensible. Cette voix aurait pu lui permettre de n'être qu'un crooner, un simple frôleur de mots et de notes. Mais il a su dépasser ce superbe don de la nature en réussissant à être aussi, je dirais même surtout, un auteur, un témoin de son époque, de ces personnes qui, en lyrisant notre quotidien, nous aident à vivre. De l'amitié, si joliment évoquée dans "Chez Laurette", son premier grand succès, à vingt ans, aux émois amoureux de "Pour un flirt", il a, dans les premiers temps de sa carrière, su toucher le cœur de ses semblables, frères humains en quête de vérité. Mais il a su aussi nous embarquer dans l'émotion des grands rassemblements musicaux, à travers "Wight is Wight", de l' honneur d'être républicain, grâce à "Que Marianne était jolie" et des fausses superficialités de la France profonde en interprétant "Le chasseur" et le "Loir et Cher".
- Michel Delpech  était "un poète parlant de la vie des gens, un mélodiste hors pair et un homme très attachant", a réagi de son côté dans un tweet Pascal Nègre, PDG d'Universal Music France.

Hommage du monde politique

- "Michel Delpech est mort sans avoir vieilli. Ses chansons nous touchaient car elles parlaient de nous. De nos émotions comme de nos épreuves. Il avait traduit mieux que personne les années 70", a salué le président François Hollande dans un communiqué.  "Il n'a jamais été démodé. De chez Laurette au Loir-et-Cher il nous  avait dit que Marianne était jolie. Elle pleure en ce début d'année un de ses  meilleurs chanteurs", a ajouté le chef de l'Etat.
- Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie 
- Christiane Taubira, Garde des Sceaux, ministre de la Justice : "Michel  Delpech, la démesure était alors dans l'amour. Sait depuis longtemps qu'il faut regarder les étoiles. Parti parmi elles."


Hommage du showbizz

"La force de Delpech est qu'il restera toujours avec nous", a relevé le présentateur Nagui.

- Julien Lepers, animateur