Jean Fauque, parolier de Bashung, lui rend un hommage jazz sur scène

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/11/2014 à 14H36, publié le 20/11/2014 à 14H18
Jean Fauque © Capture d'écran France 3

La MAC de Bischwiller proposait ce mercredi son "concert création" annuel. En amont, la salle avait accueilli en résidence le parolier d'Alain Bashung, Jean Fauque et les musiciens de jazz de Strassax. Ils sont sortis avec le projet "Dans les sillons d'Alain Bashung".

Difficile de dire adieu à Alain Bashung. Pour preuve la sortie, il y a quelques semaines, d'une réédition de luxe de l'album "Fantaisie Militaire". D'autres projets voient régulièrement le jour, comme ce concert inédit orchestré par Alain Fauque, Parolier et ami d'Alain Bashung.

Les deux hommes se sont rencontrés à Paris en 1975. L'un rêvait de devenir chanteur solo, avec ses propres textes. C'était Alain Fauque. L'autre se croyait looser. Aucun de ses 45 tours n'avait marché depuis plusieurs années. Malgré ses efforts, il restait dans l'ombre. Ces deux-là se prirent d'amitié, tentèrent de collaborer, sans plus de succès.

Pour Alain Bashung, la roue tourne en 1981, avec la sortie de l'album "Pizza" et le succès énorme de "Gaby oh, Gaby".  Dans la foulée, "Vertiges de l'amour" connaît le même engouement. Alain Fauque est là, dans l'ombre, simplement ami. Il le sera aussi quand peu de temps après Bashung tombe en dépression.
Alain Bashung, janvier 1981 © FAUX CATHERINE/SIPA
L'amitié est ancrée, reste la collaboration artistique. Elle démarre sur trois titres de l'album "Novice", cinq sur "Osez Joséphine". "Chatterton" est entièrement coécrit par les deux hommes avec le succès que l'on sait, notamment, de "Ma petite entreprise". La carrière solo de Jean Fauque ne décolle pas mais ses titres personnels remportent un beau succès d'estime. Il élargit en revanche ses collaborations de parolier à de nombreux autres artistes : Jacques Dutronc, Johnny Hallyday, Patricia Kaas, Carole Laure, Isabelle Boulay, Marc Lavoine, Guesh Patti, Luz Casal...

Le reportage de Roland Dinckel, Vincent Roy, L. Guigues :