Jacques Brel et sa maison secrète de la Côte d'Azur

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/10/2016 à 18H00, publié le 07/10/2016 à 17H58
Jacques Brel et sa maison de Roquebrune-Cap-Martin 

Jacques Brel et sa maison de Roquebrune-Cap-Martin 

© KEYSTONE Pictures USA/ZUMAPRESS.com et PHOTOPQR/NICE MATIN

Dans les années 60, Jacques Brel a caché ses amours interdites avec sa maîtresse, Sylvie Rivet, dans une maison de Roquebrune-Cap-Martin, au bord de la Méditerranée. C'est là qu'il a écrit certaines de ses plus belles chansons comme "Amsterdam", "Mathilde" et "Le plat pays". Le nouveau propriétaire, un Italien, a souhaité conserver l'âme de la demeure et de l'immense artiste qui l'a occupée.

Reportage : Bernard Peyrano et Jean-Marc Sara

Quand on évoque Jacques Brel, les lieux auxquels on pense spontanément sont la Belgique, bien sûr, le plat pays qui était le sien et qu'il aimait tant, Paris et la salle mythique de l'Olympia, ou encore les îles Marquises où il a passé les dernières années de sa vie et où il repose. 
Pourtant, l'artiste a vécu dix ans sur la Côte d'Azur, de 1961 à 1971. A l'âge de 34 ans, il s'installe clandestinement avec sa maîtresse, Sylvie Rivet, ancienne attachée de presse de chez Philips, dans une maison de Roquebrune-Cap-Martin située au bord de la plage. Fasciné par la grande bleue, il fait même rabaisser la fenêtre de sa chambre pour admirer la mer depuis son lit ! 

Jacques Brel et Sylvie Rivet devant leur maison de Roquebrune 

Jacques Brel et Sylvie Rivet devant leur maison de Roquebrune 

© PHOTOPQR/NICE MATIN

Les bonbons de la voisine 

La modeste demeure devient son refuge, loin des tournées et des affres de la vie parisienne. Ce petit coin de paradis et ses habitants l'inspirent : il y écrit quelques-uns de ses plus beaux titres, comme "Amsterdam", "Le plat pays", "Jef", "Mathilde" ou encore "Les bonbons" qu'il compose pour une voisine. Celle-ci venait régulièrement lui apporter du Limoncello qu'elle avait concocté. Brel n'en était pas très friand mais pour la remercier, il lui dédia la fameuse chanson : "Je vous ai apporté des bonbons, parce que les fleurs c'est périssable, puis les bonbons c'est tellement bon, bien que les fleurs soient plus présentables"... 

Jacques Brel au coin du feu dans sa maison de Roquebrune 

Jacques Brel au coin du feu dans sa maison de Roquebrune 

© PHOTOPQR/NICE MATIN

Place Jacques Brel 

En 2004, la maison, alors à l'abandon, est rachetée par un Italien, Marco Capitini. Ce dernier a tout fait pour conserver l'esprit de l'illustre propriétaire précédent.

En 2008, pour l'anniversaire des 30 ans de la disparition de Brel, la ville de Roquebrune a souhaité lui rendre hommage en baptisant une place à son nom, à l'endroit où l'artiste passait quotidiennement pour rejoindre la plage et sa fameuse maison. 

Jacques Brel dans le jardin de sa maison de Roquebrune 

Jacques Brel dans le jardin de sa maison de Roquebrune 

© PHOTOPQR/NICE MATIN

La même année, les héritiers de Sylvie Rivet, décédée en 2002, ont décidé de vendre aux enchères une collection d'objets issus de la maison de Roquebrune. Affiches, manuscrits, disques, guitares... 95 lots sont vendus au public pour 1,27 millions d'euros. La famille Brel, notamment France, la fille de Jacques, a tout tenté pour interdire cette vente car elle souhaitait récupérer ces souvenirs. Mais les enchères ont bien eu lieu et les objets du Grand Jacques se sont arrachés à prix d'or, comme le cahier à spirales contenant les paroles manuscrites de la chanson "Amsterdam", acheté près de 109 000 euros.