INTERVIEW. Salvatore Adamo publie son 24e album studio et en français : "L'Amour n'a jamais tort"

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/02/2016 à 19H30, publié le 03/02/2016 à 19H28

"L'Amour n'a jamais tort", c'est le titre du 24e album original signé Salvatore Adamo et publié ce vendredi 5 Février. Réalisé par un Belge Flamand et enregistré en Belgique avec des musiciens flamands et anglais, il marie à merveille l'élégance classique de l'artiste avec les sonorités modernes qui habillent son inspiration aux goûts du jour, en lui conservant sa fraîcheur légendaire.

Ce nouvel album demeure en tous titres (treize) fidèle à l'univers qui séduit depuis plus d'un demi-siècle avec des mélodies légères sur des chansons d'amour teintées de mélancolie comme "Les jours passent", "Revenons" ou "Des mots dans le vent", une petite comédie de moeurs familiales pimentée d'autodérision dans "De père à fille", le pétillant duo avec Joyce Jonathan, sans oublier des textes au ton plus grave nés dans l'air inquiet du temps.

L'artiste, qui a souvent été moqué - à tort - pour son côté lisse et naïf, a su évoquer les problèmes de son époque dans des chansons "concernées", terme qu'il préfère à "engagées", ainsi "Inch Allah", "Les collines de Rabiah", "Mon douloureux Orient", "Manuel" (sur le franquisme) et même "Laissez rêver les enfants" sur l'affaire Dutroux.
Dans "L'Amour n'a jamais tort", Adamo continue de suivre l'évolution de la société en évoquant par exemple le couple homosexuel dans "Lola et Bruno", ou la tuerie de Charlie Hebdo dans "Chantez". S'il ne croit pas qu'une chanson puisse changer le monde, il pense qu'elle peut aider à réfléchir. 

"En se transmettant de bouche à oreille et par sa diffusion sur les médias, une chanson peut arriver aux oreilles des gens qui nous gouvernent pour leur faire comprendre que les gens simples, ils ne rêvent que de vivre en paix." assure Salvatore Adamo qui ajoute "assumer sa naïveté et croire toujours en l'être humain".

Chanter pour ceux qui rêvent encore

Lorsqu'il est arrivé au milieu des années 60 avec ses rythmes à contrecourant, son charme désuet et son personnage fleur bleue, il est apparu inclassable. Cinquante années plus tard et près de cent millions de disques vendus dans le monde, celui que Jacques Brel avait surnommé "Le tendre jardinier de l'amour" n'a rien perdu de sa gentillesse et de sa modestie non feinte. Il éprouve toujours le même plaisir à écrire des chansons qu'il souhaite interpréter le plus longtemps possible "pour ceux qui rêvent encore". 

Il se méfie des "trucs" et des "recettes", s'efforçant d'être sincère et authentique dans les émotions qu'il veut transmettre. "J'ai essayé de ne pas envoyer de poudre aux yeux et j'espère ne jamais le faire" assure Salvatore Adamo dont la mission d'artiste consiste simplement à apporter de la poésie à un monde qui en manque singulièrement.

Interview réalisée par Michel Vial, Steven Pichavant et Frank Clarke

Sortie de l'album le 5 Février 2016

Adamo en tournée

Vandoeuvre Les Nancy (7 Février)
Saint Quentin (14 Février)
Barcelone (3 Mars)
Chartres (1er Avril)
Enghien (2 Avril)
Paris, Olympia (8 et 9 Avril)
Ostende (14 Avril)
Bruges (17 Juin)