Il y a 30 ans disparaissait Daniel Balavoine, chanteur et citoyen engagé

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/01/2016 à 19H01, publié le 10/01/2016 à 16H37
Le chanteur Daniel Balavoine est mort le 14 janvier 1986 dans le crash de son hélicoptère au Mali, il avait 33 ans

Le chanteur Daniel Balavoine est mort le 14 janvier 1986 dans le crash de son hélicoptère au Mali, il avait 33 ans

© SIPA/BENAROCH

Le 14 janvier 1986 Daniel Balavoine trouvait la mort dans un accident d’hélicoptère au Mali. 30 ans après sa disparition, ses chansons n’ont pas pris une ride et ses mots font écho à notre actualité. Retour sur la carrière et sur les combats d’un homme libre.

Reportage : P.Deschamps, C.Sinz, Z.Berkous, B.Girodon, M.Cargnino, M.Marini

1986. Cette année-là, Daniel Balavoine suit la caravane du Paris-Dakar mais n’y participe pas comme en 83 et 85. Non, lui vient pour amener l’eau dans le désert. Ou plutôt des pompes à eau dans les villages traversés par le rallye. C’était son grand projet, venir en aide aux populations du Sahel. Ce Sahel qu’il avait appris à aimer et où il va disparaître quelques jours après avoir commencé à installer les premières pompes.
 

Daniel Balavoine à Agadez au Niger le 8 janvier 1986 après la mise en service d'une pompe à eau

Daniel Balavoine à Agadez au Niger le 8 janvier 1986 après la mise en service d'une pompe à eau

© DANIEL JANIN, DOMINIQUE FAGET / AFP


Débuts difficiles

Balavoine a 33 ans et il est à l’apogée de sa carrière grâce au succès de son huitième album "Sauver l'amour", avec son tube "L'Aziza", symbole de l’antiracisme, ou encore "Mon fils, ma bataille". Des chansons engagées d'un indigné avant l'heure qui au départ voulait faire de la politique.
 
Mais le jeune Balavoine a une autre passion : la musique. D’un groupe à l’autre il se retrouve vendeur de disques à Paris, puis choriste, notamment pour Catherine Ferry qu'il accompagne lors du concours de l'Eurovision en 1976. Son premier disque ne se vend pas, le deuxième non plus, malgré leur qualité. Barclay veut le virer, mais le directeur artistique parvient à lui sauver la peau.
 


La consécration avec le 3e album

Le succès arrive en 1978 avec "Le chanteur", son troisième album qui lui offre la consécration. Plus d'un million de disques vendus. Balavoine qui décroche également le rôle de Johnny Rockfort dans "Starmania" ("Quand on arrive en ville", "SOS d'un Terrien en détresse") devient une star et enchaînent les tournées.
 
Mais derrière Balavoine le chanteur se cache aussi Balavoine l’homme libre. Libre de ses paroles, de ses opinions, comme ce jour de 1980 où il n’hésite pas à interrompre en direct le journal d’Antenne 2 pour interpeller le futur Président de la République François Mitterrand et évoquer le malaise de la jeunesse. Un épisode qui allait profondément changer l’image de Balavoine auprès des Français et plus particulièrement des jeunes dont il deviendra l’une des « voix ».