"Il n'y a plus d'après", le "magnifique cadeau" de Guy Béart à Juliette Gréco

Par @Culturebox
Publié le 16/09/2015 à 18H11
Juliette Gréco au Printemps de Bourges, lors de sa tournée d'adieu (24 avril 2015)

Juliette Gréco au Printemps de Bourges, lors de sa tournée d'adieu (24 avril 2015)

© Stéphanie Para / PhotoPQR / Berry Républicain / MaxPPP

La chanteuse Juliette Gréco, icône de Saint-Germain-des-Prés, a rendu hommage au "grand poète" Guy Béart, mort mercredi à l'âge de 85 ans, en évoquant le "magnifique cadeau" qu'il lui avait fait en lui écrivant en 1960 la chanson "Il n'y a plus d'après".

"C'était un grand poète, quelqu'un d'extrêmement talentueux, qui laisse une oeuvre importante. On a besoin de gens comme lui", a-t-elle confié à l'AFP.

"Un jour, il m'a téléphoné et m'a dit qu'il avait écrit cette chanson pour moi, +Il n'y a plus d'après+. Il est venu à la maison et me l'a chantée et me l'a jouée. J'ai été très heureuse, c'était un magnifique cadeau", a raconté Juliette Gréco, âgée aujourd'hui de 88 ans.


Gréco a rappelé qu'elle avait chanté une fois la chanson avec Béart en duo. Guy Béart, mort mercredi neuf mois après ses adieux à la scène, a aussi "écrit des chansons drôles, comme +Chandernagor+", a dit Juliette Gréco.

"Il était très solitaire"

"Nous nous connaissions depuis qu'on était jeunes. On est partis en tournée ensemble assez souvent, dans le cadre des tournées Canetti (du nom du producteur Jacques Canetti, ndlr). Et puis on s'était perdus de vue car ce n'était pas quelqu'un de très sociable, c'était quelqu'un d'assez intérieur, qui manifestait très peu ses sentiments."

"Il était très solitaire. Nous, on était très dissipés, on faisait énormément de bêtises, et lui restait en dehors de tout ça, impassible. C'était un personnage très étrange et très intéressant", a ajouté Juliette Gréco.