Eternel Jacques Brel

Par @Culturebox
Mis à jour le 01/11/2015 à 14H53, publié le 01/11/2015 à 14H46
Jacques Brel en 1968

Jacques Brel en 1968

© Jean-Claude Pierdet / INA

37 ans après sa mort, Jacques Brel reste le symbole de la chanson française. Nos confrères de France 2 sont revenus sur le parcours et le destin de ce Belge qui, à 24 ans, décide de tenter sa chance à Paris. Trois ans plus tard, il connait le succès grâce à sa chanson "Quand on n'a que l'amour". L'histoire peut commencer...

Reportage : A. Guery / J. Nourry / E. Rassat / G. Liaboeuf
Pour beaucoup, Jacques Brel est un très grand artiste et surtout un interprète unique. Qui, même après avoir entendu des dizaines de fois "Ne me quitte pas",  "Quand on n'a que l'amour" ou encore "Amsterdam" ne ressent pas une grande émotion ?

Jacques Brel - Ne me quitte pas - Maison de la Radio, le 10 novembre 1966
Outre ses nombreux succès musicaux, c'est également la personnalité de Jacques Brel qui fait de lui une star intemporelle. Ses choix aussi. Celui de quitter le scène à 37 ans, en pleine gloire. Celui, audacieux, de se lancer ensuite dans une carrière au cinéma. Avec là encore, un grand talent. Pour son premier rôle dans "les risques du métier" de André Cayatte, il campe un instituteur accusé de viol. Pour son dernier, "L'emmerdeur" (1973) d'Edouard Molinaro, il s'est glissé dans la peau du personnage récurrent de Francis Veber, Fançois Pignon, face à Lino Ventura. 

 Interview de Jacques Brel et André Cayatte par Léon Zitrone à l'occasion de la sortie de "Les risques du métier", en 1967

L'un de ses derniers choix fut de passer les dernières années de sa vie, malade, dans les Iles Marquises. Il meurt d'une embolie pulmonaire le 9 octobre 1978 à Bobigny. Jacques Brel repose au cimetière d'Atuona, aux Iles Marquises, non loin de la tombe de Paul Gauguin.