David McNeil, le parolier des stars revient avec "Un lézard en septembre"

Par @Culturebox
Mis à jour le 16/06/2014 à 18H54, publié le 26/05/2014 à 11H25
David Mc Neil, un des meilleurs paroliers de la chanson française mais aussi et avant tout un chanteur "élégant"

David Mc Neil, un des meilleurs paroliers de la chanson française mais aussi et avant tout un chanteur "élégant"

© PHOTOPQR/LE PARISIEN

Avec « Un lézard en septembre », David McNeil signe son grand retour à la chanson après vingt-trois ans d’absence. Elégant et discret (qui sait que son père est le peintre Chagall ?), l’homme est un des plus grands auteurs de la chanson française. A 68 ans, cet amoureux des mots revient avec un album de douze titres et des duos avec Alain Souchon et Robert Charlebois.

Chanteur, parolier et romancier, David McNeil est d’abord un amoureux des mots. Ce goût de l’écriture lui est venue alors qu’il était en pensionnat où il trompait son ennui à la bibliothèque (sa mère a quitté son père, Marc Chagall, pour aller vivre en Belgique, quand David avait cinq ans et demi). Lycéen à Bruxelles, dans les années 60, il découvre la chanson française avec Gainsbourg et Nougaro. En 1972, il sort son premier album chez Saravah où chantent Higelin et Brigitte Fontaine, puis il rejoint RCA où il rencontre entre autre Alain Souchon et Laurent Voulzy. David McNeil signera six albums avant d’être remercié dans les années 80. Comme beaucoup d’autres, on estime qu’il ne vend pas assez d’albums. Il devient alors parolier, signant des titres cultes pour Yves Montand, Alain Souchon et Julien Clerc.

Reportage : J-N. Mirande / S. Barie
En 1991, son album « Seul dans ton coin » fut salué par les critiques mais sans rencontrer le succès qu’il attendait. Et en 1997, il s’offrait « Un soir à l’Olympia », réunissant autour de lui ses amis fidèles, Charlebois, Renaud, Souchon, Voulzy Clerc. Ensuite, ce fut l’éclipse. Deux cancers, une dépression mais toujours la présence rassurante des amis et surtout des mots. Pendant ces années "galère", David MNeil a écrit une dizaine d’ouvrages, romans ou récits autobiographiques. Le dernier « Quatre mots, trois dessins et quelques chansons » est paru chez Gallimard en 2013. Il y raconte en dix épisodes son parcours, son métier, sa discrétion ou les démons qui l’ont parfois éloigné du succès. 
"Un lézard en septembre" de David McNeil (Parlophone/Warner) 18€ env. 
"Quatre mots, trois dessins et quelques chansons" de David McNeil (Ed. Gallimard), 208 pages, 13€ env.