Da Silva revient avec un nouvel album, "La tendresse des fous"

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 29/09/2009 à 10H24
Da Silva revient avec un nouvel album, "La tendresse des fous"

Da Silva revient avec un nouvel album, "La tendresse des fous"

© Culturebox

Rencontre avec le chanteur Da Silva qui sort  son 3ème album intitulé " La tendresse des fous ". Avec deux précédents albums disques d'or, le rennais a largement trouvé son public et son style. Il sera en tournée à partir de janvier 2010 et à l'Olympia à Paris le 11 février.

Avant d'arriver là où il est, Da Silva a été représentant de commerce, puis a joué dans des groupes punks (une époque qui lui a laissé une acouphène persistante dans l'oreille gauche), créé de la musique industrielle, participé aux tambours du Bronx, monté deux groupes (Venus Coma et Mitsu). Et puis un jour, il a fait route seul avec son style, intimiste et minimaliste. ça a fait mouche : "Décembre en été" s'est vendu à 110 000 exemplaires, et deux ans plus tard, "De beaux jours à venir" a confirmé qu'il avait séduit un large public. Pour le troisième opus, on retrouve sa "patte". Mais la méthode, elle, a changé. Pour les deux premiers albums, Da Silva enregistrait chez lui, dans son salon, la voix d'abord, la guitare, puis rajoutait en studio si nécessaire un autre instrument. Pour "La tendresse des fous", il a voulu sortir du cocon : "je savais que si je ne bousculais pas certaines habitudes, j'allais finir par me caricaturer". Il a donc travaillé dans un studio rennais, Le passage à niveau, avec des techniciens, des musiciens, un réalisateur et un arrangeur...autant de regards qui l'ont obligé à se remettre en cause. Et au final, il avoue que "cet album est celui qui lui ressemble le plus...Je suis très heureux des autres mais j'en étais comme le spectateur, avec ce maniérisme dans la voix. Dans ce disque, je me raconte beaucoup plus mais avec plus de pudeur". Ses textes, eux, sont toujours ciselés, bien écrits et empreints de mélancolie. Est-ce que c'est un trait de caractère ? "Je ne suis pas un poète maudit qui vit enfermé dans un truc avec une vie sombre. Mais dans la musique, j'ai cette pathologie de la mélancolie. C'est mon juste équilibre." Un équilibre qui pour le moment en tout cas lui réussit.