Eurovision 2013 : le Portugal n'ira pas, faute de moyens

Par @Culturebox
Mis à jour le 16/05/2013 à 16H31, publié le 24/11/2012 à 17H30
La Portugaise Filipa Sousa est restée dans l'ombre des demi-finales de l'Eurovision 2012 (25/5/2012)

La Portugaise Filipa Sousa est restée dans l'ombre des demi-finales de l'Eurovision 2012 (25/5/2012)

© Vyacheslav Oseledko / AFP

Placé sous assistance financière internationale, le Portugal renonce à participer au concours 2013 de l'Eurovision de l'an prochain, a annoncé vendredi soir la télévision publique RTP.

Motif invoqué : les restrictions budgétaires. "La RTP a annoncé aujourd'hui (vendredi) aux institutions compétentes qu'elle ne participerait pas à l'Eurofestival de 2013 en Suède", a-t-elle indiqué dans un communiqué. "L'actuelle conjoncture budgétaire ne permet pas d'accumuler les événements importants et il faut donc choisir ceux qui apportent davantage de dignité et qui, en même temps, touchent un public plus large."

La prochaine édition du concours musical de l'Eurovision aura lieu du 14 au 18 mai à Malmö, dans le sud de la Suède. Sans les Portugais, qui ne cèdent pas aux sirènes anglophones et chantent toujours dans la langue du pays. Meilleure place atteinte par les Lusitaniens à l'Eurovision : la 6e, en 1996. En 2012, dernière participante en date, la chanteuse Filipa Sousa n'a pas pu aller au-delà des demi-finales de la compétition.


Lors de l'Eurovision 1974, la chanson "E depois do adeus", par Paulo Carvalho, avait marqué le premier signal de la Révolution des Œillets, qui allait chasser du pouvoir la dictature salazariste

L'audiovisuel public en sursis ?
Dans le cadre du plan d'aide accordé au Portugal  en mai 2011 par l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI), le gouvernement de centre droit a annoncé son intention de privatiser une partie de l'audiovisuel public. Cependant, le modèle de cette privatisation reste à préciser, ces annonces ayant suscité une vive polémique qui a notamment entraîné la démission en bloc du précédent conseil d'administration de la RTP, en août dernier.