Exclu. Christian Olivier, ex et futur Têtes raides, dévoile le clip "Je me quitte"

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/11/2016 à 10H43, publié le 16/11/2016 à 12H42

Après un premier album solo, sorti au moins de juin dernier, Christian Olivier des Têtes raides nous propose en exclusivité le clip de "Je me quitte". Nous l’avons rencontré et parlé un peu de son expérience solitaire.

Le voilà seul Christian Olivier. Et depuis un petit moment déjà. Il a quitté ses fameuses Têtes raides il y a quelques mois. Certainement pour mieux y revenir. Nouveaux musiciens, nouvelles rencontres, il profite de sa jolie parenthèse de solitude, marquée par la sortie d’un album, au mois de mars dernier et intitulé "On/Off". Un album rock-introspectif, résolument moderne, avec des influences électro qu’on ne lui soupçonnait pas. "Ma rencontre avec Edith Fambuena qui a produit Daho ou Bashung par exemple a fait évoluer les choses vers ça. Mais j’avais la volonté d’aller vers la machine. Même si elle ne doit pas être la source", confie l’artiste. 
 
À la source, il y avait surtout du cuivre et des cordes. De l’image, un petit air rageur, un brin de révolution dans le texte, de l’électricité et quelques guinguettes déjantées. Mais il y avait surtout "Ginette", le titre phare de leur premier opus "Not Dead", paru en 1989. "Ça fera bientôt 30 ans. On a fêté les 10 ans des Têtes raides avec un album. On a fêté les 20 ans de la même manière. Je ne vois pas pourquoi on ne fêtera pas aussi nos 30 ans". Autant dire que cette pause ne sera pas éternelle et qu’on devrait voir le collectif, icône de la chanson française indépendante, assez rapidement se reformer. "Enfin, si personne ne part à la retraite d’ici-là", sourit-il.

L'interview vidéo de Christian Olivier

La rencontre a lieu chez son disquaire, dans le 11e arrondissement de la capitale, à deux pas de La Belle Équipe, dramatiquement touché par les attentats de novembre. Si le collectif Têtes raides était solidement enraciné dans son époque et n’hésitait pas à faire entendre sa voix, Christian Olivier continue à creuser ce sillon. Et puis de toute façon, comme il rappelle lui-même avec humour, "le compositeur, c’est à peu près le même, l’auteur aussi et je crois bien que le chanteur n’a pas non plus beaucoup changé".
 

"Une nouvelle carrière"

 
L’ambition, dans ce nouvel album, est également toujours la même que celle affichée depuis 30 ans. Défendre la vie, ardemment. Comme dans le premier titre de On/Off, "Je crie". "Je crie pour tout c’qui vit. Je crie pour c’qu’est joli. Je crie pour c’qui nous lie", y lance-t-il. "Quand on écrit un album, on est dans la réalité, qu’on le veuille ou non. On est toujours dans le temps. On est pleinement dans ce qui a pu se passer durant ces dernières années", confie-t-il.

Défendre la liberté aussi. Celle de créer, de provoquer. Celle des dessinateurs de Charlie Hebdo, victimes du terrorisme. "Quand d’un coup de crayon, on a biffé vos noms, ça m’a fendu le pique, place de la République", chante-t-il dans un morceau habilement intitulé "Démocramotie". 


Des jeux de mots tranchants, comme à l’époque et puis de la dérision, toujours. Comme dans le clip complètement barré de "Je vais bien", qu’il dévoilait au mois de juin dernier. On l’y voyait grimé en César, entouré de jeunes éphèbes bodybuildés. Mais comment les fans de la première heure vivent-ils ces nouvelles aventures ? "Plutôt bien, même si certains ont dû être pas mal surpris au début. Et puis le but de toute façon, c’est aussi d’en attirer de nouveaux", reconnaît l’artiste qui tient à rassurer son public : "Je ne ferai jamais de R&B. Je suis tout simplement en début de carrière et c’est super". 

Christian Olivier à Paris le 15 novembre 2016

Christian Olivier à Paris le 15 novembre 2016

© Boris Courret

 

LES PROCHAINES DATES

17/11 : NANTES – La Bouche d’Air
24/11 : FOUESNANT – L’Archipel
25/11 : QUEVEN – Les Arcs
26/11 : VIRE - Théâtre
02/12 : LOIRON – Théâtre des Trois Chênes
03/12 : LIGNIERES – Les Bains Douches
13/01 : POITIERS - La Blaiserie
14.01 : FIGEAC - Centre Culturel
19.01 : AVERMES - Isléa
20.01 : SAINT MAMET LA SALVETAT
21.01 : AUBENAS - Salle Le Bournot
27.01 : FLORANGE - La Passerelle