"Bossa Nova" : Pauline Croze s'envole au Brésil

Par @Culturebox
Mis à jour le 27/05/2016 à 18H10, publié le 27/05/2016 à 15H25
Pauline Croze en concert à Marcq-en-Baroeul le 13 février 2015

Pauline Croze en concert à Marcq-en-Baroeul le 13 février 2015

© Edouard Bride / PhotoPQR / La Voix du Nord / MAXPPP

La chanteuse française Pauline Croze s'offre une petite échappée "brésilienne" avec son nouvel album "Bossa Nova", qui paraît vendredi et où elle reprend des standards en français et en portugais, en compagnie de quelques invités.

Assumant une démarche "décalée", la chanteuse de 37 ans se replonge dans le répertoire français inspiré ou adapté de standards brésiliens, comme le "Tu verras" de Claude Nougaro (adaptée de "O que será"), "Fais comme l'oiseau" de  Michel Fugain ("Você Abusou"), la chanson de Nino Ferrer "La rua Madureira" et "Jardin d'hiver" d'Henri Salvador.
"A Felicidade", Pauline Croze et Vinícius Cantuária


"Essa Moça Tá Diferente" avec Flavia Coelho

On y croise aussi le "Samba Saravah" de Pierre Barouh (adapté de "Samba da  Bênção" de Vinícius de Moraes) ou "La Fille d'Ipanema" adaptée par Sacha Distel ("A Garota de Ipanema", de Tom Jobim et Vinícius de Moraes), autres  incontournables de ce style.

 Avec la chanteuse brésilienne Flavia Coelho, Pauline Croze reprend l'entêtant "Essa Moça Tá Diferente" de Chico Buarque popularisée il y a quelques  années par une publicité à la télévision. Avec le chanteur et guitariste  Vinícius Cantuária, elle chante "A Felicidade" de Tom Jobim.
 
Pauline Croze, "Les eaux de Mars"

La bossa, "ça traîne, ça freine, ça flotte"

"Ce qui m'intéresse dans la bossa, c'est le rapport guitare/voix. La quintessence ! Il y a un vrai sens de l'économie, un sentiment de dépouillement, mais constamment un rien de swing nonchalant. Ça traîne, ça freine, ça flotte", explique Pauline Croze dans le dossier de presse du projet.

Le point de départ de son intérêt pour cette musique provient de la musique  du film "Orfeu Negro" (1959), de Marcel Camus, dont elle reprend la chanson du générique, "Manhã de carnaval" (Luiz Bonfá et Antônio Maria) en clôture de ces 11 chansons. Un film qui l'a marquée, dit-elle, avec sa  "bande-son et la danse, la favela fantasmagorique et les allégories sur la  mort..."
 
Avec ce quatrième album, Pauline Croze sera en concert le 16 juin au Café de la  Danse, à Paris.
Pauline Croze avec Mario Broder , "Você Abusou"