Biolay accuse un site de rencontres adultères d'utiliser son image

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 15/11/2012 à 11H54
Benjamin Biolay dans le film "Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz

Benjamin Biolay dans le film "Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz

© NANA PRODUCTIONS/SIPA

Le chanteur Benjamin Biolay veut faire sanctionner par la justice un site canadien de rencontres adultères, ayant déjà détourné les portraits de présidents français, et qu'il accuse d'utiliser son image pour faire sa publicité, a annoncé jeudi son avocate Me Isabelle Wekstein. Le site lui propose 2,5 millions d'euros pour vanter l'infidélité.

Après s'être offert un lancement en fanfare avec une affiche mettant en scène quatre présidents français (François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande) barbouillés d'un rouge à lèvre hautement suspect, le site AshleyMadison.com récidive avec un deuxième coup de pub : une lettre ouverte à Benjamin Biolay, pressenti pour incarner une marque qui s'auto-qualifie de "sulfureuse"...

On peut sans doute reprocher beaucoup de chose à Noel Biderman, le Canadien créateur d'AshleyMadison, mais pas de manquer de culot, ni de sens de la communication, et surtout du commerce. Son créneau : l'adultère décomplexé ! "Leader international de la rencontre extraconjugale", le site revendique 16 millions d'utilisateurs dans le monde, et déjà 50 000 abonnés en France depuis son arrivée fin octobre. 

Biderman voit en Benjamin Biolay "l’ambassadeur idéal pour sa marque en France". Et il lui propose 2,5 millions d'euros en échange de sa participation à deux campagnes publicitaires radio, télé, web et presse écrite. Et, surtout, de la création d'une chanson sur le thème de l'infidélité que le site pourra utiliser pour appuyer sa promotion. 

Dans la lettre-proposition adressée au chanteur français, le patron du site explique son choix : "Nous pensons que vous êtes tout ce qu'une femme recherche chez un amant" !

La lettre de Noël Biderman à Benjamin Biolay

La lettre de Noël Biderman à Benjamin Biolay

© DR

Coup double ! Il était plus que probable que Benjamin Biolay refuse cette "offre"... mais son annonce était déjà, en soi, une campagne publicitaire ! En résumé, M. Biderman garde ses millions et l'image de Biolay devient, bien malgré lui, associée à la marque. AshleyMadison, pour son affiche-choc, s'était déjà bien gardé de solliciter l'autorisation des quatre présidents français, lesquels l'auraient evidemment refusée.  

Biolay riposte

"Le site de rencontre extraconjugal AshleyMadison.com s'approprie de  manière scandaleuse l'image de Benjamin Biolay en parfaite violation de ses  droits", a estimé Me Wekstein dans un communiqué. Elle entend dans un premier temps adresser une mise en demeure à la  plate-forme internet avant d'entamer des poursuites sur la base de l'atteinte  au droit à l'image du chanteur.

Interrogé par l'AFP, AshleyMadison.com a qualifié la proposition faite à l'artiste de "tout à fait sérieuse" sans nier qu'il s'agisse également d'un moyen pour le site de faire parler de lui. Benjamin Biolay a publié début novembre un nouvel album baptisé "Vengeance". Créé en 2002 au Canada, le site dit réunir aujourd'hui plus de 16 millions d'utilisateurs dans 25 pays et s'est lancé fin octobre en France avec une  publicité détournant les portraits des quatre derniers présidents de la  République, le visage marqué d'une trace de baiser au rouge à lèvres.