Art Mengo sort "Sujet libre", nouvel album d'un artiste inclassable et secret

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 20/10/2009 à 11H42
Art Mengo sort "Sujet libre", nouvel album d'un artiste inclassable et secret

Art Mengo sort "Sujet libre", nouvel album d'un artiste inclassable et secret

© Culturebox

Art Mengo revient avec un nouvel album, "Sujet libre", le 7ème en vingt ans de carrière. Textes et mélodies ciselés, pudeur, sensibilité, voix rocailleuse : le chanteur toulousain est égal à lui-même. Il sera en tournée dans toute la France jusqu'au printemps 2010 et à l'Européen de Paris du 20 au 24 octobre.

Dans tous les articles qu'on peut lire sur Art Mengo, il y a un mot qui revient toujours, c'est "discret". Au milieu des paillettes et des gesticulations télévisuelles, c'est vrai que Michel Armengot (son vrai nom) détonne depuis toujours. Mais finalement, entre les tubes qui l'ont fait connaitre du grand public ("Je l'ai tant aimé", "Parler d'amour" en duo avec Ute Lemper en 1993 ou "La mer n'existe pas") et des titres plus confidentiels, il a réussi à trouver son public et un style qui n'appartient qu'à lui, comme sa voix, reconnaissable entre toute. S'il faut chercher une explication à sa discrétion, on peut la trouver d'abord dans son enfance et une partie de son adolescence. Art Mengo souffre en effet de surdité à 70%. Elle l'isole et c'est un enfant introverti, solitaire. Finalement, une opération lui permettra de retrouver pleinement son ouïe. Mais avant cela, il aura quand même découvert l'univers des sons avec un petit clavier que lui offre sa mère. Un univers dont il ne sortira quasiment plus, composant des chansons tout en étant étudiant puis manutentionnaire chez Renault. Le succès arrivera dès 1988 avec "Les parfums de sa vie", Art Mengo est alors âgé de 26 ans...
L'autre raison de sa discrétion, ce sont peut-être ses origines : l'artiste est fils d'espagnols républicains réfugiés à Toulouse. Voilà ce qu'il en dit : "Je crois que j'ai une éducation de déraciné qui ne veut pas gêner, qui rêve de s'implanter quelque part sans faire de vagues. J'ai toujours et malgré tout, la sensation d'être accueilli en France comme dans un pays d'emprunt, ce qui explique, sans doute,cette pudeur dans tous mes comportements". Une pudeur qui est finalement un beau cadeau pour tout ceux qui apprécient sa musique et ses textes. Alors surtout, de grâce, ne changez rien, Monsieur Art Mengo