"Anticyclone", le 8e album de Raphaël dans la foulée d'un recueil de nouvelles

Par @Culturebox
Mis à jour le 24/09/2017 à 12H51, publié le 22/09/2017 à 14H20
Le chanteur Raphaël, août 2017

Le chanteur Raphaël, août 2017

© Yohan BONNET / AFP

"J'ai plané pendant quelques semaines, peut-être que je plane encore un peu d'ailleurs", avoue Raphaël, lauréat du Goncourt de la nouvelle en mai, qui est revenu le 22 septembre avec un disque élégant et sensuel, "Anticyclone". Le chanteur était l'invité du 20h de France 2.

Raphaël vit un rêve éveillé, depuis qu'à "son grand étonnement", la prestigieuse Académie l'a consacré en tant qu'auteur littéraire pour son premier recueil de nouvelles "Retourner à la mer". "Recevoir ce prix, ç'a été beaucoup plus fort que la Victoire de la musique, dit-il à l'AFP. Probablement parce que le Goncourt était dans mon imaginaire. Quand j'étais petit, ce prix existait, alors que les Victoires non. Ce n'est pas la même institution. Je ne m'y attendais tellement pas, c'est un grand honneur que je ne m'explique toujours pas."
Cette reconnaissance n'a pas incité pour autant Raphaël à rester inactif puisqu'il a écrit les paroles de son huitième album "dans un même élan, l'été dernier". "L'écriture a été facile. Parfois c'est beaucoup plus chaotique. Ce qui, d'ailleurs, ne préjuge en rien du résultat", estime l'artiste de 41 ans vêtu d'un bleu de travail floqué du drapeau vietnamien.

"Un avant, un après"

Pour ce qui est d'"Anticyclone", réalisé en 18 jours avec Gaétan Roussel aux manettes, l'auteur de "Caravane" propose un opus qui bénéficie de la limpidité d'écriture trouvée par son auteur. "Il y a un avant et un après la nouvelle, abonde-t-il. Ca a changé ma façon d'écrire. Dans la nouvelle, il s'agit de raconter une histoire simplement, de la manière la plus ascétique possible, sans chercher à faire joli. En musique c'est un peu la même chose. John Lennon disait que pour faire une bonne chanson, il faut avoir un truc à dire et le dire simplement. Et c'est bien ça le plus dur au fond."
Raphaël - L'année la plus chaude de tous les temps
Le lien entre le livre et l'album est ténu. Le titre du recueil, "Retourner à la mer", est aussi celui d'une chanson. "L'homonymie me plaisait assez. C'est comme un mantra", explique Raphaël. L'émouvante chanson "Quel genre d'ami ferait ça?", qui aborde le deuil d'un être cher sur fond de vocalises du contre-ténor Fabrice Di Falco, est elle adaptée d'une de ses nouvelles. 

Bientôt un film

"Cette ambiance s'est un peu imposée à moi. Il y a quelque chose de sensuel dans la nature que je ressens vraiment depuis que je me suis pris à la découvrir. Je suis loin d'être un cherokee mais j'ai une ivresse à son contact", affirme celui qui se décrit comme un "enfant de Paris, du béton".
Raphaël - Retourner à la mer (audio)
Dans son album, Raphaël invite au voyage avec "Fièvres d'Asie", que ne renierait pas Gérard Manset ou encore "Retourner à la mer", inspiré par un séjour à Naples. "J'y ai écrit le disque en partie. Pompéi m'a fasciné et me fascine encore. Il y a l'Atlantide, le monde englouti, les nuits ardentes...". Enfin, dans "La question est why", "gainsbourgeois" à plus d'un titre, Raphaël a convaincu son épouse, l'actrice Mélanie Thierry, de chanter avec lui malgré sa réticence. "Cette chanson est intime, ça avait plus de sens de la faire avec elle. J'en suis content. C'est comme les voyages, c'est une fabrique de souvenirs. Sur mon disque précédent, mon fils chante sur un des morceaux. Il ne faut pas que je l'entende, sinon je pleure."

Un nouvelle collaboration se profile entre eux. En l'occurrence, le premier film que Raphaël espère bientôt réaliser, avec l'actrice dans le premier rôle.