Ces tubes qui ont marqué votre été : histoire d'un phénomène en vidéos

Par @Culturebox
Mis à jour le 24/07/2015 à 18H52, publié le 23/07/2015 à 10H39
Extrait de la pochette du tube de Nino Ferrer en 1975

Extrait de la pochette du tube de Nino Ferrer en 1975

© Polydor

Concept marketing ou magie d'un coup de foudre, chaque année le tube de l'été apparaît d'une manière fulgurante et s'éteint comme un feu d'artifice dans un ciel étoilé. Toute la semaine la rédaction de France 2 vous propose de redécouvrir ces mélodies qui ont bercé vos étés des années 60 à aujourd'hui.

La série de l'été de France 2 exhume les grands tubes de l'été, qui ont fait chalouper des millions de vacanciers. 
Reportages : N.Lemarignier, A.Bouju, I.Thiam, M.Laporte.

Premier épisode : "Et j'entends siffler le train" et "Les jolies colonies de vacances"

Eté 1962, fin de la guerre d'Algérie, Richard Anthony créé cette ballade mélancolique et s'invite dans des milliers de foyers français. "Et j'entends siffler le train" est une adaptation du succès américain des Journeymen "Five Hundred Miles". Le titre est rapporté en France par Hugues Aufray mais confié à Richard Anthony. Le slow remporte immédiatement l'adhésion du public avec 1,5 millions de disques vendus et signe la célébrité éternelle du chanteur. 

Dans un tout autre genre et beaucoup plus polémique, "Les jolies colonies de vacances" de Pierre Perret fait souffler sur l'été 1966 un vent de scandale. La chanson est jugée odieuse ou ridicule. Sans doute pas assez politiquement correcte... Le chanteur se rachètera une conduite en 1971, en laissant sortir les oiseaux de la cage. 

Reportage : N.Lemarignier, A.Bouju, I.Thiam, M.Laporte


Deuxième épisode : 1975, "L'été indien" et "Le Sud"

On ira où tu voudras quand tu voudras... ce slow légendaire de Joe Dassin rend l'été de 1975 totalement torride. La chanson originale existait avant le chanteur, écrite par le groupe italien Albatros elle s'appelait alors "Africa". Même mélodie, même parlé-chanté à l'époque on s'embarrassait moins avec les droits d'auteur. Au départ, cette chanson devait être interprétée par Claude François. Panne de réveil du chanteur yéyé, c'est Joe Dassin qui remporte le jackpot. 

La même année, Nino Ferrer enregistre avec la chanteuse Radiah Frye un album en anglais avec le titre : "The south" interprété en duo. La maison de disque lui demande une version en français, "Le sud" se vendra à plus d'un million d'exemplaires et entre dans la légende des tubes. 

Troisième épisode : "Lambada", "Soca dance", "Macarena", le trio gagnant des années 90

Les tubes de l'été viennent parfois de loin, de pays qui sentent le soleil. C'est le cas de la "Lambada "en 1989, une chanson créée à l'origine dans les Andes attribuée à l'époque au Brésil. Le tube caliente se vendra à cinq millions d'exemplaires et fera naître de nombreux flirts. L'année suivante les maisons de disque exploitent le filon et lancent sur le même principe la "Soca dance". Vient ensuite la "Macarena" avec sa chorégraphie aguicheuse, inventée la danseuse Mia Frye, la fille de Radiah qui chantait en duo avec Nino Ferrer "The South".


Quatrième épisode : 1978-1998 coup double pour "I Will Survive"

1998, coupe du monde de football, les bleus sont en finale et derrière eux plusieurs millions de français qui reprennent en coeur un tube sorti 20 ans plus tôt : "I Will survive" de Gloria Gaynor. A l'époque, ce titre faillit pourtant passer inaperçu. Face B d'un 45 tour, la chanson qui raconte l'histoire d'une femme bafouée qui veut survivre sera repérée par une radio de Boston. Diffusée en boucle elle devient alors un tube et fait danser l'Amérique des discothèques. 40 ans après, la chanson génère toujours le même enthousiasme. 

Cinquième épisode : Daft Punk, David Guetta l’électro française fait danser la planète

1997, un Ovni musical se retrouve dans tous les bacs des grandes enseignes culturelles et passe très vite en boucle en boite et en soirée étudiante. « Around the World » signé Daft Punk fait le tour de la planète et des platines, et fait exploser les box office. Deux mois après sa sortie l’album est déjà vendu à 20 millions d’unité dans le monde. Casqués au départ, les deux acolytes le sont toujours aujourd’hui et chaque nouveau titre devient un tube en soi.
Dans un style moins anonyme et carrément plus exhibitionniste, le clubber David Guetta fait également le plein des tubes de l’été. Entre 2007 et 2015 il comptabilise cinq hit très hot. Il a vendu en tout plus de 10 millions d’albums et 55 millions de fans sur les réseaux sociaux. 

Ces tubes qui ont marqué votre été : histoire d'un phénomène en vidéos Ces tubes qui ont marqué votre été : histoire d'un phénomène en vidéos