Ces "crèches musicales" qui développent le langage des enfants

Par @Culturebox
Mis à jour le 26/12/2016 à 15H23, publié le 26/12/2016 à 15H17
Les enfants stimulent leurs neurones grâce à la musique

Les enfants stimulent leurs neurones grâce à la musique

© France 3 / Culturebox

Bâtons de pluie, flûte et chants, les enfants d’une crèche de banlieue parisienne baignent dans un environnement sonore. Une belle idée puisque selon une nouvelle étude, la musique a un impact positif dès le plus jeune âge sur l’apprentissage du langage.

Dès les premiers mois, certains enfants font des sons et apprennent à les reconnaître. C’est le cas dans la crèche Cap Enfants de Gennevilliers ouverte en 2006, où les journées des bambins sont rythmées de musique. Dans un but bien précis : stimuler leurs neurones et développer leur langage. Cette initiative a intéressé la chercheuse en psycholinguistique Chantal Caracci. Elle a lancé en 2016 une étude supervisée par Marie-Thérèse Le Normand, directrice de recherches à l'Inserm, dont les premiers résultats sont parlants.

Reportage : L.Fouque / M.Zambrano / J.Nourry / D.Burel / S.Testor / H.Possetto

Conserver une large palette sonore

Dans la crèche, de multiples instruments de musique s’ajoutent aux jouets et aux livres. Chaque matin, les petits écoutent des comptines accompagnées de musique, parfois en langue étrangère. Ils entendent les sons, mais peuvent aussi les produire, grâce aux flûtes, aux castagnettes ou aux tambours. L’étude de Chantal Caracci démontre les nombreux atouts de cette approche, un éveil musical qui permet, en premier lieu, de développer leur capacité auditive. Ruth Jornod, musicologue, précise : "On cherche à leur faire écouter le maximum de sonorités possibles, qu’ils n’entendraient pas dans d’autres circonstances, et puis à éveiller leur curiosité".
La crèche Cap Enfants de Gennevilliers propose des ateliers musicaux

La crèche Cap Enfants de Gennevilliers propose des ateliers musicaux

© France 3 / Culturebox

Entre 3 et 9 mois, l’oreille de l’enfant est en effet capable d’entendre tous les sons de toutes les langues. Cependant, vers 10 mois, son ouïe va se spécialiser dans sa langue maternelle. Faire écouter des sons variés et des langues diverses permet donc de conserver les capacités auditives de départ et un plus large spectre sonore. Vers 2 ans, les jeunes pousses passent à l’étape supérieure. La crèche a mis en place un outil pédagogique breveté, "la Bulle Musicale®", pour permettre aux enfants d’identifier les sons en leur faisant correspondre une image ou un mot. En trois ans, ils devraient être capables de distinguer 15 000 sons différents. Et comme l’explique Claudia Kespy-Yahi, fondatrice des crèches Cap Enfants, "l’ouïe est le seul sens parfaitement développé quand l’enfant nait : on lui permet d’entretenir sa capacité d’écoute. Et qui dit meilleure écoute dit ensuite meilleur parler."
Les bambins entrent dans la "Bulle musicale"

Les bambins entrent dans la "Bulle musicale"

© France 3 / Culturebox

La musique pour stimuler l’envie de parler

Ouvrir grand ses oreilles, et mieux parler grâce à la pratique et à l’écoute de la musique ? Une corrélation déjà mise en avant par de nombreuses études. Certaines montrent notamment que la musique active les mêmes zones cérébrales que le langage. Alors pour étudier l’influence de son projet pédagogique, Cap Enfants a aussi décidé de faire appel à une chercheuse en psycholinguistique, Chantal Caracci. Cette dernière a fait passer des tests de vocabulaire à 51 enfants âgés de 3 ans à 10 ans et restés plus de deux ans dans la crèche. En général, les enfants obtiennent 10 sur 19, mais les résultats de ceux ayant suivi le programme musical sont frappants : en moyenne 17 sur 19, et ce quel que soit leur milieu social, que les parents soient cadres ou employés.
La musique stimule les mêmes zones du cerveau que le langage

La musique stimule les mêmes zones du cerveau que le langage

© Culturebox

Plus l’enfant est habitué à écouter une diversité de sons, plus il est donc capable de mobiliser un vocabulaire riche, peu importe son environnement familial. La méthode, selon Chantal Caracci, "les initie à écouter les sons de la langue, va leur permettre de voir les syllabes, de comprendre le rythme, la mélodie de la langue, et c’est très important". D’autant plus que le langage est à la base de tous les apprentissages à commencer par la lecture.