Avec la Seine Musicale, Paris élargit sa capacité de salles déjà très riche

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/04/2017 à 18H52, publié le 17/04/2017 à 18H43
La nouvelle "Seine Musicale" à Boulogne Billancourt (photo prise le 17 février 2017).

La nouvelle "Seine Musicale" à Boulogne Billancourt (photo prise le 17 février 2017).

© Leon Tanguy/MAXPPP

Paris n'a cessé d'accroître récemment son offre de lieux de spectacles, avec la création de la Philharmonie dont on salue le succès, et de l'Auditorium de Radio France ou la rénovation de Pleyel, en attendant l'imposante U Arena. L'ouverture de la Seine Musicale en fin de semaine avec ses deux salles (une pour le classique, l'autre pour les musiques amplifiées) vient l'enrichir encore.

La Seine Musicale

Le nouveau pôle musical de l'Ile Seguin mise sur une programmation éclectique, avec aux manettes l'ancien directeur du Théâtre du Châtelet Jean-Luc Choplin, pour attirer le public de l'ouest parisien.
La Seine musicale à Boulogne Billancourt

La Seine musicale à Boulogne Billancourt

© Leon Tanguy/MAXPPP

Outre le classique avec l'orchestre résident Insula Orchestra et l'académie de Philippe Jaroussky, y seront conviés les musiques pop, rock, jazz, chanson, électro et les comédies musicales. Les formats empruntent aux nouveaux modèles lancés par la Philharmonie : concerts courts pour les familles, week-ends à thème.

La Philharmonie de Paris

Ouverte en janvier 2015 au nord-est de Paris, elle a déjoué tous les pronostics pessimistes de ceux qui la jugeaient trop excentrée en affichant dès ses débuts un excellent taux de remplissage.
Avec son cocktail de concerts haut de gamme, de week-ends grand public (bande dessinée, contes et récits, Hitchcock la saison prochaine) et d'activités musicales, la Philharmonie a diversifié et rajeuni le public des concerts classiques. Elle a accueilli en 2016 1,14 million de visiteurs, à peine moins que pour l'année d'ouverture qui avait bénéficié de l'exposition "blockbuster" sur David Bowie.

L'Auditorium de Radio France

Il bénéficie comme la Philharmonie d'une excellente acoustique pour la musique classique et contemporaine. 

Mais le lieu manque de visibilité dans un environnement très concurrentiel pour le classique à Paris (Théâtre des Champs-Elysées, Opéra de Paris et Opéra Comique, Salle Gaveau...).

La Salle Pleyel

Longtemps dévolu à la musique classique, ce lieu accueille depuis septembre les musiques amplifiées et l'humour. La salle de quelque 2.500 places cherche l'exclusivité et a déjà fait l'événement pour sa nouvelle vie : création de Christophe, premières dates de Jamiroquai et Benjamin Biolay, cérémonie de César...  Conséquence: la concurrence s'est considérablement accrue pour une salle comme l'Olympia, son rival en termes de capacité et de réputation.

Le Bataclan et l'Elysée Montmartre

Ces deux salles ont pour point commun d'avoir été entièrement reconstruites. Le Bataclan après l'attentat du 13 novembre 2015. L'Elysée-Montmartre après un incendie survenu en 2011.

Depuis son retour à la vie le 12 novembre dernier, avec un concert de Sting (à voir sur Culturebox jusqu'au 14 mai 2017), le Bataclan a attiré quelques artistes de renom (Marianne Faithfull, Pete Doherty), mais peine à retrouver sa pleine attractivité. A l'inverse de l'Elysée-Montmartre, réouverte en septembre, et qui annonce d'ici la fin de l'année une trentaine de concerts, soit deux fois plus. Face à elles, le Trianon (40 artistes annoncés) et la Cigale (50 programmés) maintiennent un rythme élevé.

L'U Arena

L'enceinte devrait voir le jour à Nanterre d'ici l'automne. Dévolue aux matches de rugby du Racing 92, elle pourra accueillir jusqu'à 40.000 places en format concert. Avec son toit permanent, elle se positionnera donc comme la concurrente numéro un de Bercy (20.300 places). Mais cette dernière a des atouts à faire valoir : une acoustique très largement améliorée depuis ses travaux (2014-2015) et une réputation qui lui permet de garder la fidélité des stars internationales (U2, Bruce Springsteen, Madonna, Beyoncé...).