200.000 personnes réunies pour un concert au nom de la solidarité, à Paris

Par @Culturebox
Publié le 18/09/2017 à 09H32
Au concert du "Printemps solidaire" à Paris, place de la Concorde, avec le groupe Tryo sur scène (17 septembre 2017)

Au concert du "Printemps solidaire" à Paris, place de la Concorde, avec le groupe Tryo sur scène (17 septembre 2017)

© Alain Jocard / AFP

Au nom de la solidarité avec les plus pauvres, jusqu'à 200.000 personnes se sont rassemblées dimanche soir à Paris, place de la Concorde, pour un grand concert militant animé par de nombreux artistes et acteurs de la société civile.

"On mérite tous de vivre, pas de survivre", a lancé sur la scène de cette manifestation "Printemps solidaire" la Tchadienne Hindou Oumarou Ibrahim, avocate des populations victimes du réchauffement climatique dans son pays. Une vingtaine d'artistes, dont Matthieu Chedid (-M-), Alain Souchon, FFF, Naive New Beaters, Tryo, Imany, Yael Naim, mais aussi les Maliens Amadou & Mariam ou le reggaeman ivoirien Tiken Jah Fakoly, se succédaient pour faire danser des dizaines de milliers de jeunes - 200.000 au plus fort de la fête selon les organisateurs -, ravis de ce concert gratuit.
L'humoriste Claudia Tagbo appelle à la solidarité, lors du concert du Printemps solidaire
"On vient pour faire la fête mais pour la bonne cause", a confié en souriant Elsa Grandin, une étudiante parisienne de 18 ans, citée par l'AFP. Pour Charlotte Renaud, 18 ans aussi, "aider les gens qui sont d'autres pays, alors que nous on est des privilégiés, c'est hyper important".

Sensibiliser le public à la solidarité internationale

Lancée en février dernier et soutenue par 70 associations et des personnalités, l'opération "Printemps Solidaire" vise à sensibiliser le grand public à la solidarité internationale et réclame au gouvernement français une hausse de son budget d'aide au développement.
Matthieu Chedid au concert du Printemps solidaire
Outre la musique, des acteurs de la société civile, intellectuels et militants sont intervenus, tels l'économiste française de la lutte contre la pauvreté Esther Duflo, ancienne conseillère de Barack Obama, ou l'agriculteur militant Cédric Herrou. "C'est important que des jeunes et des artistes s'impliquent (...) pour éviter les problèmes qu'on a actuellement sur le réchauffement climatique, sur la question des migrants", a déclaré Cédric Herrou à l'AFP.

"On s'adresse à Emmanuel Macron"

"On s'adresse au nouveau président élu, Emmanuel Macron", a souligné le porte-parole de Printemps Solidaire, Luc Barruet : il faut que "la France tienne enfin sa promesse de consacrer 0,7% de sa richesse nationale aux questions de solidarité internationale et d'aide publique au développement".

"C'est une promesse qu'on a faite il y a 48 ans à l'Onu et qu'on ne tient toujours pas (...) La France en est péniblement à 0,38% alors que les Britanniques, les Allemands, l'ont déjà fait", ainsi que le Danemark, la Norvège et les Pays-Bas , a-t-il insisté.

La lutte contre la pauvreté et l'aide internationale seront l'un des sujets au menu de l'Assemblée générale des Nations unies, qui s'ouvre cette semaine à New York.