Une Nativité pour le dernier concert de l'ensemble baroque Sagittarius

Par @Culturebox
Publié le 22/12/2016 à 19H40
L'ensemble baroque Sagittarius

L'ensemble baroque Sagittarius

© photo Gérard Cavaillès

"C'est bien de terminer trente ans d'existence par une Nativité" : à 73 ans, Michel Laplénie et son ensemble vocal Sagittarius font leurs adieux au public, jeudi soir à l'auditorium de Bordeaux, en interprétant une ultime "Histoire de la Nativité" du compositeur allemand Heinrich Schütz (1585-1672).

La formation baroque fondée en 1986 et installée depuis 2000 à Blaye, en Gironde, clôt un brillant parcours international avec le compositeur dont le nom latinisé inspira le sien : Heinrich Schütz, en latin "Henricus Sagittarius".
 
"Schütz, c'est mon mentor à moi, il est très, très présent dans mon univers musical depuis la découverte en 1972 de ses 'Psaumes de David'", expliquait le 9 décembre dernier Michel Laplénie, invité de la Librairie Mollat à Bordeaux, à l'occasion du trentième anniversaire de son ensemble.
Extrait d'un concert de l'ensemble Sagittarius


La redécouverte du répertoire vocal baroque européen

En trois décennies, Sagittarius a acquis une notoriété internationale en se consacrant à la redécouverte du répertoire vocal baroque européen, avec une prédilection pour les partitions françaises et allemandes des XVIIe et XVIIIe siècles.
 
Après des études de violon, son fondateur, a fait ses débuts comme ténor, après un séjour à Vienne. Puis le "chef adoré" William Christie l'invite à  rejoindre la première équipe de l'ensemble mondialement connu qu'il dirige, les Arts Florissants. Laplénie chante aussi avec l'Ensemble Clément Janequin, autre fleuron de la redécouverte des répertoires baroque et renaissant.
 
La carrière de cet ancien professeur d'allemand converti au chant choral lui laisse "quelques regrets", notamment celui de n'avoir jamais pu interpréter les "Vêpres à la Vierge" de Claudio Monteverdi (1567-1643).

Le chef Michel Laplénie prend sa retraite

Mais il retient deux des "plus beaux moments musicaux" avec Sagittarius : le premier concert à l'abbaye de Sylvanes (Aveyron) en 1990, et l'interprétation à l'Abbaye royale de Fontevraud (Maine-et-Loire) des "Psaumes de David", l'oeuvre du "maître absolu de la vocalité allemande" au XVIIe siècle.
 
C'est avec Sagittarius que Michel Laplénie acquiert réputation et reconnaissance, dans la plupart des grands festivals français mais aussi dans de nombreux pays européens et jusqu'en Syrie.
 
Le maître français du baroque n'a pour autant jamais tourné le dos au chant amateur, se partageant de 1989 à 2011 entre la direction de Sagittarius et du petit Ensemble Vocal charentais de l'Abbaye Aux Dames, à Saintes.
 
"Je prends officiellement ma retraite", avait-il annoncé le 9 décembre, avec toutefois la promesse que "ce ne sera jamais fini", et qu'"il y aura encore quelques concerts" avec d'autres formations.