Sacrées Journées : A la Grande Mosquée toutes les religions chantent d'une même voix

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/11/2015 à 13H24
Les Sacrées journée de Strasbourg rassemblent les cinq religions du monde entier autour d'une thématique commune : la fraternité

Les Sacrées journée de Strasbourg rassemblent les cinq religions du monde entier autour d'une thématique commune : la fraternité

© France 3 / Culturebox

"Osons la fraternité entre les religions !" Jusqu’au 11 novembre 2015, les Sacrées Journées de Strasbourg invitent 250 musiciens, chanteurs et danseurs emblématiques de 10 pays différents à vibrer à l'unisson dans les grands lieux de culte de la ville. C'est ainsi que La Grande Mosquée a résonné des accords des chants chrétiens, juifs et musulmans.

Hector Sabo, le Directeur musical des Polyphonies Hébraïques de Strasbourg, est encore ébahi par le concert qu'il vient de diriger à l'intérieur de la Grande Mosquée de Strasbourg. "Pour des gens qui interprètent des chants hébraïques, venir chanter ici c'est vraiment l'universalité au sommet".  
Chaque année le festival des Sacrées Journées de Strasbourg invente ce qui est possible et place la musique au coeur du dialogue inter-religieux.
Leit-motiv de la programmation depuis quatre ans : la paix, la fraternité, l'écoute et le plaisir des oreilles.
Et ça marche ! Ce dimanche 8 novembre, la Grande Mosquée de Strasbourg a accueilli des ensembles vocaux de musique sacrée hébraïque, musulmane et chrétienne. Harmonie et fraternité étaient les hôtes de la journée. 
Reportage : I. Michel / G. Bertrand / L. Guiges

A l'occasion de cette journée de prières et chants, les polyphonies hébraïques ont interprété des extraits liturgiques juifs, des prières et des psaumes de Samuel Naumbourg et Louis Lewandowski (XIXème s.).


Aller au delà de la foi

En donnant des concerts dans des lieux de cultes d'ordinaire réservés aux communautés de croyants, le festival ouvre une porte au-delà de la foi. "C'est seulement les dialectes et les langues qui changent, car finalement chacun est en quête de cette vérité et de cette paix intérieure que l'on cherche à extéroriser avec ces rencontres" assure Mechket Slim Baccouche le responsable de l'ensemble. 
Formé de 6 chanteurs et musiciens tunisiens spécialisés dans le chant sacré nord-africain, le groupe Mechket est centré sur la musique soufie du Moyen-Orient, de Turquie, de l’Inde et du Pakistan.

Le dialogue autour de cette thématique "Osons la fraternité" se poursuit Mercredi 11 novembre avec des représentants des religions catholiques, protestantes, juives, musulmanes et bouddhistes.
A 17h à la salle de l'aubette

"Les sacrées journées de Strabourg" accueillent jusqu'au 11 novembre  250 artistes venus du monde entier