Quel avenir pour les Arts Florissants à Caen ?

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 30/09/2014 à 15H52
Les Arts Florissants ou le baroque flamboyant

Les Arts Florissants ou le baroque flamboyant

© France 3

En décembre, arrivera à échéance la convention qui lie la ville à la célèbre formation baroque de William Christie. Mais la présence de l’état et de deux mécènes pour boucler le budget sera sans doute insuffisante pour assurer l’avenir.

Reportage : Pauline Latrouitte, Erwan de Miniac, Louise Renault et François Hauville
Depuis 25 ans, les Arts Florissants de William Christie sont en résidence à Caen. Depuis 25 ans, la formation de ce chef d’orchestre français d‘origine américaine peaufine et réalise des spectacles qui ont contribué en France comme à l’étranger au renouveau de l’art baroque. Depuis 25 ans, les Arts Florissants sont liés à la ville de Caen (Calvados) par une convention qui lui assure 333.000 euros par an. A la fin de l’année, cette convention arrive à son terme. Sera-t-elle renouvelée ? C’est la question qui se pose aujourd’hui.
Une convention qui a peu de chances d'être renouvelée

Une convention qui a peu de chances d'être renouvelée

© France 3
En avril dernier, la municipalité a changé de bord, le socialiste Philippe Duron a cédé sa place à l’UMP Joël Bruneau. Et les intentions de la nouvelle municipalité laissent peu d’espoir de voir cette convention reconduite en l’état. L’adjointe à la culture, Emmanuelle Dormoy, précise ses intentions. Pour elle, il est davantage question du Théâtre de Caen que d’Arts Florissants : "L’arrêt de cette convention ne remet pas en cause la spécificité baroque du Théâtre de Caen, explique-t-elle, mais une partie de la somme sera affectée aux projets du théâtre, une autre à d’autres projets jugés prioritaires comme la jeune création".
William Christie, créateur et directeur des Arts Florissants

William Christie, créateur et directeur des Arts Florissants

© France 3
Autrement dit, il y a peu de chance que les Arts Florissants voient leur subvention reconduite à l’identique, d’autant que la région Basse-Normandie, elle aussi, entend revoir sa participation. Elle était de 373.000 euros. Et même si l’état et les deux sponsors qui participent au financement des Arts Florissants, continuent de leur rester fidèle, il est fort probable que la formation de William Christie devra se trouver un autre lieu de résidence pour les années à venir.