Tranoï, le salon des talents mode de tous horizons

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/06/2013 à 17H35
Après avoir suivi une formation de comédienne au Cours Florent, Laura Gwënaelle Berson se dirige vers une formation pro de scénariste puis étudie le cinéma à Paris 8. Attirée par tout ce qui attrait au visuel, elle débute la photo à 19 ans et ne lâche plus son appareil que pour filmer, dessiner, sculpter ou peindre. C’est à travers sa sensibilité et sa douceur qu’elle aborde des thèmes de prédilections autour de la mode, du corps de la femme, du romantisme, y mêlant érotisme et onirisme. Ses paysages épurés tentent de retranscrire un univers architectural dans lequel l’Homme est effacé de par sa petitesse...

Après avoir suivi une formation de comédienne au Cours Florent, Laura Gwënaelle Berson se dirige vers une formation pro de scénariste puis étudie le cinéma à Paris 8. Attirée par tout ce qui attrait au visuel, elle débute la photo à 19 ans et ne lâche plus son appareil que pour filmer, dessiner, sculpter ou peindre. C’est à travers sa sensibilité et sa douceur qu’elle aborde des thèmes de prédilections autour de la mode, du corps de la femme, du romantisme, y mêlant érotisme et onirisme. Ses paysages épurés tentent de retranscrire un univers architectural dans lequel l’Homme est effacé de par sa petitesse...

© Gwënaelle Berson

Plus qu’un rendez-vous commercial, Tranoï, "entre nous" en italien, se veut un carrefour influent où designers, artistes, leaders d’opinions, professionnels de la mode et journalistes se rencontrent et échangent. Tremplin des arts, sous l'égide de son directeur artistique Armand Hadida, ce salon présente, à chaque session, installations artistiques, défilés et expositions inhérents à la mode.

9 photographes montrent leur vision de l’Allure et de l’Intrigue
Amand Hadida met à l’honneur la photographie et ses jeunes artistes via le Concours Photo Tranoï. Autodidactes ou issus d’écoles artistiques reconnues, 9 photographes (Laura Berson, Laura Beeckman, Nhu Xuan Hua, Elena Souvannanong, Charlotte Navio, Justine Jugnet, Alice Jacquemin, Alban Romer, Caroline Gife) présentent, chacun, deux photographies sur les thèmes de l’Allure et de l’Intrigue.
Nhu Xuan Hua, 24 ans, est diplômée de l’école Auguste Renoir à Paris. Elle cultive au départ son gout pour une imagerie étrange les Arts plastiques puis à travers des études de cinéma. C’est par la photo qu’elle décidera de matérialiser sa vision parfois poétique parfois dérangeante de l’être humain. Basée à Londres, elle poursuit sa recherche en capturant ses modèles dans des moments d’absence où la non maîtrise de soi est souvent la principale ligne conductrice. Son regard sur le monde de la mode, sans extravagance et sans surplus, nous immerge dans une vision singulière où la sensibilité au Vide et le rapport entre la nature et l’être humain sont liés.

Nhu Xuan Hua, 24 ans, est diplômée de l’école Auguste Renoir à Paris. Elle cultive au départ son gout pour une imagerie étrange les Arts plastiques puis à travers des études de cinéma. C’est par la photo qu’elle décidera de matérialiser sa vision parfois poétique parfois dérangeante de l’être humain. Basée à Londres, elle poursuit sa recherche en capturant ses modèles dans des moments d’absence où la non maîtrise de soi est souvent la principale ligne conductrice. Son regard sur le monde de la mode, sans extravagance et sans surplus, nous immerge dans une vision singulière où la sensibilité au Vide et le rapport entre la nature et l’être humain sont liés.

© Nhu Xuan Hua
Alice Jacquemin pose ses valises à Paris puis Lyon où elle s’essaye à de nombreux médiums artistiques. Elle finit par trouver dans la photographie le terrain d’expression qui lui correspond. A 23 ans, elle axe son travail autour du corps, de ses mouvements, et du portrait. Son univers doux et féminin l’a conduit à s’intéresser à celui de la mode ; de jeunes créateurs sont associés à ses séries. Tandis qu’à l’image, lignes, courbes et symétries ainsi qu’un travail sur la lumière autant d’éléments référant à une source d’inspiration : la peinture

Alice Jacquemin pose ses valises à Paris puis Lyon où elle s’essaye à de nombreux médiums artistiques. Elle finit par trouver dans la photographie le terrain d’expression qui lui correspond. A 23 ans, elle axe son travail autour du corps, de ses mouvements, et du portrait. Son univers doux et féminin l’a conduit à s’intéresser à celui de la mode ; de jeunes créateurs sont associés à ses séries. Tandis qu’à l’image, lignes, courbes et symétries ainsi qu’un travail sur la lumière autant d’éléments référant à une source d’inspiration : la peinture

© Alice Jacquemin

Trend Union décrypte les tendances des saisons à venir
Ce bureau de recherche de tendances, créé et dirigé par Lidewij Edelkoort, anticipe et décrypte les tendances des saisons à venir, dans tous les domaines qui touchent à la création. Un travail quasi sociologique qui aide les professionnels de la mode et du design à orienter leurs décisions par rapport aux futures envies des consommateurs, en corrélation avec les réalités économiques.

MoBA 13 affiche fascination

Trend Union présente une sélection de styles pour l’été 2014, mettant en avant notre attrait pour le « Nomadisme », thème central de cette saison et ses expressions mode inspirées des civilisations nomades d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Mode et fétichisme
Un aperçu de l’exposition Fetishism in Fashion, réalisée par Lidewij Edelkoort pour M°BA, Biennale de Mode d’Arnhem, du 9 juin au 21 juillet, permet de décrypter notre obsession collective pour la mode au travers de l’idée du fétichisme, thème majeur des années à venir, dévoilant créativité et nouveaux talents, fusionnant textile, mode, design et art. 13 thèmatiques y sont abordées : Nudism, Infantilism, Spiritualism, Sado Masochism, Romanticism, Nipponism, Absurdism, Consumerism, Patriotism, Shamanism, Legendism, Regionalism, Nomadism, About. 

L'exposition "Fetishism In Fashion" est construite autour de 13 volets thématiques illustrant les fascinantes et diverses définitions du fétichisme : le vêtement, les accessoires, la photographie, le cinéma et différentes techniques mixtes. Le chamanisme, l’infantilisme, le légendaire, le nudisme et le nomadisme sont quelques uns des thèmes.
 

L'exposition "Fetishism In Fashion" est construite autour de 13 volets thématiques illustrant les fascinantes et diverses définitions du fétichisme : le vêtement, les accessoires, la photographie, le cinéma et différentes techniques mixtes. Le chamanisme, l’infantilisme, le légendaire, le nudisme et le nomadisme sont quelques uns des thèmes.  

© DR


La chasseuse de tendances, Lidewij Edelkoort, commissaire de cette 5e édition de M°BA, a choisi, en écho aux nouvelles tendances qui se développent dans la société et dans la mode, de placer son commissariat sous le prisme du fétichisme. Arnhem est la capitale de la mode aux Pays-Bas.

TRANOÏ Homme (Palais de la Bourse. 2, place de la Bourse. 75002 Paris) du 29 juin au 1er juillet. Femme - TRANOÏ Preview (Carrousel du Louvre. 99, rue de Rivoli. 75001 Paris) du 29 juin jusqu’au 2 juillet.