Serge Bensimon demande aux "Parisiennes" de customiser ses tennis

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/09/2013 à 17H48
La créatrice de chaussures Amélie Pichard (Bastille, 11e arrondissement, 2010) et la paire de tennis Bensimon customisée. 

La créatrice de chaussures Amélie Pichard (Bastille, 11e arrondissement, 2010) et la paire de tennis Bensimon customisée. 

© DR

Pendant la fashion week, les créateurs rivalisent d'imagination. Serge Bensimon l'a célèbre avec un hommage à la capitale. Il a demandé à 28 Parisiennes, célèbres ou anonymes, de customiser sa basket. Ces femmes ont été photographiées par Baudoin pour son livre "75 Parisiennes". Résultat : 28 tennis exposées en regard du tirage photo réalisé par le portraitiste de ces femmes dans leur appartement.

En 2006, Baudoin décide d’explorer ce qu’il considère comme « le mythe féminin par excellence, l’icône de l’élégance et du savoir-vivre », la Parisienne. Il les rencontre, les photographie et les sélectionne. Des quelques 300 portraits qu’il a pu réaliser, il en a sélectionné 75, anonymes ou de célébrités, qu'il a réuni dans son ouvrage « 75 Parisiennes » en hommage à la Capitale.
L'ouvrage "75 Parisiennes" de Baudoin

L'ouvrage "75 Parisiennes" de Baudoin

© Baudoin
Parcours d’un infatigable voyageur
Serge et Yves Bensimon sont les créateurs de cette marque parisienne. Au début des années 80, l'entreprise familiale fait de d'import-export de surplus militaires américains. Pour écouler un stock de 100.000 paires de tennis blanches en toile et caoutchouc, Serge Bensimon a l'idée de les teindre en une vingtaine de coloris, pour en faire des produits mode assortis à la garde-robe.
Saniya al Saadi,
Rochechouart, 9e arrondissement, 2011
étudiante en école de commerce / student in Business
Studies /

Saniya al Saadi, Rochechouart, 9e arrondissement, 2011 étudiante en école de commerce / student in Business Studies /

© DR
Au début des années 80, il ouvre avec son frère Yves la première boutique dans le quartier du Marais, rue des Francs Bourgeois. Inspirée par l’univers du voyage, l’enseigne des collections Bensimon devient Autour du monde (1986).
Tennis Bensimon en version Saniya al Saadi

Tennis Bensimon en version Saniya al Saadi

© DR
Aussitôt, d’autres boutiques voient le jour et notamment, Home Autour du monde (1992). C’est à la fois des lignes de prêt-à-porter et des objets de décoration donnant naissance à un art de vivre.
Manon Gorgé,
Saint-Germain-des-Prés, 7e arrondissement, 2007
styliste et graphiste / stylist and graphic designer 

Manon Gorgé, Saint-Germain-des-Prés, 7e arrondissement, 2007 styliste et graphiste / stylist and graphic designer 

© DR
Le style Bensimon, un mélange des genres et des couleurs, dans un esprit casual chic et féminin, privilégie la couleur et les belles matières. Une mode déclinée avec toujours autant de passion pour les teenagers,, à travers la ligne B.TEAM, un vestiaire mixte qui revisite les classiques de la maison.
Tennis Bensimon en version Manon Gorgé

Tennis Bensimon en version Manon Gorgé

© DR
Passionné d’art et d’architecture, Serge Bensimon reprend en 2009, la librairie Artazart et accorde une place nouvelle au design et au graphisme. Puis, en 2010, il ouvre sa galerie d’art, la Gallery S.Bensimon, un espace d’expression entre art contemporain et design.
 
Exposition des photographies de Baudouin (en éditions militées et numérotées) et des tennis customisées jusqu’au 10 octobre. Artazart. 83, quai de Valmy, 75010 Paris. Ouvrage « 75 Parisiennes » de Beaudoin, coédition Clémentine de la Féronnière / Snoeck (36 euros).