La Fashion week de Milan s'ouvre dans un contexte plus optimiste

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/06/2015 à 13H35
Giorgio Armani pap ah 2015-16, à Milan en janvier 2015

Giorgio Armani pap ah 2015-16, à Milan en janvier 2015

© TIZIANA FABI / AFP

Défilés, présentations, lancements de nouvelles boutiques, cocktails et fêtes rythmeront les 4 jours de la Fashion week de Milan présentant les tendances masculines pour le printemps-été 2016, du 20 au 23 juin 2015. Preuve que la mode italienne reste toujours autant la référence absolue, la ville chinoise de Shanghaï et Milan viennent de signer un accord de jumelage.

"La semaine de la mode est riche de ces nouveautés" mais également d'un "calendrier concentré et de grand prestige", souligne M. Capasa qui, avec son frère Ennio, est le fondateur de la marque Costume National. La semaine de la mode s'ouvre, en réalité vendredi soir, avec le défilé de Dirk Bikkembergs, coup d'envoi de 4 jours denses consacrés au prêt-à-porter, un secteur toujours "en souffrance" mais dont certains chiffres laissent espérer une bonne saison.

Après la semaine de la mode londonienne, hipsters, blogueurs, fashion victims et journalistes se sont donné rendez-vous dans la capitale lombarde. A leur menu, plus de 40 défilés des grands noms de la mode italienne, ainsi que de quelques maisons étrangères : de Gucci à Prada, de Fendi à Giorgio Armani, en passant par la britannique Vivienne Westwood ou les jumeaux canadiens Dean et Dan Catten de Dsquared. Du plus classique au plus extravagant, de Dolce&Gabbana, qui défilera hors calendrier officiel, à Moncler, d'Ermenegildo Zegna à Bottega Veneta, les plus beaux hommes promèneront leurs silhouettes stylées devant VIP et stars de la planète mode. A noter l'arrivée de nouveaux noms, tels le Croate Damir Doma -qui défilait habituellement à Paris-, l'ancien DJ argentin Marcelo Burlon County of Milan, le spécialiste du cachemire écossais Pringle of Scotland, et le retour de Marni, se réjouit le nouveau président de la Chambre de la Mode italienne, Carlo Capasa.

La reprise est amorcée


L'industrie de la mode est si importante dans la capitale économique italienne que chaque Milanais scrute les chiffres délivrés à la veille de chacune des quatre semaines milanaises de la Mode, deux masculines et deux féminines. "il est clair que le marché italien est encore en souffrance", a affirmé Claudio Marenzi, le président de la Fédération italienne du textile et de la mode, Sistema Moda italiana. Mais, "en ce qui concerne 2015, nous avons déjà des chiffres positifs", a-t-il ajouté lors du salon Pitti Uomo à Florence, qui rassemble chaque année les professionnels du costume masculin, avant la Fashion week milanaise. Selon les experts de SMI, "après deux années en négatif, le chiffre d'affaires du secteur textile et habillement a inversé la tendance et revient dans une dynamique positive", avec une croissance espérée en 2015 de 3,8%. L'année 2014 a bénéficié de ventes en essor, notamment sur les marchés internationaux - Etats-Unis et Japon en tête - et on note une reprise du marché intérieur, souligne SMI. Ainsi, près de 55% du chiffre d'affaires total de la filière (soit 52 milliards d'euros), est réalisé à l'étranger. Pour M. Marenzi, si l'export reste "la voie obligatoire pour les grandes entreprises" du secteur de l'habillement, elle doit "le devenir également pour les petites".

La ville chinoise de Shanghaï et la ville italienne de Milan, jumelées


Preuve que la mode italienne reste toujours autant la référence absolue, un accord a été signé cette semaine entre la ville chinoise de Shanghaï et Milan. Les "fashion districts" de ces deux grandes villes cosmopolites et "modeuses" ont décidé de se jumeler, offrant aux 120 boutiques de luxe  installées autour de la via Montenapoleone un partenariat stratégique. Expositions de photos, parcours shopping écrits en mandarin et en italien, le jumelage devrait attirer plus de touristes chinois à Milan.