Retour des hommes sur les podiums de la Paris Fashion week

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/01/2017 à 10H27, publié le 17/01/2017 à 15H00
Thom Browne ah 2016-17, à Paris

Thom Browne ah 2016-17, à Paris

© FRANCOIS GUILLOT / AFP

Que porteront les hommes à l'hiver 2017-18 ? Après Londres et Milan, la mode masculine est de retour à Paris avec 50 défilés du 18 au 22 janvier 2017. A suivre, les shows qui se convertissent à la mixité -tendance initiée lors des semaines de la mode londonienne et milanaise- ainsi que les premiers pas parisiens d'Icosae et de Sankuanz et aussi l'arrivée d'Haider Ackermann chez Berluti.

Parmi les 50 shows répartis sur 5 jours, celui de Berluti promet d'être scruté. Haider Ackermann présentera sa première collection pour le bottier de luxe, deux jours après le défilé de sa marque éponyme, lancée en 2003. A 45 ans, le créateur français d'origine colombienne est connu pour ses silhouettes drapées à l'élégance bohème et ses couleurs raffinées. Il a été formé à l'Académie royale des Beaux-Arts d'Anvers comme Dries Van Noten et Martin Margiela. Fondée à Paris en 1895 par l'Italien Alessandro Berluti, la maison appartient depuis 1993 à LVMH et a lancé sa ligne de prêt-à-porter masculin en 2011.

Vive la mixité 

La formule des défilés mixtes ("co-ed"), déjà observée à Londres et Milan, fait des émules à Paris. Avantage pour ces marques : en combinant homme et femme dans un seul défilé, elles font l'économie d'un show. "Mais au-delà, cela permet au créateur de se concentrer sur un seul et unique message, de gagner en cohérence et en lisibilité", souligne Serge Carreira, maître de conférences à Sciences Po sur la mode et le luxe.

Paul Smith présentera pour la première fois un défilé de ses collections hommes et femmes. Cette fusion est une étape naturelle pour le créateur, qui a lancé sa première collection pour homme en 1970 et pour femme en 1994. Comme ses collections féminines ont toujours été en lien avec celles de l’homme, notamment avec l’accent mis sur le costume, c’est une étape naturelle de renforcer cette corrélation. 
Paul Smith, Men's Spring Summer 2017
"En tant qu’entreprise indépendante, nous pouvons être très flexible et répondre aux évolutions du marché de manière intéressante. Je suis heureux de fusionner le défilé femme à celui de l’homme, au coeur de Paris, à l’endroit où tout a commencé dans les années 70. Des moments excitants sont à venir !“ a indiqué Paul Smith. Cette annonce intervient dans une stratégie de simplification entreprise avec la fusion de ses sept lignes en deux : la ligne principale Paul Smith et la ligne de diffusion PS by Paul Smith.
Paul Smith dans les backstages

Paul Smith dans les backstages

© Sonnyphotos
A l'instar également de Julien David, Lucien Pellat-Finet -qui lance depuis de nombreuses années la semaine de la mode masculine- opte pour un premier défilé homme et femme à la place d'une simple présentation, qui se tenait habituellement dans son showroom parisien. Kenzo présentera sa collection femme en même temps que sa collection homme. La griffe du groupe LVMH, qui a depuis cinq ans à sa direction artistique le duo Humberto Leon et Carol Lim, a opté pour cette formule après l'avoir expérimentée en juin 2016.

Icosae et Sankuanz, nouvelles marques sur les podiums

La PFW, qui fait cohabiter grands noms et jeunes créateurs, avec une grande variété de nationalités, accueille deux nouveaux venus : Icosae, marque française fondée en 2014 par les frères Valentin et Florentin Glemarec et Sankuanz, griffe du créateur chinois Shangguan Zhe lancée en 2008.
Les créateurs d'Icosae et de Sankuanz, premiers podiums parisiens janvier 2017

Les créateurs d'Icosae et de Sankuanz, premiers podiums parisiens janvier 2017

© DR
Comme chaque saison, des salons professionnels (Capsule Homme, Man et Tranoï Paris) se tiennent du 20 au 22 janvier en marge de la PFW, qui fera ensuite place à la haute couture, spécificité parisienne, du 22 jusqu'au 26 janvier 2017.