JW Anderson et Sibling donnent des couleurs à la Fashion week de Londres

Par @Culturebox
Mis à jour le 09/01/2017 à 15H04, publié le 09/01/2017 à 11H17
Sibling ah 2017-18 à la London Fashion week, janvier 2017..

Sibling ah 2017-18 à la London Fashion week, janvier 2017..

© WWD/Shutterstock/SIPA

Elles rythment déjà notre quotidien, il sera désormais possible de s'en revêtir : à la Fashion Week de Londres, le styliste britannique Jonathan Anderson a transformé les applications mobiles en audacieuses broderies colorées tandis que Sibling s'est tourné vers l'architecte moderniste espagnol Antoni Gaudi pour proposer une garde-robe funky et dynamique constellée de mosaïques. Dynamique !

Directeur artistique de la marque de maroquinerie espagnole Loewe (groupe LVMH), le créateur de 32 ans, considéré comme l'un des plus influents du moment, a présenté la collection masculine automne-hiver 2017-18 de sa propre griffe, J.W. Anderson.
JW Anderson ah 2017-18 à la London Fashion week, janvier 2017 © NIKLAS HALLE'N / AFP
Rythmé par de la musique électro, le défilé s'est tenu dans une caserne en briques rouges réaménagée en labyrinthe dans lequel même les mannequins réussissent à se perdre en tentant de retrouver leur chemin entre des cloisons improvisées. Fidèle à sa réputation de créateur-explorateur, Jonathan Anderson a rehaussé son vestiaire d'une collection de broderies colorées et de motifs au crochet qui s'étalent, serrés les uns contre les autres, sur pull-over, larges écharpes, chaussures ou sacs à dos, comme des rangées d'icônes sur un écran de téléphone.
JW Anderson ah 2017-18 à la London Fashion week, janvier 2017

JW Anderson ah 2017-18 à la London Fashion week, janvier 2017

© NIKLAS HALLE'N / AFP
"Ca ressemble à un iPhone, à des applications", explique-t-il. Pour l'hiver 2017-18, le styliste propose également des manteaux de laine aux manches XXL qui dissimulent les mains et dégringolent jusqu'à mi-cuisse. Le créateur reconnaît lui-même que leur longueur n'est pas franchement "fonctionnelle", et ajoute, avec un sens de l'autodérision très britannique: "Ce n'est pas forcément idéal pour sortir dîner ou pour manger des spaghetti à la bolognaise". Jonathan emprunte également à l'histoire avec des imprimés rappelant des fresques médiévales ornant ici une combinaison chinée à pantalon bouffant, façon sarouel, là une paire de jeans portée avec un bombers vert. La collection inspire le confort avec des formes amples, généreuses, "protectrices", dixit Anderson, comme ces longues chemises à tablier aux airs de shalwar kameez, ces tenues traditionnelles portées en Asie du sud.
JW Anderson ah 2017-18 à la London Fashion week, janvier 2017...

JW Anderson ah 2017-18 à la London Fashion week, janvier 2017...

© NIKLAS HALLE'N / AFP
Sibling s'est tourné quant à lui vers l'architecte moderniste espagnol Antoni Gaudi pour proposer une garde-robe funky et dynamique constellée de mosaïques. 
Sibling ah 2017-18 à la London Fashion week, janvier 2017

Sibling ah 2017-18 à la London Fashion week, janvier 2017

© James Gourley/Shutterst/SIPA
Usant et abusant de la géométrie, la marque branchée créée par un trio britannique habille les hommes avec de longues tuniques en laine à damiers ou des chandails à col rond agrémentés d'entrelacs mouchetés de noir. 

Sibling en a profité pour présenter sa collection féminine, avec notamment une robe droite mêlant motifs tribaux et mosaïques rouges étincelantes, portée avec chaussettes à mi-mollet et bracelet-ceinture au poignet.
Sibling ah 2017-18 à la London Fashion week, janvier 2017

Sibling ah 2017-18 à la London Fashion week, janvier 2017

© HAYOUNG JEON/EPA/MaxPPP
La Fashion Week masculine s'achève ce 9 janvier avec en particulier le défilé Vivienne Westwood. Elle posera, ensuite, ses valises à Milan, avant Paris, puis New York.