Fashion week : séduite par les montagnards stylés de Boris Bidjan Saberi

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 20/01/2017 à 08H34, publié le 20/01/2017 à 08H05
Boris Bidjan Saberi pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017

Boris Bidjan Saberi pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017

© FRANCOIS GUILLOT / AFP

La saison dernière Boris Bidjan Saberi, l'inconditionnel amoureux du streetwear, déclinait sa collection estivale sur fond de climat aride. Cette fois-ci, le contre-pied est total, direction la montagne pour faire de l'escalade. On s'emmitoufle avec style l'hiver prochain pour répondre à cet appel de la nature.

Trench-coats militaires et parkas réversibles, couplés aux pantalons à entrejambe bas réalisés à la main (des classiques de la maison) mais aussi vestes-gilets militaires et pantalons harnais multi usage avec poches, doublures amovibles et courroies ajustables.
Boris Bidjan Saberi pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017...

Boris Bidjan Saberi pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017...

© WWD/Shutterstock/SIPA
Les mailles couvrantes, tricotées à la main, s’ornent de tresses rappelant le graphisme des noeuds utilisés en escalade.
Boris Bidjan Saberi pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017..

Boris Bidjan Saberi pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017..

© Olesya Okuneva
Associés de manière à couvrir toutes nécessités et imprévus survenant au cours d’une ascension, chacune des pièces est parcourue de sangles multi fonctionnelles et de harnais graphiques. Tons sur tons ou contrastées, les pièces jouent la carte d’une apposition brillant-mâte, lisse-râpeux. 
Boris Bidjan Saberi pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017.....

Boris Bidjan Saberi pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017.....

© FRANCOIS GUILLOT / AFP
Le goût du créateur pour l’expérimentation se retrouve dans des cuirs très singuliers : peaux d’estomac et d’intestin -qui constituent les matières premières de gants et d'imperméables aux qualités visuelles et plastiques inattendues- rappelant les surfaces géométriques des murs d’escalade. Les traitements et apprêts presque rocheux nuancent les pièces pour leur donner un aspect tantôt ciré, tantôt mat.

Boris Bidjan Sabéri signe, ici, une seconde collaboration avec Salomon pour quatre modèles de chaussures, dont l'un en cuir et lainage avec crampons amovibles. 
Boris Bidjan Saberi pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017.

Boris Bidjan Saberi pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017.

© WWD/Shutterstock/SIPA

L'amour du streetwear 

Ce designer est né en Allemagne, d'un père persan et d'une mère allemande. Dès 1996, il réinvente des formes préexistantes en modifiant dans un premier temps des jeans vintage : c'est sa première démonstration de personnalisation. En 2003, il créé ses premiers accessoires en cuir fait main. En 2006, il termine ses études en design de mode et de couture à Barcelone. Basé en Espagne, Boris Bidjan Saberi a lancé sa marque éponyme en 2007 et a dévoilé la même année à Paris sa première collection homme pour la saison printemps-été 2008. 
Le créateur Boris Bidjan Saberi, janvier 2017

Le créateur Boris Bidjan Saberi, janvier 2017

© WWD/Shutterstock/SIPA
Le créateur s'est imposé peu à peu dans la mode masculine de luxe avec sa marque de vêtements "hand-made" contemporaine. Sa garde-robe est orientée streetwear. Il apporte un soin méticuleux à rendre ses créations fonctionnelles tout en restant sophistiquées. Citant la culture de la rue et du skate comme principales influences, il porte une attention particulière aux qualités fonctionnelles de la garde-robe.
Boris Bidjan Saberi pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017......

Boris Bidjan Saberi pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017......

© Olesya Okuneva
Son ADN : la superposition de tissus, les découpes nervurées, une palette de couleurs monochromatiques. Son objectif : protéger le corps humain par des armures supplémentaires. Ses matières fétiches : le cuir, le feutre et le coton côtoient le vinyl et le goudron.