Fashion week : Juun J plonge dans ses archives pour son 10e anniversaire

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 21/01/2017 à 08H40, publié le 21/01/2017 à 08H24
Juun J pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017

Juun J pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017

© WWD/Shutterstock/SIPA

Sur les podiums de la troisième journée de la Paris Fashion week, le créateur coréen Juun J propose avec sa collection automne-hiver 2017-18, intitulée Archive, une réinterprétation de ses 10 dernières années. Une nouvelle perspective pour redécouvrir ses thémes clefs : l'oversize, le militaire et le street tailoring au menu de ce show placé sous le signe du co-ed.

L'occasion de retrouver le meilleur de Juun. J. Le créateur coréen, qui aime à renouveler les silhouettes et les vêtements en les superposant les uns aux autres, mélange des pièces classiques et des looks plus urbains. Il s'inspire principalement de street looks mais aussi de photos des années 20 et 30, âge d'or du costume. 
Juun J pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017..

Juun J pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017..

© WWD/Shutterstock/SIPA

Pour le 10e anniversaire de sa marque, Jung Wookjun a opté pour un défilé mixte androgyne (co-ed) où il a réinterprété ses précédentes collections en privilégiant les volumes. On retrouve le trench surdimensionné, le pull en laine blanc ou noir aux manches cachant les mains, la doudoune oversize et la parka souvent kaki ou noire avec ses nombreuses lanières et le costume rayures tennis. Le vestiaire est souvent militaire ou s'inspire des vêtements utilitaires. Il est décliné dans une palette des plus sobres : kaki, noir et blanc.

Juun J pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017...

Juun J pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017...

© WWD/Shutterstock/SIPA

Chef de file chez les Coréens

La mode coréenne a commencé à faire parler d'elle dans les années 1990 en défilant à Paris : Lee Young-Hee y réinterprète le hanbok, le costume traditionnel tandis que Lie Sang-Bong présente ses profusions de plissés, froncés, ajourés, soufflés, ruchés. Puis les années 2000 et 2010 voient arriver sur les podiums de nouvelles silhouettes représentant la vitalité de l’école de Séoul : Juun J. en est un chef de file. Il renouvelle l’image de l’homme en maniant avec maîtrise les références de la mode occidentale et celles du costume traditionnel local. La génération montante prend la relève pour répondre aux besoins de jeunes Coréens qui raffolent de la mode.
Juun J pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017

Juun J pap ah 2017-18, à Paris, janvier 2017

© WWD/Shutterstock/SIPA

Un fidèle de la PFW

Le styliste est diplômé de l'école Esmod Séoul en 1992. Il est successivement créateur pour Chiffons puis directeur de création pour Club Monaco et NIX. En 1999, il lance sa marque Lone Costume qu'il fait défiler pendant la semaine des collections de Séoul. Il collabore également avec l'artiste japonais Nuts ainsi que l'artiste anglais Simon Henwood. En juillet 2007, il montre pour la première fois sa collection pendant la fashion week parisienne. Depuis avril 2013, Jung Wookjun est membre adhérent à la chambre syndicale de la mode masculine. C'est le 2e membre coréen après Wooyoungmi.
Le créateur de la marque Juun J

Le créateur de la marque Juun J

© DR