Du 21 au 25 janvier, les défilés masculins de retour à Paris, sur fond de sécurité renforcée

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/01/2015 à 16H06
Dries Van Noten pap masculin ah 2014-15, à Paris © PATRICK KOVARIK / AFP

Après Londres et Milan, Paris accueille du 21 au 25 janvier le prêt-à-porter masculin automne-hiver 2015-16 dans un contexte de sécurité renforcée après les attentats qui ont frappé la capitale. 4.000 personnes attendues, 50 défilés sur 5 jours, une quinzaine de RDV et des salons pro pour donner le "la" des tendances.

Les shows de Londres et Milan ont notamment mis en vedette les manteaux ou blousons en peau lainée (Tom Ford, Burberry), les bombers, les franges, les motifs géométriques noir et blanc. Versace allonge les pulls transformés en sortes de mini-jupes tandis que vestes et manteaux se portent croisés dans la collection mixte et minimaliste de Prada. Retrouverons-nous ces tendances à Paris ?
Fendi pap masculin ah 2015-16, à Milan

Fendi pap masculin ah 2015-16, à Milan

© TIZIANA FABI / AFP
Face à la concurrence des semaines de la mode masculine à Londres et Milan, qui devraient être prochainement imitées par New York, Paris "consolide son statut de ville forte" dans ce secteur, a estimé Serge Carreira, maître de conférences à Sciences Po sur la mode et le luxe.

Comme d'habitude, les plus grands noms côtoient les jeunes créateurs dans le calendrier. A suivre, Christophe Lemaire -depuis son départ de la maison Hermès en juillet 2014, le créateur se consacre totalement à sa marque, et aussi le très prolixe Issey Miyake, qui décline depuis peu en France son plissé pour les hommes jusqu'alors exclusivement réservé au Japon. Il présente une exposition photos, avec l'association Bloom, extraite du livre "Abysses". A découvrir dans la boutique du 11, rue Royale à Paris, à partir du 23 janvier et pour 3 jours. Le designer Yusuke Takahashi avait utilisé le bestiaire fantastique des grandes profondeurs marines comme source d’inspiration pour sa collection masculine printemps/été 2015.
La collection masculine Pleats Please Issey Miyake, printemps-été 2015

La collection masculine Pleats Please Issey Miyake, printemps-été 2015

© Alastair Strong
Le tailleur Cifonelli, nouveau venu dans le calendrier 

Le tailleur Cifonelli s'inscrit dans le calendrier pour la 1re fois après une première présentation de son prêt-à-porter, en 2014, en marge de la fashion week. Cette marque italienne spécialiste du sur-mesure souhaite donner plus de visibilité à son prêt-à-porter. Ce dernier sera disponible dans quelques exclusives boutiques à travers le monde ainsi que dans la nouvelle boutique parisienne.
Le tailleur Massimo Caiselli-Cifonelli dans son atelier

Le tailleur Massimo Caiselli-Cifonelli dans son atelier

© MARTIN BUREAU / AFP
C'est une maison familiale, établie depuis 4 générations, fondée à Rome en 1880 et installée à Paris depuis 1926. Aujourd'hui, le studio -dirigé par Lorenzo et Massimo Cifonelli- habille les hommes élégants, qui viennent chercher le perfectionnisme de cette confection sur-mesure qui combine savoir-faire Français et Italiens. La coupe, inventée par Arthur, constitue l'ADN de la marque. Elle a donné naissance, entre autres, à l'épaule Cifonelli. Leur lietmotiv : "Nous avons exploré et travaillé main dans la main avec des artisans italiens talentueux. Chaque détail a été soigneusement sélectionné" indique la maison.
Prise de mesures chez le tailleur italien Cifonelli

Prise de mesures chez le tailleur italien Cifonelli

© MARTIN BUREAU / AFP
Savoir-faire et expertise sont les maîtres mots pour cette adresse privée, partagée par les connaisseurs, qui veut devenir une référence pour le prêt-à-porter masculin. Réponse le 25 janvier sur les podiums parisiens.

Paris… en mode alerte
 
Le monde de la mode rejoindra une capitale française en alerte, avec un dispositif de sécurité antiterroriste maximal et un déploiement exceptionnel des forces de l'ordre, deux semaines après les attentats contre Charlie Hebdo et un supermarché casher qui ont fait 17 morts. L'industrie de la mode a exprimé son soutien à la liberté d'expression : Karl Lagerfeld a jugé que ces événements étaient "très mauvais pour l'image de Paris" dans le Women's Wear Daily.
 
Pour rassurer acheteurs, journalistes et célébrités du show-biz venus d'Europe, d'Asie et des Etats-Unis, la Fédération française de la couture, organisatrice de l'événement, a donné des conseils de vigilance aux maisons de mode. Son président exécutif Stéphane Wargnier les a enjointes à "renforcer le contrôle des cartons d'invitation à l'entrée en l'assortissant d'un contrôle d'identité", à "opérer un contrôle des sacs" et à éviter les attroupements aux entrées des salles de défilés.

Si les organisateurs ne font pas état de défections à l'amorce de cette semaine de shows, reste à mesurer l'impact sur sa fréquentation des attaques meurtrières. Ces attentats ont suscité une mobilisation du monde de la mode. Le slogan "Je suis Charlie" a été repris notamment par les couturiers Karl Lagerfeld et Jean Paul Gaultier sur les réseaux sociaux tandis que Jean Charles de Castelbajac et le créateur portugais Felipe Oliveira Baptista ont exprimé leur soutien à la liberté d'expression en participant avec d'autres artistes à un événement au Palais de Tokyo.

Pour les plus pointus, des salons, des RDV et des showrooms
 
A découvrir au premier jour de la fashion week, Paperlab au BHV Marais, un corner dédié à la presse internationale proposant une sélection des titres les plus pointus en matière de mode, de beauté, de design et d’art contemporain. Parenthèse culturelle, le lieu sera ponctuellement animé par des rendez-vous événementiels : vernissages, dédicaces, lancements de magazines, rencontres créateurs, showcase...

A Paris, comme chaque saison, les salons professionnels présentent leurs jeunes pousses : Who's Next et Première Classe (du 23 au 26 janvier à la Porte de Versailles), Tranoï (du 22 au 24 janvier au Palais de la Bourse) et Capsule (du 26 au 25 janvier à la Cité de la mode). A noter le showroom (du 24 au 29 janvier) China in Paris.