Milan : l'homme de l'hiver 2014 défile sur les podiums dans un contexte fragile

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/01/2014 à 15H20
E.Tautz pap ah 2014-2015, Londres, janvier 2014

E.Tautz pap ah 2014-2015, Londres, janvier 2014

© BEN STANSALL / AFP

Les défilés des collections de prêt-à-porter hommes pour l'hiver 2014-2015 s'ouvrent samedi pour 4 jours à Milan dans un contexte fragile pour la mode masculine italienne, qui a dégagé en 2013 un C.A. de 8,6 milliards d'euros. Avant le rendez-vous milanais, la mode masculine s'est retrouvée à Londres, puis du 15 au 19 janvier, ce sera au tour de Paris d'accueillir les défilés.

De Gucci à Prada en passant par Armani, les plus grands noms du Made in Italy présenteront leurs nouvelles collections en compagnie de quelques maisons étrangères habituées des passerelles milanaises: les Britanniques Vivienne Westwood et John Richmond ou l'Américain John Varvatos. A noter le retour du styliste florentin Roberto Cavalli et les débuts d'un jeune designer coréen, D.Gnak, invité par la Chambre nationale de la Mode 
italienne.

Une quarantaine de défilés sur 4 jours
Cette année encore, pour des raisons de créneaux horaires ou de mauvais rapports avec les organisateurs, plusieurs marques tiennent leur défilé ou leur présentation en dehors du calendrier officiel, comme Dolce&Gabbana ou Marni. Les Milanais seront invités à les suivre en direct grâce à trois écrans géants installés sur différentes places de la ville.

Un contexte conjoncturel fragile et complexe
En amont de la Fashion Week milanaise, la Fédération italienne du textile et de la mode, Sistema Moda Italia, s'est inquiétée du "contexte conjoncturel fragile et complexe" dans lequel se trouve le secteur masculin. L'année 2013 devrait clôturer avec un C.A. en hausse de 1% par rapport à 2012, s'élevant à 8,6 milliards d'euros, grâce à une croissance des ventes à l'export (+3,1%). Mais cette performance est "inférieure aux attentes, y compris dans les pays dits en développement", note la Fédération. Les exportations représentent 60% du C.A.

L'Asie devient friande du Made in Italy
Parmi les pays friands de mode italienne, la France a gardé sa première place (12,1% des exportations sur neuf mois), suivie de la Suisse (9,5%) et de l'Allemagne (9,2%). Mais les pays asiatiques se montrent de plus en plus amateurs de Made in Italy: les exportations vers la Corée du Sud, si elles restent encore modestes (1,6% du total) ont ainsi bondi de 34,4%, et celles vers la Chine de 26% (2,8% des exportations).

Parmi les fournisseurs de l'Italie, la Chine a conservé la tête du classement (24,4% des importations) mais a perdu du terrain aux profits du Bangladesh (10,1%) et de la Roumanie (8%).