Fashion week : le sportswear sophistiqué enthousiasme Koché, Lacoste, Atlein, Carven, Off-White et Y/Project

Par @Culturebox
Mis à jour le 01/10/2017 à 14H55, publié le 01/10/2017 à 14H46
Koché printemps-été 2018, à Paris, septembre 2017.

Koché printemps-été 2018, à Paris, septembre 2017.

© Maitre/WWD/Shutterstock/SIPA

Un short cycliste avec une veste habillée, des maillots de foot transformés en robes de soirée : les créateurs de mode ne cessent de s'inspirer des tenues de sport mais les réinterprètent de façon de plus en plus sophistiquée. Retour sur les podiums de Koché, Lacoste, Atlein, Carven, Off-White et Y/Project qui ont ponctué leurs collections de pièces issues du vestiaire sportif.

Christelle Kocher, à la tête du label parisien Koché, illustre cette tendance. La créatrice s'est fait connaître par son habileté à mêler le streetwear aux savoir-faire des métiers d'art : elle est directrice artistique de Lemarié, maison spécialisée dans la plumasserie et la confection de fleurs en tissus. Pour sa collection, elle a transformé le maillot du club de foot du PSG, en lui apportant une touche féminine et glamour avec des perles brodées et des fleurs. Il se porte avec un pantalon soyeux, se métamorphose en robe fluide aux couleurs éclatantes, se mue en petit haut bordé de dentelle... 
Koché printemps-été 2018, à Paris, septembre 2017

Koché printemps-été 2018, à Paris, septembre 2017

© FRANCOIS GUILLOT / AFP
Les robes polos ont aussi le vent en poupe chez la jeune griffe Atlein, qui a proposé des pantalons courts inspirés des tenues de motocross ainsi que chez Carven, pour la première collection de l'ancien styliste de Dior Serge Ruffieux.
Atlein printemps-été 2018, à Paris, septembre 2017

Atlein printemps-été 2018, à Paris, septembre 2017

© Bertrand GUAY / AFP
L'univers du sport est présent par petites touches chez la marque de streetwear de luxe Off-White, label en vogue de l'Américain Virgil Abloh dont le vestiaire est de plus en plus habillé. Dans cette collection inspirée de Lady Di, un short cycliste blanc en élasthanne s'accompagne d'une veste habillée assortie, à double boutonnage, agrémentée d'un volant sur la hanche. La femme imaginée par Off-White, dans des tailleurs aux tons pastel évoquant ceux de Diana, se déplace aisément grâce à ses chaussures de tennis, portées avec des chaussettes blanches mais elle n'a pas oublié ses escarpins, qu'elle tient à la main. 
Off-White printemps-été 2018, à Paris, septembre 2017

Off-White printemps-été 2018, à Paris, septembre 2017

© FRANCOIS GUILLOT / AFP
Le bermuda et le polo se retrouvent aussi sur le podium de Y/Project, griffe dont le directeur artistique Glenn Martens a remporté cette année le grand prix de l'Andam pour les jeunes créateurs. La créativité du designer belge s'exprime dans les drapés, les plissés, les effets de trompe-l'oeil et les fronces. Les polos se portent avec une minijupe ou un short recouverts de tulle et de volumineux bijoux. Les bermudas ont des ouvertures à l'aine pour rompre leur côté trop strict, dans cette collection évoquant l'esprit des raves des années 1990.
Y/Project printemps-été 2018, à Paris, septembre 2017

Y/Project printemps-été 2018, à Paris, septembre 2017

© Bertrand GUAY / AFP

La griffe au crocodile a revisité ses classiques avec créativité, en mêlant l'élégance bourgeoise à la mode de la rue et en apportant de la sensualité aux polos inventés par René Lacoste, transformés en robes drapées asymétriques.