Paule Ka et Wanda Nylon : premiers podiums à la Paris Fashion Week

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 14H33, publié le 27/09/2016 à 09H37
Alithia Spuri-Zampetti,;DA de Paule Ka (gauche) et Johanna Sennyk (fondatrice de Wanda Nylon) foulent les podiums de la PFW pour la première fois, en setembre 2016

Alithia Spuri-Zampetti,;DA de Paule Ka (gauche) et Johanna Sennyk (fondatrice de Wanda Nylon) foulent les podiums de la PFW pour la première fois, en setembre 2016

Outre les grands noms qui font sa réputation, la Paris Fashion Week accueille chaque saison de nouveaux venus : Alithia Spuri-Zampetti, directrice de la création de Paule Ka, et Johanna Senyk, fondatrice de Wanda Nylon, font leurs premiers pas dans le calendrier officiel. Habituée des podiums, Christine Phung fera, elle, ses premiers pas chez Léonard. Talents à suivre !

Alithia Spuri-Zampetti, directrice de la création de Paule Ka

Italo-américaine de 31 ans, Alithia Spuri-Zampetti est diplômée de la Central Saint Martin School of London. Elle était ces six dernières années au sein de la maison Lanvin, head designer en charge des collections de prêt-à-porter femme. Ses précédentes expériences chez Valentino et Bottega Veneta ont aussi contribué tant à l’élaboration d’une signature stylistique affirmée qu’à la création d’un répertoire de mode riche fondé sur des silhouettes ultra-féminines et une passion des tissus sophistiqués, signature d’un luxe discret.
Alithia Spuri-Zampetti, directrice de la création de Paule Ka
 

Alithia Spuri-Zampetti, directrice de la création de Paule Ka  

© Paule Ka
Fondée depuis presque 30 ans, Paule Ka est une maison française indépendante de prêt-à-porter féminin haut de gamme. Vitrine du chic parisien, son style se caractérise par la modernité de ses lignes graphiques, urbaines et sophistiquées. Paule Ka est implantée dans 56 pays et depuis 2011, son développement est soutenu par Change Capital, fond de private equity basé à Londres.

Johanna Sennyk, grand prix de l'Andam 2016

Johanna Senyk, fondatrice de la marque Wanda Nylon et lauréate du Grand Prix de l’ANDAM 2016 est cette saison l’invité d’honneur du salon Tranoî, dans le cadre de leur nouveau rendez-vous le CURATED BY. L’idée ? Offrir à un designer l’opportunité de s’exprimer à travers une installation, un espace dédié à ses créations et un défilé. "Je connais Armand et Martine Hadida depuis de longues années et je sais tout ce qu’ils ont apporté à la mode et aux créateurs. Nous sommes heureux que le Tranoî nous ait proposé d’être les invités de la saison et nous donne ainsi carte blanche pour imprégner la Cité de la Mode et du Design des thèmes de notre collection printemps-été 2017", a déclaré Johanna Senyk.
La créatrice Johanna Senyk pour la marque Wanda Nylon

La créatrice Johanna Senyk pour la marque Wanda Nylon

© DR
Lancée en 2012, Wanda Nylon est une marque de prêt-à-porter luxe basée à Paris. Elle a étendu sa notoriété en revisitant les classiques du rainwear -ses imperméables en plastique translucide et ses vestes en vinyle- avec une attitude subversive et décomplexée, des coupes graphiques et épurées avec un effort de recherche en matières innovantes. Son style dessine une silhouette nette. La créatrice a récemment signé une collection capsule avec la Redoute. Johanna Senyk était cette année parmi les demi-finalistes du prix LVMH, autre tremplin pour les jeunes créateurs de mode.

Christine Phung, premiers pas chez Léonard

Sans directrice artistique depuis fin 2015, Léonard Paris a nommé au printemps 2016 cette styliste qui doit insuffler un nouvel élan à cette griffe réputée pour ses imprimés faits à la main. La créatrice prend la relève de Yiqing Yin, Raffaele Borriello et Maxime Simoëns, qui avaient fait un passage éclair et succédaient à Véronique Leroy. Christine Phung poursuit parallèlement sa marque éponyme lancée en 2011. Ses vêtements aux couleurs fortes et aux imprimés pop mixent techniques artisanales et graphisme contemporain. Christine Phung élabore un vestiaire entre élégance stricte et sportswear de luxe. Ses vêtements sont des compositions graphiques avec des imprimés forts, renouvelés à chaque collection qui sont inspirés des arts numériques.
La créatrice Christine Phung, en 2016.

La créatrice Christine Phung, en 2016.

© Marion Leflour.
En 1958, Daniel Tribouillard débute en tant que DG et DA de la société Léonard Fashion. Deux ans plus tard, il invente un procédé pour l'impression des pull-overs "Fully-Fashioned". En 1968, il crée sa première collection de vêtements en jersey de soie. En 1976, il invente le silkover fully fashion, fabriqué avec des carrés de soie. En 1983, le Japon lui demande de concevoir une ligne de kimonos. En 1984, après plusieurs mois à Kyoto et l'étude de la "symbolique florale japonaise," il présente sa première collection de kimonos. Cette année-là sera édité le 1er livre d'art représentant 20 ans de dessins, sous le titre "L'art de Léonard" par Daniel Tribouillard. En 1993, c'est la 1re maison de couture occidentale à défiler à Shanghai. En 1994, la marque entre à la Fédération française de la couture, du pap des couturiers et des créateurs de mode. En 2005, l'exposition "Impressions de mode" au Musée des Tissus de Lyon retraçe 50 ans de création. La maison a également reçu le label “Entreprise du Patrimoine Vivant”…