Le vestiaire de Bouchra Jarrar : entre rigueur masculine et sensualité féminine

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/10/2015 à 10H14
Bouchra Jarrar pap pe 2016, à Paris...

Bouchra Jarrar pap pe 2016, à Paris...

© Stephane Gallois

Comme pour ses collections haute couture, Bouchra Jarrar privilégie pour son prêt-à-porter un vestiaire de pièces essentielles, classiques, où fusionne éléments masculins et féminins. Une mode fonctionnelle et portable où le détail sublime tout en subtilité la silhouette. Retour sur une présentation dont se dégageait une élégance relax et moderne.

Pas de défilé pour son prêt-à-porter contrairement à la haute couture mais une présentation sur rendez-vous pour la collection printemps-été de la créatrice Bouchra Jarrar. C'est la première fois que j'ai le plaisir de pouvoir toucher les matières, de regarder de près la précision des coupes, de m'amuser des détails et de découvrir la palette des tonalités... très loin de l'effervescence des défilés.
Un modèle présente le vestiaire de Bouchra Jarrar pour le printemps-été 2016, à Paris

Un modèle présente le vestiaire de Bouchra Jarrar pour le printemps-été 2016, à Paris

© Corinne Jeammet
A noter toujours beaucoup de pantalons (comme pour la haute couture) dans cette garde-robe qui adopte une attitude sophistiquée pour une citadine chic. A marier avec un manteau d'officier ou une veste, sans manches, blanche surlignée de noir aux poches et au col. Bien sûr quelques jupes, parfois très courtes bi ou trois matières ou en version plus longue toute plissée. Toujours des détails qui font tout le charme : une bande dorée pour donner du graphisme à un top bi-color, des jeux de double bretelles en cuir marron façon brides pour égayer l'épaule d'une robe, quelques asymétries sur les tops ou robes.  
Bouchra Jarrar pap pe 2016, à Paris.....

Bouchra Jarrar pap pe 2016, à Paris.....

© Stephane Gallois
La créatrice souligne à travers ses collections un néo-classicisme contemporain, d'essence parisienne et intemporelle. Bouchra Jarrar, qui a ouvert sa maison de couture parisienne en janvier 2010, avait alors déclaré : "J’ai un respect profond pour l’histoire des couturiers parisiens des années 50 et 60". On perçoit, en effet, chez la créatrice l'exigence de composer une garde-robe de jour aidant "à révéler cette élégance que l’on a toutes mais que l’on ne sait pas toujours exprimer".
Bouchra Jarrar pap pe 2016, à Paris..

Bouchra Jarrar pap pe 2016, à Paris..

© Corinne Jeammet
Sa vision de la mode découle d'une connaissance de la structure du vêtement et de son souci des proportions. Elle crée des collections justes, élégantes où le smoking oscille entre rigueur masculine et sensualité féminine et le dispute à la sophistication de robes posées au centimètre près sur le corps.
Bouchra Jarrar pap pe 2016, à Paris.

Bouchra Jarrar pap pe 2016, à Paris.

© Corinne Jeammet

20 ans dans l’anonymat des studios de création


Mue par un désir de tout apprendre d‘un métier auquel la styliste française d’origine marocaine a consacré prés de 20 ans dans l’anonymat des studios des grandes maisons, Bouchra Jarrar a appris la maitrise des tissus et des coupes. Sortie de Duperré en 1994, elle rentre chez le licencié des bijoux Jean Paul Gaultier pour s’essayer "au tout petit, apprendre le geste précis et minutieux". En 1996, elle arrive chez Balenciaga où elle rencontre Nicolas Ghesquière, créateur le plus influent du moment, dont elle deviendra la Directrice du studio jusqu’en 2006.
La créatrice Bouchra Jarrar

La créatrice Bouchra Jarrar

© © Patrick Swirc.
Sa passion pour les ateliers de couture et la découverte de l’histoire de mode d’un des plus grands couturiers, Cristobal Balenciaga, trace sa voie dans le sillon d'une haute couture maitrisée. Soucieuse d’approfondir sa connaissance des métiers d’art, des savoirs faire de la haute couture et des ateliers tailleur et flou, elle intègre en 2008 la maison Christian Lacroix en qualité de Directrice du studio couture. Début 2010, elle crée sa maison de prêt-à-porter haut de gamme et de créations sur mesure destinées aux clientes couture, et défile, dès lors, en tant que membre invité de la haute couture parisienne.
 
Elle a reçu en janvier 2012 la médaille de Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres.