Avec Marc Jacobs, New York passe le flambeau de la Fashion week à Londres

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 12/09/2014 à 09H51
Le défilé de la collection Printemps-été 2015 de Marc Jacobs lors de la Fashion Week de New-York, le 11 septembre 

Le défilé de la collection Printemps-été 2015 de Marc Jacobs lors de la Fashion Week de New-York, le 11 septembre 

© JOSHUA LOTT / AFP

Les courtes robes à bulles de Marc Jacobs ont clôturé jeudi la Fashion week de New York, passant le flambeau à Londres. Elles étaient précédées par les silhouettes safari chic de Ralph Lauren et l'élégance épurée de Calvin Klein.

Le dispositif d'abord : sur le podium, une maison rose. Voici pour les yeux. Et pour les oreilles, le public était invité à écouter l'accompagnement sonore du show sur des écouteurs stéréo Beats by Dre (récemment acquis par Apple).

La passion de Marc Jacobs pour les bulles

Après une série de longues tuniques ou d'ensembles veste-pantalon à la croisée des chemins entre le trench et l'uniforme d'un soldat nord-coréen, structurés par de gros boutons, le créateur new-yorkais Marc Jacobs a partagé sa nouvelle passion pour les bulles.

Opaques, de couleur vert kaki, bleu, vert émeraude ou beige assortie à une minirobe à col rond ou à col boutonné, ces demi-sphères en relief ont pris d'assaut, telles des boutons de fièvres, près d'une quinzaine de silhouettes : le long d'une jambe, sur la ceinture, le col, une épaule, la poitrine, la  ceinture, la hanche ou partout.

La chaussure phare du printemps été 2015 de Marc Jacobs est souvent plate et en velours. Une sandale mi-Birkenstock, mi-chaussure orthopédique, déclinée en  plusieurs tons, qui relève aussi avec piquant une silhouette autrement féminine.

Le safari chic de Ralph Lauren 

Plus tôt, Ralph Lauren déclinait pour cette saison le safari chic : pantalon cargo kaki sous un top de soie fuchsia, ensemble veste et jupe safari en organza kaki métallique réchauffée par un gros collier de strass multicolore. Beaucoup de couleurs vives au fil des 51 silhouettes de la collection : un  manteau de cuir jaune tournesol est porté surun pantalon cargo de daim kaki et pull en cachemire assorti, un pantalon fluide rose fuchsia agrémente une chemise safari kaki, une couleur qui rythme la collection.
Le défilé Ralph Lauren à New York, le 11 septembre.

Le défilé Ralph Lauren à New York, le 11 septembre.

© JOSHUA LOTT / AFP
Le soir, l'exploratrice troque sa veste safari, jupe cigarette, escarpins et chapeau de toile pour de longues robes en soie et tulle, rehaussées de  strass et de lourds pendants d'oreilles et sandales dorées compensées. Fuchsia, jaune et coquelicot sont encore de sortie et parfois  l'exploratrice rejoint la princesse, pour une tenue mélangeant longue jupe de  tulle jaune et chemise safari en soie kaki.

Sobre Calvin Klein

Calvin Klein avait lui choisi de présenter sa collection dans les studios Spring au style épuré à Tribeca, à l'unisson d'un défilé aux lignes sobres et sans le moindre accessoire, en bleu marine, blanc, crème, gris et un peu de bordeaux. Une robe droite marine à col rond près du corps, taille finement ceinturée,  superposée à une longue jupe de viscose assortie, ouvre le défilé. Un autre  modèle porte un manteau court, également marine, et un pantalon au-dessus de la  cheville qui s'évase vers le bas.
 
Défilé de la collection Printemps Eté de Calvin Klein, New York, le 11 septembre

Défilé de la collection Printemps Eté de Calvin Klein, New York, le 11 septembre

© JEWEL SAMAD / AFP
Les silhouettes imaginées par le Brésilien Francisco Costa arborent aussi des mini-robes en fin cuir perforé ceinturées très haut, un manteau de cuir  trois quarts à col rond, des robes de maille noire là encore superposées à des  jupes marine, une robe tee-shirt rebrodée de fils métalliques, des chaussures à talon transparent tellement haut que plusieurs mannequins manquent de trébucher.
   
Le relais de la Fashion week à Londres 

Peu avant, le Français Gilles Mendel avait également présenté sa collection  J. Mendel, avec des coupes nettes, des tissus argentés et, tradition familiale de fourreur oblige, plusieurs magnifiques manteaux de fourrure recolorée en  fuchsia, vert, blanc... La veille au soir, les créateurs de la griffe new-yorkaise Proenza Schouler avaient eux présenté une collection moderne et pointue, garde-robe idéale d'une  fille de son temps. Les matières étaient, cette saison encore, le grand point fort d'une marque  qui poursuit les expérimentations, entre cuir perforé, peau de python teintée  bleu profond ou orange, crochet de métal et les jeux de tricots et de viscose  gainant le corps. "Il s'agit finalement d'une femme moderne, d'aujourd'hui, ni rétro, ni futuriste", a expliqué l'un de ses deux créateurs Lazaro Hernandez, à l'issue du défilé.

Cette journée mettait un point final à la Semaine de la mode new-yorkaise, un marathon trépidant de quelque 300 défilés et présentations, qui ont vu notamment, parmi les tendances, le retour du vichy et des mini tops coupés largement au-dessus du nombril, du daim, du cuir perforé, toujours des rayures noir et blanc, des sandales compensées, mais aussi un jaune tournesol présent dans de nombreuses collections. Ce vendredi 12 septembre, les projecteurs se tournent vers Londres qui prend le relais.