Raf Simons apporte une nouvelle sensualité chez Dior

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/09/2012 à 19H07
  • Défilé Dior pap printemps-été 2013, à Paris (septembre 2012)
  • Défilé Dior pap printemps-été 2013, à Paris (septembre 2012)
  • Défilé Dior pap printemps-été 2013, à Paris (septembre 2012)
  • Défilé Manish Arora pap printemps-été 2013, à Paris (septembre 2012)
  • Défilé Manish Arora pap printemps-été 2013, à Paris (septembre 2012)
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • Défilé Dior pap printemps-été 2013, à Paris (septembre 2012)
    Défilé Dior pap printemps-été 2013, à Paris (septembre 2012) © F.Guillot. AFP
  • Défilé Dior pap printemps-été 2013, à Paris (septembre 2012)
    Défilé Dior pap printemps-été 2013, à Paris (septembre 2012) © F.Guillot.AFP
  • Défilé Dior pap printemps-été 2013, à Paris (septembre 2012)
    Défilé Dior pap printemps-été 2013, à Paris (septembre 2012) © F.guillot.AFP
  • Défilé Manish Arora pap printemps-été 2013, à Paris (septembre 2012)
    Défilé Manish Arora pap printemps-été 2013, à Paris (septembre 2012) © F.Guillot.AFP
  • Défilé Manish Arora pap printemps-été 2013, à Paris (septembre 2012)
    Défilé Manish Arora pap printemps-été 2013, à Paris (septembre 2012) © F.Guillot.AFP

Tailleurs "Bar", ligne "A", ligne "H". Raf Simons a rendu hommage à l'esprit Dior tout en dévoilant sa propre vision de la maison de luxe, une mode structurée et sensuelle, ancrée dans son époque. C'était la foule des grands jours pour ce défilé, l'un des plus attendus de la saison.

"J'ai tout aimé. Surtout le travail de coupe", a déclaré le couturier Azzedine Alaïa à la sortie de la présentation de la collection, derrière l'hôtel des Invalides à Paris dans un décor de salons de couture épurés.

En 53 modèles, Raf Simons a restitué l'esprit Dior sans le copier. Les tailleurs "bar", en référence aux basques prononcées sur les hanches, sont revus et corrigés pour mieux s'adapter au goût du jour. Le meilleur exemple? Cette robe-manteau courte en laine et soie blanche à la ligne pure, marquée à la taille et légèrement évasée en bas. Ailleurs, des plissés délicats ponctuent des vestes. Le soir, les robes affichent leur chic parisien : bustier en laine bleu marine au dessus d'un tulle noir dégradé. Les mini-robes s'allongent sur un côté avec un drapé double face imprimé rouge et rose. Le satin duchesse parme ou rose poudré se porte sur un short noir. Pour le bal, un top en maille de soie et cachemire noir fait jaillir à la lumière une jupe imprimée en satin duchesse blanc rose et bleu métallique décorée de roses géantes stylisées.

Une nouvelle sensualité, mais pas de minimalisme
"Je voulais un véritable nouveau look" pour Dior, a expliqué le créateur belge. "Je voulais donner à la collection un certain classicisme et un côté très parisien", a ajouté Raf Simons, s'avouant épuisé mais heureux. Il a réfuté l'étiquette de "minimaliste", assurant que ce n'est pas "le seul courant qui m'intéresse". Le créateur a préféré expliquer qu'il voulait aujourd'hui "apporter une sorte de nouvelle liberté, de nouvelle sensualité".

Pour Serge Carreira, maître de conférences à Sciences-Po, Simons est "loin de copier le maître. Il puise dans son univers foisonnant en lui donnant un twist actuel. Il l'adapte avec rigueur mais sans rigidité".

Sudney Tolédano : "C'est une collection moderne, tout en gardant l'esprit de féminité, de sensualité de M. Dior"
Interrogé sur le nouvel esprit de Dior, qui a tourné le dos aux années exubérantes de l'ère Galliano, le PDG de Dior Sidney Toledano a qualifié la collection de "moderne, tout en gardant l'esprit de féminité, de sensualité de M. Dior". "La marque Dior, depuis son fondateur, est en évolution permamente tout en gardant ses valeurs (...) On est dans une époque où il faut réagir au changement et avoir un coup d'avance. Le propre du créateur, comme Raf, est de sentir ce que les gens et les jeunes ont envie de porter, ce qui va leur donner de l'énergie". "C'est une collection épurée pas minimaliste. Il ne faut pas confondre modernité et minimalisme", a-t-il conclu.