Valentina Sampaio, mannequin brésilien emblème des LGBT, va défiler à la Milan Fashion week

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/02/2017 à 09H03, publié le 21/02/2017 à 09H00
La mannequin Valentina Sampaio en février 2017 à Milan

La mannequin Valentina Sampaio en février 2017 à Milan

© MIGUEL MEDINA / AFP

Le premier mannequin transgenre à avoir fait, en mars, la couverture du numéro français du magazine "Vogue", Valentina Sampaio, se prépare à défiler sur les podiums de la semaine de la mode à Milan en Italie, qui se tient du 22 au 28 février. La jeune brésilienne se dit "fière" d'être devenue une icône du mouvement LGBT (Lesbiennnes, Gays, Bi et Trans).

Loin du calvaire souvent enduré par les transexuelles pour être acceptées, Valentina Sampaio, 22 ans, rêve de défiler avec les plus grands de la mode, comme Giorgio Armani. Et quand on évoque une possible intervention chirurgicale relative à son changement de sexe, elle refuse d'en parler.

Le magazine de mode Vogue Paris a fait sa Une du mois de mars avec une photo glamour de Valentina, une première pour un magazine français, la qualifiant d'"étendard glam d'une cause en marche". "C'est important parce que la mode est un instrument pour qu'à l'avenir on ne parle plus de nous avec des préjugés", a-t-elle estimé.
Valentina Sampaio en couverture du Vogue Paris de mars 2017

Valentina Sampaio en couverture du Vogue Paris de mars 2017

© Vogue Paris
Valentina Sampaio a débuté sa carrière de top model au Brésil, son pays de naissance, il y a près de quatre ans, jusqu'à devenir "ambassadrice de L'Oréal", et star de la semaine de la mode en octobre 2016 à Sao Paulo au Brésil. Elle y avait défilé, entre autres, pour les créateurs Agua de Coco et Vitorino Campos.
Valentina Sampaio au show de Ronaldo Fraga hoy, Sao Paolo Fashion week, octobre 2016

Valentina Sampaio au show de Ronaldo Fraga hoy, Sao Paolo Fashion week, octobre 2016

© SEBASTIÃO MOREIRA
"Je veux continuer à me battre pour un monde meilleur" qui voit les transexuels comme quelque chose de "normal", dit-elle, d'une voix douce et androgyne. "Je ne considère pas cela comme un défaut ou une anomalie", assure Valentina, qui pendant l'entretien avec l'AFP, a évité, par pudeur, d'utiliser le mot transexuel, transgenre ou le sigle LGBT. "Chacun est comme il est. Juan est Juan, Maria est Maria et Valentina est Valentina", dit-elle. "Je ne veux pas mettre d'étiquette ou de titres", ajoute la jeune femme, qui raconte avoir commencé des études d'architecture à Fortaleza dans le nord du Brésil, avant de suivre des cours de mode. "C'est pour cela que j'ai toujours voulu aller en Italie", ajoute-t-elle.

Elle explique avoir grandi bien acceptée par ses parents. "Dès mon enfance, je me suis sentie petite fille, petit garçon, je me sentais petite fille", assure-t-elle. "Je suis née dans l'intérieur du nord-est, dans le Ceara, et dans cette petite localité, je me sentais protégée car tout le monde se connaît et se respecte", explique encore Valentina.
Valentina Sampaio au show de Patricia Viera,Sao Paulo Fashion week, octobre 2016

Valentina Sampaio au show de Patricia Viera,Sao Paulo Fashion week, octobre 2016

© NELSON ALMEIDA / AFP
"Je ne nie pas qu'au début de ma carrière certaines choses sont arrivées", comme le refus d'une marque d'avoir recours à elle pour une campagne publicitaire. "Je me suis sentie très mal, j'ai voulu arrêter de travailler" comme mannequin "mais à la fin j'ai réalisé que j'aimais ce travail et ça ne m'a pas arrêté", a-t-elle ajouté.

Valentina, qui n'utilise pas son vrai nom, fait partie d'un groupe de mannequins brésiliens qui lutte contre les préjugés et contre la violence faite aux transexuelles. "Le conseil que je peux leur donner est qu'elles croient en elles-mêmes et qu'elles ne se découragent pas devant les difficultés", assure la jeune femme, suivie par 35.000 personnes sur Instagram, plate-forme d'échanges de photos sur internet.

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !