Fashion week de Londres : Hussein Chalayan entre Grèce et paillettes

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/02/2017 à 07H58, publié le 18/02/2017 à 17H04
Au défilé Hussein Chalayan de la collection prêt-à-porter automne-hiver 2017-18, le 18 février 2017 à la Fashion Week de Londres

Au défilé Hussein Chalayan de la collection prêt-à-porter automne-hiver 2017-18, le 18 février 2017 à la Fashion Week de Londres

© Niklas Hallen / AFP

Après seize ans d'absence, le créateur turco-britannique Hussein Chalayan a fait son grand retour ce 18 février sur les podiums londoniens en envoûtant la Fashion week avec des créations inspirées de la culture folk grecque au milieu d'une explosion de paillettes.

Le créateur, né il y a 46 ans à Chypre, est connu pour son style minimaliste, élégant et conceptuel qui a séduit des artistes comme la chanteuse Björk et fait l'objet d'expositions à travers le monde.

Devenu directeur artistique des lignes prêt-à-porter et demi-couture de Vionnet, il était très attendu pour son retour à Londres. Présentée au théâtre de Sadler's Well, sa collection automne-hiver 2017-18 n'a pas dérogé à la ligne en présentant des chemises avec manteau intégré, comme noué à la taille, et des pantalons "forme carotte".

Pour le final, les mannequins ont arraché des motifs géométriques incrustés sur le devant de leurs tenues et marquées de l'inscription "tirer pour ouvrir" pour déclencher une explosion de paillettes multicolores. "J'ai voulu montrer un mélange de protestation et de célébration qui résume la dualité de la vie. Je voulais provoquer une explosion de kitsch, j'ai trouvé ça très beau", a expliqué le créateur en coulisses.
Pendant le défilé Hussein Chalayan de la collection prêt-à-porter automne-hiver 2017-18, le 18 février 2017 à la Fashion Week de Londres

Pendant le défilé Hussein Chalayan de la collection prêt-à-porter automne-hiver 2017-18, le 18 février 2017 à la Fashion Week de Londres

© Niklas Hallen / AFP
Pour le reste, Hussein Chalayan s'est beaucoup influencé de la culture grecque, avec de longues robes en cachemire noir, évoquant vestales et paysannes. Chalayan a commencé sa carrière à Londres où il a remporté à deux fois le titre de "designer britannique" de l'année, avant de partir pour Paris, considéré comme un passage obligé. "On avait le sentiment de travailler énormément mais pas grand-monde ne venait à nos shows. C'est lorsque nous avons bougé à Paris que nous avons réellement commencé à prendre de l'ampleur", a-t-il souligné.

Son retour aux sources cette semaine à Londres, où il retrouve des créateurs comme Burberry, Mulberry, Christopher Kane et J.W. Anderson, ravit ses admirateurs britanniques. Restera-t-il ? "Je ne sais pas encore. On verra", a-t-il répondu, cité par l'AFP.

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !