Londres en mode Fashion week

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/02/2015 à 10H47
Gareth Pugh pap ah 2015-16, à Londres.

Gareth Pugh pap ah 2015-16, à Londres.

© JACK TAYLOR / AFP

La Fashion week londonienne prend le relais de celle de New York pour les défilés féminins automne-hiver 2015-16, du 20 au 24 février 2015. Cette saison, 78 maisons sont inscrites, dont les poids lourds de la mode britannique comme Burberry Prorsum ou Vivienne Westwood Red Label. Une semaine marquée par le retour de l'avant-gardiste Gareth Pugh qui fête les 10 ans de sa marque.

La relève est représentée avec la valeur montante Mary Katrantzou, Christopher Kane ou J.W. Anderson. Une tribune est offerte aux nouveaux venus comme Molly Goddard ou Sadie Williams, qui défilent pour la première fois, ou Ryan Lo et Faustine Steinmetz déjà remarqués la saison dernière. 

5.000 acheteurs et journalistes sont attendus à cette 61e édition, selon les chiffres publiés par la Fashion week qui souligne que la mode contribue pour 35,2 millions d'euros à l'économie britannique.

Hommage à Louise Wilson, mentor de créateurs
 
La Fashion week de Londres s'est ouverte vendredi avec une cérémonie en hommage à Louise Wilson, professeure de mode qui a formé des créateurs britanniques parmi les plus talentueux des dernières années. Stella McCartney ou Alexander McQueen (décédé en 2010) ont fréquenté ses cours à l'école d'art Central Saint Martins, qu'elle dirigeait depuis 22 ans avant son décès en 2014 à 52 ans.
Créations des étudiants de la Central Saint Martins à Londres, février 2015

Créations des étudiants de la Central Saint Martins à Londres, février 2015

© LEON NEAL / AFP
Plus d'un millier de personnes se sont pressées dans la cathédrale Saint-Paul où se tenait la cérémonie, dont la styliste et ex-chanteuse Victoria Beckam ou le rapeur américain Kanye West, qui a révélé sur son compte twitter, qu'il aurait aimé fréquenter la CSM mais "qu'il était déjà trop célèbre" quand il a réalisé qu'il y aspirait. Christopher Kane ou Roksanda Illincic ont lu des messages pour rendre hommage à ce petit bout de femme, toujours habillée de noir; au franc parler parfois brutal mais qui sonnait juste, selon Nathalie Massenet, créatrice du site Net-a-porter et présidente du British fashion council, la chambre syndicale du secteur.
Un modèle signé Sarah Burton pour Alexander McQueen, février 2015

Un modèle signé Sarah Burton pour Alexander McQueen, février 2015

© USTIN TALLIS / AFP
"Nous devons tous préserver son legs d'honnêteté brutale, d'intégrité incomparable et d'amour pur du talent", a-t-elle déclaré. "Elle était dure, ce n'était pas une personne facile mais les stylistes se disent heureux de ce qu'elle leur a apporté", a déclaré à l'AFP Suzy Menkes, rédactrice internationale de Vogue. Alber Elbaz, le directeur artistique de Lanvin, qui a déclaré à sa mort que les élèves qu'elle lui envoyait étaient "toujours les meilleurs", était présent. Dans la soirée se tenait le défilé de la collection de fin d'étude réalisée par les élèves actuels de l'école. Un show éclectique, affichant aussi bien des pièces classiques que des robes-coiffes plus ou moins légères, plus ou moins transparentes.

Retour de Gareth Pugh
 
Cette semaine de la mode voit le retour de l'avant-gardiste Gareth Pugh qui fête le 10e anniversaire de la création de sa marque. Célèbre pour ses créations conceptuelles qui proposent des silhouettes futuristes et son usage du latex, le britannique signe en fait un double retour dans son pays natal -qu'il a déclaré être définitif- après sept années passées à Paris.
Gareth Pugh pap ah 2015-16, à Londres.

Gareth Pugh pap ah 2015-16, à Londres.

© JACK TAYLOR / AFP
Non seulement il vient présenter sa nouvelle collection lors d'un défilé au musée Victoria and Albert mais c'est aussi à Londres qu'il a organisé une rétrospective de son travail. Cette installation à la Galeria Melissa de Covent Garden, y restera jusqu'en mai.

Tom Ford délaisse Londres pour Los Angelés
 
Tom Ford a expliqué pourquoi il avait boudé la semaine de la mode de Londres, où il défile habituellement pour montrer sa collection à Los Angeles. Le créateur américain de 53 ans a aussi annoncé qu'il préparait son deuxième film, après "A single man" (2009), et prévoit de le tourner cet automne.
Tom Ford pap ah 2015-16, à Los Angelès

Tom Ford pap ah 2015-16, à Los Angelès

© MARK RALSTON / AFP
"Mon défilé à Londres serait tombé le lendemain des Oscars et avec le décalage horaire, quelques heures après la fin de la cérémonie. Ca n'avait aucun sens d'essayer de faire concurrence aux Oscars, avec toute la presse mondiale ici à Los Angeles. Je suis résident californien, j'ai une maison ici, je suis habituellement à Los Angeles cette semaine-là en train d'habiller quelqu'un pour les Oscars. Je me suis dit: pourquoi ne pas défiler ici ? J'imaginais ça à l'origine comme une décision pour une seule fois, maintenant il faut que je prenne un peu de distance. Est-ce que c'était bien? Est-ce qu'on peut le refaire? Est-ce que les gens sont venus parce que c'était l'occasion, ou ont-il aimé au point de revenir chaque année?".