Milan, dernière étape de la semaine de la mode avant Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/02/2014 à 12H59
Gucci pap ah 2014-2015, à Milan..

Gucci pap ah 2014-2015, à Milan..

© GIUSEPPE CACACE / AFP

Après New York et Londres, la semaine de la mode se déplace à Milan, du 19 au 24 février. Sur les podiums souffle un vent d'espoir et de renouveau avec les premiers signes d'une timide reprise et la perspective de l'Exposition Universelle de mai à octobre 2015.

L'Expo devrait drainer dans la capitale économique italienne 20 millions de touristes et le secteur de la mode veut surfer sur cette vague. La semaine de la mode milanaise s'affiche comme un test avec 144 collections prêt-à-porter féminin pour l'automne-hiver 2014/2015, qui se partageant entre 65 défilés et 80 présentations.
Max Mara pap ah 2014-2015, à Milan

Max Mara pap ah 2014-2015, à Milan

© Giuseppe Aresu/AP/SIPA
"Il s'agit d'une grande opportunité pour tout notre secteur. L'idée est d'organiser des événements liés à la mode pendant toute la durée de l'Expo", souligne Mario Boselli, le président de la Chambre de la mode italienne. "Dans ce contexte, 2014 sera pour tous une année de répétition", renchérit l'adjointe à la Mode et au Design de la ville de Milan, Cristina Tajani. Pour se donner un air plus international, Milan active pour la 1re fois un portail baptisé "Milano Creativa". Accessible en italien et en anglais par le site Web de la municipalité, cette plateforme mettra à disposition un calendrier des événements et initiatives liés à la mode, au design, à l'art et à la culture. "Il s'agit pour l'instant d'une expérimentation. Un calendrier unique rassemblant toutes les excellences du territoire, que nous allons tester cette semaine et durant le Salon du Meuble en avril prochain", explique Cristina Tajani.

"Welcome to Milan Fashion Week"

Autre signe de changement: les affiches et panneaux électroniques souhaitant la bienvenue aux visiteurs dans les gares et aéroports par ces simples mots : "Welcome to Milan Fashion Week". Des écrans géants ont été installés dans les points névralgiques du centre-ville ainsi que dans les grands magasins La Rinascente, pour permettre de suivre les défilés en direct et d'admirer les grands noms du Made in Italy, de Gucci à Prada, en passant par Giorgio Armani, Roberto Cavalli ou Versace, mais aussi de découvrir de nouveaux talents comme Fausto Puglisi, Marco De Vincenzo ou encore Stella Jean.  
Francesco Scognamiglio pap ah 2014-2015, à Milan

Francesco Scognamiglio pap ah 2014-2015, à Milan

© MAXPPP

Injecter plus de glamour dans la semaine de la mode

La mode "Made in Italy" espère un rebond après avoir surmonté la récession économique, estime la nouvelle directrice de la chambre nationale de la mode italienne, la Britannique Jane Reeve, dans un entretien à l'AFP. "Le secteur de la mode a toutes les raisons de penser qu'il se situe au premier rang de la reprise.... Et pour ce faire, nous devons garder l'oeil sur ce que seront les marchés émergents, car il ne faut pas oublier que 70% du chiffre d'affaires de la mode italienne se fait à l'étranger".

Résultat : "J'ai prévu d'injecter plus d'énergie, de divertissement et un peu plus de glamour au cours des prochaines semaines de la mode milanaises afin qu'elles reflètent mieux les nouvelles tendances et le renouveau économique du secteur. Mon rôle est de promouvoir non seulement les grandes marques mais également les petites.". Enfin, elle indique : "Pour moi, le style made in Italy, fait de finesse et d'élégance est très difficile à copier. Notamment parce que l'une des clés du marché de la mode en Italie se trouve chez tous ces petits artisans, dans leur savoir-faire. J'ai personnellement demandé à la chambre de la Mode que l'on continue de promouvoir leur excellence".
Gucci pap ah 2014-2015, à Milan.

Gucci pap ah 2014-2015, à Milan.

© GIUSEPPE CACACE / AFP
La collection de la directrice créative de Gucci Frida Giannini marque une rupture avec l'opulence des saisons passées. Hormis quelques bracelets, les mannequins affichent une allure de jeunes filles sages à la Catherine Deneuve époque Jacques Demy années 1960. Elles portent des petits manteaux à l'air un brin martial à la double rangée de boutons ronds et plats en métal-miroir, des robes en cuir sans manches ultra courtes aux lignes essentielles et des bottes à talons assorties à leur look monochrome, qu'elles soient en python ou en cuir verni. Le cuir est omniprésent, des petits chemisiers à jabot froncé aux jupes évasées, en passant par les pantalons moulés. Cette matière est adoucie par la fourrure et les teintes pastel, qui dominent la collection. "Je cherche de plus en plus à m'éloigner du style sexy pour valoriser davantage la sensualité romantique. Les femmes doivent avant tout plaire à elles-mêmes. C'est de loin ma collection préférée ", confie la styliste en marge du défilé.
Frankie Morello pap ah 2014-2015, à Milan

Frankie Morello pap ah 2014-2015, à Milan

© FILIPPO MONTEFORTE / AFP
Les deux designers Maurizio Modica et Pierfrancesco Gigliotti évoquent une certaine fraîcheur de la jeunesse dans des tons pastel bleu ciel et rose tendre... Avec leurs chaussettes montantes, leur bonnet de laine, leur col boutonné et une chaîne autour du cou avec la petite croix, les jeunes filles de Frankie Morello affichent une rigueur chaste. Des dessins tracés comme à l'encre de chine sur certaines robes poudrées sont naïfs mais ces tenues candides laissent entrevoir, au détour d'une fente imperceptible, une sensualité cachée. La mini robe-chemise en soie transparente blanche ou noire est la pièce maitresse de la collection. Elle se porte telle quelle ou combinée avec d'autres éléments. Tantôt, elle dépasse d'une jupe pagne-tablier tel un jupon, tantôt elle disparaît sous des tops et des gilets matelassés aux motifs de tapisserie ou sous des jupes plissées asymétriques.
Alberta Ferretti pap ah 2014-2015, à Milan

Alberta Ferretti pap ah 2014-2015, à Milan

© TIZIANA FABI / AFP
D'étranges créatures, mi-femmes, mi-oiseaux, célèbrent le retour à la nature chez Alberta Ferretti. La palette est sombre. D'innombrables nuances de verts (kaki, sapin, bleu-vert, loden) se mêlent à des couleurs plus chaudes comme l'orange, le rouge et le marron. Une multitude de petites plumes colorées cousues à la main sur des robes bustiers composent une toison chatoyante. Ailleurs des applications en tissu forment un feuillage automnal sur un corsage. Les manteaux en alpaga se fondent dans un sous-bois imaginaire. Broderies, soie jacquard tridimensionnelle, passementeries... les compositions des matières et les textures en relief de certains vêtements font penser à l'écorce des arbres.