Diaporama 9 photos
Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox

Défilés parisiens hiver 2013 : 9 jours de podiums, 9 coups de coeur en images

Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 07/03/2013 à 14H03

Après 9 jours, soit 99 défilés sur les podiums parisiens, le marathon de la fashion week, du 26/02 au 6/03 2013, est terminé... Mon trio gagnant est constitué du duo néerlandais Viktor & Rolf, du duo Indo-Danois Peachoo-Krejberg et de Nina Ricci. Chaque griffe dans son propre univers propose une silhouette élégante, racée et féminine avec un vestiaire qui la distingue des autres !

  • Viktor & Rolf pap ah 2012-2013, à Paris
    01 /09
    Viktor & Rolf pap ah 2012-2013, à Paris
    Les femmes sont très dénudées, surtout au niveau des jambes. "La silhouette est courte, nous pensions que c'était assez cool", lance Rolf Snoeren en coulisses. Les jupes comme les robes se terminent en volume avec de jolis plis larges. Mais il y a aussi une combinaison noire ceinturée, et des tailleurs pantalons noirs avec des broderies blanches. Seule petite touche de couleur: les chaussures, le plus souvent noires ou blanches mais aussi parfois rouges vernies. Pour Viktor Horsting, "il y a quelque chose de plus jeune dans cette collection". Les formes sont "sculpturales", ajoute son acolyte. C'est "très sophistiqué, mais aussi tout à fait portable", dit Rolf Snoeren.
    © M.Bureau
  • Jitrois pap ah 2013-2014, à Paris
    02 /09
    Jitrois pap ah 2013-2014, à Paris
    Le passage des belles élégantes en chemin vers le théâtre de l'archêchevé, lors du festival d'Aix-en-Provence, fait partie des souvenirs les plus vivaces de Jean-Claude Jitrois. Ces silhouettes -dont l'architecture se maintient par gaines et corsets qui structurent les corps- ont inspiré le créateur. Objectif de cette collection : libérer les femmes des contraintes des vêtements. C'est en revisitant l'asymétrie des années 50, que le cuir strech devient le point de départ de cette collection hivernale élégante présentée au dernier jour de la fashion week parisienne.
    © P.Verdy
  • Alexander McQueen pap ah 2013-2014, à Paris
    03 /09
    Alexander McQueen pap ah 2013-2014, à Paris
    Inspirée des vêtements éclésiastiques, cette mini collection -présentée dans le cadre de la fashion week- enferme les femmes dans de volumineuses robes aux corsages brodés et aux jupes crinoline... Ce sont des cages dorées dans lesquelles le corps peut être sanglé dans des corsets. Le port est altier : la tête émerge d'une collerette travaillée. Ici la perle est partout : cousue sur la robe, sur le bord de la fraise, dans le treillage des mailles filet des collants et jusque sur la semelle des bottes. Le visage des mannequins est, quant à lui, partiellement caché par des rangs de perles savamment tressés.  
    © F.Guillot /AFP
  • Peachoo-Krejberg pap ah 2013-2014, à Paris
    04 /09
    Peachoo-Krejberg pap ah 2013-2014, à Paris
    Leur style, très personnel, fait de volumes et de proportions contrastées, loin des conventions prône une élégance raffinée. Ici de l'uni, de la fourrure et des touches de brillance judicieusement déposées.
    © P. Kovarik / AFP
  • Issey Miyake pap ah 2013-2014, à Paris
    05 /09
    Issey Miyake pap ah 2013-2014, à Paris
    Après des tailleurs-pantalons et manteaux pied-de-poule flanqués de bandes noires en stretch, pour le confort du mouvement, la collection se pare de tons vifs avec des manteaux laine et angora vert prairie, jaune blé, indigo, assortis de gants bicolores. Au rythme d'un mix expérimental aux sonorités écossaises apparaissent manteaux et vestes aux imprimés tartan multicolores, bleu, violet ,rose, rouge, ou gris. Les jupes et pantalons amples, noirs, cachent sous leurs plis des tissus à rayures. Le final est gai et léger, avec des jupes et pantalons extra-larges rayés de rouge et de vert, rehaussés d'élégants cols roulés près du corps.
    © P. VERDY / AFP
  • Maison Rabih Kayrouz pap ah 2013-2014, à Paris
    06 /09
    Maison Rabih Kayrouz pap ah 2013-2014, à Paris
    Cette saison, le créateur propose un vêtement qui enveloppe, qui découvre, qui structure, qui libère mais aussi qui habille. Ici les draps unis sont déclinés en feu, bleu, noir et craie qui répondent à l'imprimé buvard. On note des pièces enveloppantes, des jacquard épais et de la maille feutrée ponctuée de coyote et de renard marine. On rêve de s'envelopper dans ce cocoon de douceur ! 
    © P. VERDY / AFP
  • Nina Ricci pap ah 2013-2014, à Paris.
    07 /09
    Nina Ricci pap ah 2013-2014, à Paris.
    Chez Nina Ricci, le styliste britannique Peter Copping s'est inspiré de l'univers de la danse. Les mannequins avaient des allures de ballerine en défilant sur un grand tapis rouge alors que Katia et Marielle Labèque au piano jouaient une musique de Philip Glass. Ici les silhouettes sont longilignes. Il y a beaucoup de noir et de blanc mais aussi des silhouettes intégralement rouges et d'autres en beige rosé. Les jupes, qu'elles soient droites et sous le genoux ou courtes, au plissé léger, dominent la collection. Elles sont en laine, en cachemire, ou bien en satin et donnent envie de se glisser dedans. 
    © M. Bureau / AFP
  • Véronique Branquinho  pap ah 2013-2014, à Paris
    08 /09
    Véronique Branquinho pap ah 2013-2014, à Paris
    La Belge Véronique Branquinho a fait défiler des silhouettes élégantes. Un bustier est plus long dans le dos que devant et un voile à l'allure de petite traîne s'envole quand le mannequin marche. Elle est passée par l'Académie royale des Beaux-arts d'Anvers où ont étudié notamment Martin Margiela, Ann Demeulemeester mais aussi le Français Haider Ackermann. D'autres Belges défilent cette semaine : Dries Van Noten et Raf Simons pour Dior... Pourquoi tant de couturiers belges à Paris, qu'ils soient francophones ou néerlandophones? "C'est un pays qui regorge de surprises", lance Cédric Charlier. "C'est un pays tellement petit. On a l'impression qu'il n'y a rien, qu'il faut tout créer. (...) Ca pousse à être imaginatif", analyse le couturier. "Il y a une liberté d'expression là-bas qu'il n'y a pas à Paris (...) où le passé de la couture influence la suite. En Belgique, chacun trouve sa voie", assure-t-il.
    © PIERRE VERDY / AFP
  • Léonard pap ah 2013-2014, à Paris
    09 /09
    Léonard pap ah 2013-2014, à Paris
    Pour sa seconde collection chez Léonard, le créateur italien Raffaele Borriello continue sur sa lancée. Sa femme est urbaine mais sexy avec un vestiaire près du corps, mêlant le fluide au structuré. La silhouette Léonard arbore les imprimés emblématiques de la maison comme les tapisseries et feuillages. Les fleurs japonisantes -emprumtées aux kimonos Geisha- sont déclnées dans un camaieu d'or. Le jersey de soie, étoffe de prédilection de la maison, est proposé dans une version laquée. L'effet est celui du cuir, souple et brillant. 
    © P. Kovarik / AFP