Le denim japonais dévoile ses techniques de broderies ancestrales à Paris

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 20/01/2017 à 19H06, publié le 19/01/2017 à 20H20
Les vestes Porter Classic Sashiko présentées à Paris, janvier 2017

Les vestes Porter Classic Sashiko présentées à Paris, janvier 2017

© Corinne Jeammet

Le Japon se nourrit d'une culture traditionnelle et d'un savoir-faire artisanal et son denim n'échappe pas à la règle. Authentique, cette toile japonaise a la réputation d'être la meilleure du monde. The Japan Store Isetan Mitsukoshi présente, pour la première fois en France, Porter Classic, une griffe de denim inspirée des broderies anciennes Sashiko.

La broderie Sashiko de Tohoku 

Porter Classic emprunte son savoir-faire à la technique de broderie Sashiko inventée pour fortifier les vêtements des pêcheurs en vue de se protéger du froid. Cette technique traditionnelle est destinée à l'origine à renforcer les tissus usés et à les rendre plus chauds. Littéralement Sashiko signifie "piquer/épingler petit". Traditionnelement, cette technique, née dans la région de Tohoku au Japon, était plutôt réalisée en fil blanc sur du tissu bleu indigo. 
Détail d'une veste Porter Classic Sashiko présentée à Paris, janvier 2017

Détail d'une veste Porter Classic Sashiko présentée à Paris, janvier 2017

© Corinne Jeammet
"A nos débuts, à partir de ces vêtements datant parfois de 80 ans, nettoyés, traités, restaurés, nous avons créé des pièces uniques", explique Katsuyuki Yoshida, fondateur de Porter Classic, avec son fils Leo, en 2007. 
Le fondateur de la marque Porter Classic

Le fondateur de la marque Porter Classic

© DR
Chaque veste est confectionnée à la main et taillée dans un tissu Sashiko vieux de 80 ans, soigneusement dépoussiéré, traité pour en limiter la dégradation, découpé et apprêté. 
Les vestes Porter Classic présentées à Paris, janvier 2017

Les vestes Porter Classic présentées à Paris, janvier 2017

© Corinne Jeammet
"Mais en raison de la complexité de ce processus, nous n'étions en mesure de fabriquer que trois à cinq vestes par an. Le projet de réédition du Sashiko vise à transmettre cette tradition aux générations futures. Du fil au tissage, aux coutures, aux techniques de teinture et d’impression... nous sommes infiniment reconnaissants envers les artisans qui ont rendu cela possible… L'art est plus élégant dans la vie quotidienne, que dans les musées" insiste-t-il.
Veste Porter Classic présentée en janvier 2017

Veste Porter Classic présentée en janvier 2017

© Porter Classic
Chaque saison, la collection Porter Classic se concentre sur des pièces qui gagnent en beauté et en caractère au fil du temps. A l’image des vestes à boutons d’esprit workwear, des pantalons de pêcheur et des sacs à dos moelleux à la fois intemporels et contemporains.
Porter Classic au Japan Store Isetan Mitsukoshi à Paris, 2017

Porter Classic au Japan Store Isetan Mitsukoshi à Paris, 2017

© Loris Bianchi
A découvrir au Japan Store Isetan Mitsukoshi (Maison de la Culture du Japon. 101 bis Quai Branly. 75015 Paris. jusqu'au 27 février 2017).
Denim brodé avec la technique Sashiko, janvier 2017

Denim brodé avec la technique Sashiko, janvier 2017

© Corinne Jeammet

La broderie Kogin d'Hirosaki

Autre région, autre broderie : Kogin d'Hirosaki, avec toujours le principe de renforcer le vêtement. Pendant la période Edo (1603-1867), les agriculteurs portaient des couches de vêtements en chanvre pour résister au froid. Les femmes de ces villages agricoles y incrustèrent par la suite un fil de coton à certains endroits pour renforcer le tissu et permettre de conserver le corps au chaud.

La broderie Kogin est une technique de couture à la main dans laquelle le coton blanc est cousu à travers chaque trou du tissu indigo. Aujourd'hui, soit la laine ou le coton est utilisé, la gamme de couleurs a augmentée au fil du temps. Ces motifs géométriques, toujours créés à la main, sont devenus un symbole de la force et de la délicatesse des femmes du nord du Japon.
La veste brodée par KOGIN zashi

La veste brodée par KOGIN zashi

© DR
L'Institut de recherche sur la broderie Hirosaki Kogin a recueilli 600 variétés de motifs et de matériaux auprès des familles d'agriculteurs de la région de Tsugaru. Ses caractéristiques : du lin fait à partir de fil de chanvre épais, l'absence de rayures et de motifs audacieux.
La Kogin Embroidery, un artisanat d'Hirosaki

La Kogin Embroidery, un artisanat d'Hirosaki

© DR

Des sacs et pochettes brodés par ces artisans sont exposés du 24 au 25 janvier à Esmod (12, rue de la Rochefoucauld. 75009 Paris).

A l'origine de cette toile japonaise 

A partir du XVIIIe siècle, le Japon a connu un fort développement. Mais la forte salinité du terrain impropre à la riziculture oblige Kojima (quartier de la ville de Kurashiki dans la préfecture d’Okayama) à se tourner, dès le XVIIe siècle, vers la production de coton. En 1789 apparaît le premier produit à l’origine du jean Kojima actuel. Il s’agit de la "corde Sanada", utilisée par le samouraï Sanada Masayuki pour couvrir la poignée de son Katana. Suite à l’interdiction du port du sabre au XIXe siècle, la production est stoppée. La région se tourne alors vers les tabis (chaussettes traditionnelles) et les guêtres…. Après la 1re guerre mondiale avec l’occidentalisation de la vie, la demande chute. Les industriels se lancent alors dans la production d’uniformes en coton. Jusqu'à la seconde guerre mondiale, le jean est le vêtement de la classe ouvrière. Après la guerre, il devient un symbole de la rébellion de la jeunesse.
Japan Blue Jeans explains why Japanese Denim has to be handmade
A partir de 1950, le Chino fait son entrée par l’intermédiaire des militaires. Mais l’aspect trop rêche des toiles oblige les Japonais à réaliser un procédé de lavage afin d’assouplir le tissu. Cette demande fait décoller la production de jeans à Kojima. En 1965 naît le premier jean 100% japonais sous la marque Canton. En 1972, Kurabo un fabricant de jeans de Kojima et un fabricant de textile de la ville de Kurashiki produisent le premier denim japonais. Plusieurs villes constituent des pôles de production de denim : Kojima et Ibara sont les principaux.
Salon Denim Première vision, 2016 

Salon Denim Première vision, 2016 

© Denim Première Vision 2016 – Stéphane Kossmann

Un savoir-faire proche de l'artisanat

Reconnu pour sa qualité, le denim japonais a la réputation d'être le meilleur du monde. "La particularité de la toile japonaise est d'être produite sur de petits métiers à tisser. Un travail assimilé à de l'artisanat", car demandant des compétences, explique Pascaline Wilhelm, directrice mode du groupe Première Vision Paris avant de rajouter : "Contrairement à l'industrie (avec sa production de tissu en largeur d'1,5 m), ces métiers de 90 cm offrent une productivité moindre mais une qualité haut de gamme".
Denim Première Vision - Nov 2016 - Paris The best offer of international denim specialist at Denim Première Vision
La toile japonaise possède ses propres irrégularités car les artisans mélangent des fils de coton de différentes provenances. C'est ce mélange qui donne de la robustesse et de l'irrégularité. Dans les années 80, les industriels prennent aussi le contre-pied en produisant eux aussi des défauts. Le bord de la toile est doté d'une lisière, gage de qualité. Il est teint avec des colorants naturels d'indigo (contrairement à l'industrie où ce dernier est chimique et se délave plus rapidement). "Le denim japonais brut se personnalise avec le porter de chacun. C'est de la slow fashion" conclut Pascaline Wilhelm, directrice mode du groupe Première Vision.