La mode branchée, graphique, du duo Proenza Schouler s'invite au Bon Marché

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/02/2014 à 09H38
Exposition Proenza Schouler au Bon Marché Rive Gauche, février 2014

Exposition Proenza Schouler au Bon Marché Rive Gauche, février 2014

© Corinne Jeammet

Le duo new-yorkais Lazaro Hernandez et Jack McCollough, plus connu sous le nom de leur marque Proenza Schouler, investit Le Bon Marché Rive Gauche. Les créateurs y présentent les pièces phares de leurs collections et leurs inspirations dans une série de projets exclusifs. 80 silhouettes emblématiques illustrent leur parcours créatif.

Une exposition au RDC met en scène de grands cubes impression béton et un film invite à découvrir leur univers avec 80 silhouettes emblématiques qui illustrent le parcours créatif du duo.
Exposition Proenza Schouler au Bon Marché Rive Gauche, février 2014

Exposition Proenza Schouler au Bon Marché Rive Gauche, février 2014

© Corinne Jeammet
Une installation de béton est mise en place dans chacune des 10 vitrines de la rue de Sèvres ; par l’effet d’une glace sans tain, une silhouette apparaît toutes les 10 secondes.
Proenza Schouleur, le duo de créateurs New-yorkais Lazaro Hernandez et Jack McCollough,

Proenza Schouleur, le duo de créateurs New-yorkais Lazaro Hernandez et Jack McCollough,

© DR
Le duo présente une collection capsule créée pour le Bon Marché Rive Gauche. Dans un espace, habillé de noir et de béton, irradient T-shirts, foulards, pulls rayés, sacs PS1 et PS11, portefeuilles, tote bags…aux inspirations graphiques et tropicales.
Trousse Proenza Schouler, éditée en exclusivité pour le Bon Marché

Trousse Proenza Schouler, éditée en exclusivité pour le Bon Marché

© DR
En exclusivité : la présentation d’une sélection de pièces uniques de la collection printemps-été 2014 pour une douzaine de silhouettes épurées à la rigueur magistrale.
Pochette Proenza Schouler, éditée en exclusivité pour le Bon Marché

Pochette Proenza Schouler, éditée en exclusivité pour le Bon Marché

© DR
Proenza Schouler, l’histoire d’une rencontre

En 1998, Lazaro Hernandez et Jack McCollough se rencontrent sur les bancs de la Parsons School of Design à New York. 4 ans plus tard, c’est la signature de leur première collection de fin d’études « Proenza Schouler », les noms de jeune fille de leurs mères. Barneys achète la totalité de cette collection.
Exposition Proenza Schouler au Bon Marché Rive Gauche, février 2014

Exposition Proenza Schouler au Bon Marché Rive Gauche, février 2014

© Corinne Jeammet
Entre 2003 et 2013, ils remportent 5 fois un CDFA (The Council of Fashion Designers of America) award : en 2003 le Swarovski award for Ready to Wear, en 2009 l’Accessory Designer of the Year award et le Womenswear Designer of the Year award en 2007, 2011 et 2013.
Exposition Proenza Schouler au Bon Marché Rive Gauche, février 2014

Exposition Proenza Schouler au Bon Marché Rive Gauche, février 2014

© Corinne Jeammet
En 2004, l’institution américaine CFDA crée, en collaboration avec le Vogue USA, le Fashion Fund et attribue ce prix de 300.000 dollars à la jeune société « Proenza Schouler ». En 2008, c’est le lancement de la première collection de sacs à main. En 2012, c’est l’ouverture du premier magasin à New York.
Exposition Proenza Schouler au Bon Marché Rive Gauche, février 2014

Exposition Proenza Schouler au Bon Marché Rive Gauche, février 2014

© Corinne Jeammet
Une femme graphique pour l’hiver 2014-2015

Les créateurs de cette griffe new-yorkaise branchée ont esquissé les lignes d'une "working girl" graphique et bleu cobalt pour l'automne-hiver 2014-15, présentée en février 2014 lors de la fashion week de New York. Les 35 looks ont d'emblée saisi par leur énergie. Au centre de l'attention, un bleu cobalt vif et profond - sur une tunique en patchwork assortie de cuir ou une veste unie en crêpe de laine - éclaire la silhouette et annonce un tournant subtil dans le style des deux créateurs de la marque.
Proenza Schouler pap ah 2014-15, à New York. © NEILSON BARNARD / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
"Nous n'avions pas vraiment exploré le domaine des couleurs au cours des deux dernières saisons. Et cette fois-ci, nous avons voulu leur donner davantage d'importance et leur permettre de mieux se révéler grâce au flocage", une technique de numérisation des imprimés, explique M. McCollough à l'issue du défilé. Les petites robes de la fin du défilé, où le flocage d'imprimés s'ajoutait aux broderies, se voyaient de cette manière gagner en profondeur.
Proenza Schouler pap ah 2014-15, à New York... © NEILSON BARNARD / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
"Nous avons énormément travaillé les matières et il faut vraiment toucher pour vraiment comprendre ce que c'est", continue-t-il. Les manteaux, vestes, ou petites robes en laine jacquard puis en viscose gardent les épaules encore très rondes cette saison et la taille est cintrée.  C’est un look moderne, presque avant-gardiste de la "working girl" new-yorkaise sans accessoires superflus. Ici les chaussures graphiques noir et blanc sont dotées de talon plat à la semelle épaisse.  
Proenza Schouler pap ah 2014-15, à New York © NEILSON BARNARD / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Exposition « Proenza Schouler » du 22 février au 22 mars 2014. Bon Marché Rive Gauche. 24, rue de Sèvres. 75007 Paris. www.lebonmarche.com