Premiers pas des six maisons étrangères invitées de la haute couture

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 26/01/2017 à 18H56, publié le 26/01/2017 à 17H45
Georges Hobeika haute couture printemps-été 2017, à Paris, janvier 2017

Georges Hobeika haute couture printemps-été 2017, à Paris, janvier 2017

© ALAIN JOCARD / AFP

Les maisons Antonio Grimaldi, Galia Lahav, Georges Hobeika, Hyun Mi Nielsen, Rabih Kayrouz et Xuan ont fait leurs premiers pas en tant que membres invités de la haute couture. Découverte de ces six griffes, qui reflètent le caractère international de ce rendez-vous parisien, et aperçu de leur travail sur les podiums.

Le Libanais Rabih Kayrouz

Le créateur, né au Liban, sort diplômé de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne en 1994, puis réalise des stages chez Dior et Chanel. Il rentre à Beyrouth, attiré par l'énergie de son pays en pleine reconstruction, pour y créer des robes de mariées pour ses copines puis pour des clientes. En 1998, il fonde la Maison Rabih Kayrouz où durant dix ans, il propose des pièces uniques pour des femmes qui l'inspirent. En 2009, il revient à Paris et installe son studio au 38, Bd Raspail, dans ce que fut 50 ans plus tôt le Petit Théâtre de Babylone. Il commence alors à présenter ses collections dans le programme officiel des défilés parisiens.
Le créateur Rabih Kayrouz, octobre 2015 à Paris

Le créateur Rabih Kayrouz, octobre 2015 à Paris

© MIGUEL MEDINA / AFP
Il s'entoure des meilleurs artisans et façonniers français pour créer son prêt-à-porter de luxe aux lignes épurées. Une garde-robe citadine un rien sophistiquée. Son logo représente une grenade, "seul fruit oriental", généreux et porte-bonheur. La Maison Rabih Kayrouz, qui présentait jusqu'alors en mars pendant la PFW, a décidé d'intégrer le RDV couture de janvier pour y faire défiler sa collection hiver 2018.

Revoir en vidéo son show 

Le Libanais Georges Hobeika

La maison Georges Hobeika, dont l’atelier fut créé en 1995 à Beyrouth, défile pour la première fois à Paris en 2001. Depuis, il présente chaque année deux collections lors de la semaine de la haute couture. En 2010, il ouvre son showroom parisien dans le 8e, au 15 rue Royale, une adresse où y sont accueillies clientes et célébrités. 
Le créateur Georges Hobeika 

Le créateur Georges Hobeika 

© Georges Hobeika
En amoureux de la broderie, le couturier développe ses collaborations avec l’artisanat français (maisons Lesage ou Legeron). La marque englobe une ligne de haute couture, deux lignes de robes de mariées et deux lignes de prêt-à-porter répondant aux codes du créateur : modernité et romantisme.
Georges Hobeika haute couture printemps-été 2017, à Paris, janvier 2017  

Georges Hobeika haute couture printemps-été 2017, à Paris, janvier 2017  

© ALAIN JOCARD / AFP

L'Italien Antonio Grimaldi

Né à Salerno en Italie, Antonio Grimaldi, a suivi les cours du Art Institute, section design graphique. Très tôt, il découvre sa passion pour la mode au cours de collaborations avec les maitres-tailleurs locaux. Après ces expériences, il s’installe à Rome. C’est là, qu'il rencontre son futur partenaire. En 1996, le duo fonde "Grimaldi Giardina". Le succès les amène jusqu'aux podiums internationaux de Rome et Paris. En 2009, pour les 10 ans de leur studio de création, ils organisent une rétrospective.
Le créateur Antonio Grimaldi

Le créateur Antonio Grimaldi

© DR
Quand ils se séparent, Antonio Grimaldi crée sa marque dont les collections rencontrent du succès au Moyen-Orient. En 2013, il présente sa première ligne de prêt-à-porter qu'il fera découvrir à Paris, Rome et Milan lors des fashion weeks.
Antonio Grimaldi haute couture printemps-été 2017, à Paris, janvier 2017

Antonio Grimaldi haute couture printemps-été 2017, à Paris, janvier 2017

© FRANCOIS GUILLOT / AFP

La Russe Galia Lahav

La créatrice est née en Russie dans une famille de couturières, où elle apprend dès son plus jeune âge la couture et le dessin. Sa passion pour l’art l’amènera à l’enseigner durant plus de 10 ans. C’est à 30 ans qu‘elle crée sa marque Galia Lahav,  secondée par Sharon Sever. A l’école Américaine de Paris, il obtient en 1995 son diplôme d’art et de mode. Inspiré par sa professeure, Galia, et ses parents artistes photographes, Sharon Sever s’oriente vers la couture. Il rejoint à Paris les maisons Balenciaga, Pierre Balmain, Carven et Christian Lacroix. Il sera aussi designer dans l’équipe lNovias avant de devenir celui de la marque Galia Lahav.
La créatrice Galia Lahav

La créatrice Galia Lahav

A Tel Aviv, en 1988, Galia Lahav crée son premier atelier spécialisé en appliqués de dentelles sur mesure. Avant tout entreprise familiale. Galia Lahav a toujours mis en valeur les talents de son pays en se concentrant sur le savoir-faire israélien. Ses robes texturées et légères se caractérisent par une sensualité artistique, des mélanges de broderies et d’appliqués en dentelle. La marque compte 3 collections : soirée, Gala et mariée. C’est grâce au succès de cette dernière, que Galia Lahav participe à la Bridal Fashion week de New York depuis 2013. Afin de continuer son développement international, la maison s'installe à Paris en 2017 en y créant un atelier haute couture qui mélangera savoir-faire israélien et français.
Galia Lahav haute couture printemps-été 2017, à Paris, janvier 2017

Galia Lahav haute couture printemps-été 2017, à Paris, janvier 2017

© Patrick KOVARIK / AFP

La Danoise d'origine coréenne Hyun Mi Nielsen

Christine Hyun Mi Nielsen est la fondatrice et directrice de la création de Hyun Mi Nielsen. Danoise, elle est née en Corée du Sud. Éduquée à Copenhague et à Londres où elle y a étudié au Royal College of Art and Design. Elle vit et travaille à Paris. Avant de fonder sa marque en juillet 2016, elle a travaillé comme Directrice de studio pap Femme à Balenciaga et Givenchy à Paris et Chef de Design féminin chez Alexander McQueen à Londres.
Christine Hyun Mi Nielsen directrice de la création de Hyun Mi Nielsen

Christine Hyun Mi Nielsen directrice de la création de Hyun Mi Nielsen

© DR
Au travers de cette marque poétique, elle prête de l'attention au détail. Ici technique et artisanat sont mélangés pour créer des collections qui provoquent une réponse émotionnelle. Tous ses tissus, de la soie au cuir, sont modernisés par son interprétation. Chaque pièce est fabriquée en France ou en Italie et la plupart d'entre eux sont faits à la main.
Hyun Mi Nielsen haute couture printemps-été 2017, à Paris, janvier 2017

Hyun Mi Nielsen haute couture printemps-été 2017, à Paris, janvier 2017

© WWD/Shutterstock/SIPA

La Néerlando-vietnamienne Xuan-Thu Nguyen 

Xuan-Thu Nguyen est la créatrice du label néerlandais-vietnamien Xuan. Née au Vietman, elle a grandi aux Pays-Bas où ses parents ont fondé une manufacture textile. Diplômé de l'Institut de la mode Charles Montaigne d'Amsterdam en 1999, elle lance sa marque aux Pays-Bas. L'année suivante, elle reçoit un prix de soutien à la jeune création néerlandaise. Elle s'installe en 2004 à Paris où elle réside.
La créatrice XUAN-THU NGUYEN

La créatrice XUAN-THU NGUYEN

© DR
Située au croisement de la mode, du design et de l'art contemporain, le label est régulièrement exposé en galeries à Paris, New York et Amsterdam et participe aux Fashion week prêt-à-porter et haute couture. La créatrice est connue pour ses histoires évocatrices. L'esthétisme et la construction des vêtements travaillent ensemble pour transmettre intimité, surprise et fragilité qui sous-tendent ses expériences personnelles. La production est basée en France et en Hollande. 
Xuan haute couture printemps-été 2017, à Paris, janvier 2017

Xuan haute couture printemps-été 2017, à Paris, janvier 2017

© ALAIN JOCARD / AFP