Top départ de la haute couture été 2016 avec le glamour de Versace

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 25/01/2016 à 09H40
Versace haute couture printemps-été 2016, à Paris.

Versace haute couture printemps-été 2016, à Paris.

© LaurentVu/SIPA

La semaine de la haute couture printemps-été 2016 prend la relève des défilés masculins automne-hiver 2016-17 en 25 shows du 24 au 28 janvier 2016. La maison Italienne Versace a donné le top départ de cette semaine de l'élégance, le 24 janvier au soir. A ce rendez-vous de prestige se côtoient les plus grandes maisons et des couturiers indépendants.

La Fédération française de la couture a programmé 25 défilés : 11 membres haute couture, 9 membres invités et 5 membres correspondants. Cette semaine de la couture, où le savoir-faire du sur-mesure et du travail à la main côtoie l’excellence se termine par la journée consacrée à la haute joaillerie.

Versace ouvre le bal avec ses séductrices sexy

Ici, les séductrices sont sûres de leur pouvoir dans leurs robes qui épousent les courbes et révélent le corps sous des broderies et sortes de filets en forme de toile d'araignée. Les jambes sont nues et mises en valeur par de courtes robes bustiers scintillantes ou de longues robes blanches, noires ou corail, fendues sur le devant tandis que des cordes et sangles s'attachent autour du corps.
Versace haute couture printemps-été 2016.

Versace haute couture printemps-été 2016.

© MIGUEL MEDINA / AFP

L'ère post Raf Simons

Le défilé le plus attendu sera très certainement celui de la maison Dior. Le créateur belge Raf Simons, directeur des collections femme depuis trois ans et demi, a quitté son poste en octobre 2015. La discrétion du styliste belge à l'allure stricte, qui s'était fait connaître avec une mode aux lignes sobres, contrastait avec l'exubérance et le style volontiers provocateur de son prédécesseur, John Galliano. Qui lui succèdera ? L'un des postes les plus en vue dans le monde de la mode est à prendre.

Le défilé de la maison Yiqing Yin, qui a obtenu l'appellation haute couture fin 2015, sera aussi suivi. Elle défilait jusqu'alors en tant que membre invité. La créatrice française d'origine chinoise a quitté, en 2015, le poste de D.A. de la maison Léonard qu'elle occupait depuis janvier 2014, pour se consacrer à sa marque lancée en 2011 qui propose aussi une ligne de prêt-à-porter. Elle a commencé à présenter des défilés dans le calendrier de la haute couture en 2011. Sa marque avait connu un coup de projecteur lors du festival de Cannes en 2013. Audrey Tautou, maîtresse de cérémonie, avait porté une de ses créations, une robe en organza et mousseline de soie, couleur menthe givrée aux innombrables plissés, caractéristique de son style.

Guo Pei et Aouadi, deux maisons étrangères invitées

Nouveaux venus comme membres invités, les maisons Guo Pei et Aouadi ont des aspirations bien différentes. Quant à la créatrice néerlandaise Iris Van Herpen, adepte de nouvelles technologies et de matières inédites, qui a également le statut d'invité, elle ne défilera pas cette saison.

La Chinoise Guo Pei est peu connue, pourtant c'est elle qui a réalisé la robe jaune à la traîne spectaculaire portée par Rihanna au gala du Met à New York en 2015. La saison dernière, elle a présenté pour la première fois son travail aux Arts Décoratifs à Paris, soit une trentaine de robes véritables œuvres d'art. C’est en 1997 que Guo Pei créé le premier atelier de couture en Chine. Rose Studio est considéré -avec ses 100 artisans et ses 300 petites mains- comme l’atelier de couture le plus professionnel et le plus influent en Chine. Son désir : l'ouverture d'un atelier et la fondation d'une unité de production à Paris. Son travail sera scruté de près le 27 janvier. 
La sculpturale robe Guo Pei portée par Rihanna, présentée aux Arts Décoratifs à Paris en juillet 2015

La sculpturale robe Guo Pei portée par Rihanna, présentée aux Arts Décoratifs à Paris en juillet 2015

© Olesya Okuneva
L'algérien Yacine Aouadi a fondé sa maison avec l'idée que la couture peut constituer une alternative où l'on peut donner du temps au temps, luxe intemporel. Sa quête : une silhouette moderne et sophistiquée, débarrassée de ses clichés pour des collections où le vêtement est avant tout le reflet d'un goût, d'une personnalité incarnée par sa singularité. Son inclinaison pour l'artisanat et les métiers d'art privilégie un style hybride entre urbain et mondain. Son défilé est programmé le 26 janvier. 

La haute couture, une spécificité française

Ces maisons défilent dans des lieux d'exception, sous les yeux de stars du show-biz, de riches clientes et de journalistes. Luxe réservé à de richissimes happy few dans le monde, travail à la main et sur mesure, la haute couture est une appellation juridiquement protégée, décernée par les autorités françaises en fonction de critères précis.

A la différence des semaines du prêt-à-porter qui se tiennent aussi à New York, Londres et Milan, Paris est la seule capitale de la mode à accueillir ces défilés de haute couture, deux fois par an, en janvier et juillet.

Seules 14 maisons bénéficient de cette appellation mais pour le printemps-été 2016, elles seront 11 sur les podiums : Christian Dior, Giambattista Valli, Alexis Mabille, Chanel, Bouchra Jarrar, Maison Margiela, Stéphane Rolland, Franck Sorbier, Jean Paul Gaultier, Alexandre Vauthier. La dernière en date labellisée est Yiqing Yin.

D'autres maisons ont le statut de membres correspondants – Atelier Versace, Giorgio Armani, Elie Saab, Viktor&Rolf, Valentino -  ou invités - Schiaparelli, Dice Kayek, Julien Fournié, Zuhair Murad, Guo Pei, Aouadi, Ralph & Russo, Ilja et Ulyana Sergeenko ce qui leur permet de participer au calendrier de la couture.